vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeSoutien erronée des Etats-Unis et de l'UE à al-Maliki a contribué à...

Soutien erronée des Etats-Unis et de l’UE à al-Maliki a contribué à la croissance de Daech en Irak

Soutien erronée des Etats-Unis et de l'UE à al-Maliki a contribué à la croissance de Daech en Irak

Le soutien de Nouri al-Maliki par l’Occident en Irak a été un désastre qui a conduit à la croissance de Daech, selon Struan Stevenson.

L’arrivée de Haider al-Abadi au pouvoir en tant que Premier ministre de l’Irak l’année dernière marque l’aboutissement d’un processus longtemps repoussé, dans lequel la communauté internationale a pris conscience du mal qui avait été fait au pays et à la région par son prédécesseur, Nouri al- Maliki.

Le moment où l’Occident a accordé sa confiance à Abadi et à son programme de réformes, a été le début d’un renversement nécessaire de la politique envers l’Irak. Mais cela n’a pas suffi à compenser les erreurs du passé, notamment la décision prise par l’Union européenne et les Etats-Unis d’accéder aux demandes de l’Iran en soutenant la réélection de M. Maliki en 2010.

La situation actuelle au Moyen-Orient est en grande partie la conséquence de cette décision. Pendant des années, cette position de la politique étrangère a été la preuve de la myopie de l’Occident, de sa tendance à coopérer avec les mauvaises personnes, et de sa volonté d’ignorer les problèmes régionaux jusqu’à ce qu’ils gradissent presque au point d’être trop importants pour être contenus.

Nous ne sommes pas encore exempts de tout cela. Il est préoccupant de savoir que, dans le sillage de la progression de Daech, de nombreuses puissances occidentales sont encore plus enclins à négliger les autres problèmes de la région et de continuer à collaborer avec des gens comme Maliki et ses commanditaires à Téhéran. La myopie en jeu ici devrait être évidente pour ceux qui ont prêté attention aux conditions dans lesquelles Daech a prospéré.

La volonté de l’Occident de tolérer des dictateurs comme Maliki en Irak et Bachar al-Assad en Syrie a beaucoup contribué à préparer le terrain au conflit sectaire généralisé sur lequel Daech prospère. Dans le second mandat qu’il n’a jamais aurait dû pouvoir effectuer, Maliki a sorti les sunnites du gouvernement et a concentré le pouvoir dans un groupe de quelques chiites qui lui étaient fidèles et qui ont bénéficié de ses liens étroits avec la République islamique d’Iran. Les sunnites en ont souffert et soit se sont exposés à la colère des milices chiites, soit se sont mis à l’abri sous la protection fanatique de Daech.

Pendant ce temps, la menace croissante de Daech est devenu quelque chose que Maliki pourrait exploiter politiquement pour poursuivre en outre sa campagne contre les ennemis sectaires. Aujourd’hui, nous observons qu’il se passe la même chose en Syrie. Mais en Syrie, l’Iran joue un rôle beaucoup plus public, avec ses délégués aux conférences internationales de sécurité qui préconisent publiquement à l’Occident d’abandonner son opposition à la dictature d’Assad afin de se concentrer sur Daech.

Les leçons tirées de l’Irak sont équivoques : nous ne pouvons pas perpétrer les mêmes erreurs et nous devons aspirer au rétablissement d’un semblant d’ordre dans le Moyen-Orient. Certes, nous ne pouvons pas continuer ces erreurs en coopérant directement avec la théocratie chiite iranienne ou en suivant son exemple. Faire ceci, c’est contribuer davantage au conflit sectaire que l’Occident avait déjà indirectement promu aux côtés de la direction de Maliki en Irak.

Et il ne suffit pas simplement d’éviter les mêmes erreurs politiques. Nous devons être proactifs sur l’inversion des effets de ces erreurs. Nous devons faire comprendre aux acteurs comme Téhéran, qui exploitent les mauvaises décisions occidentales pour leurs propres fins, que nous nous sommes maintenant pleinement engagés dans une autre voie à suivre, une voie qui attaque les problèmes comme Daech à leurs racines, en empêchant les dictateurs de jeter les bases de leur croissance.

Les déclarations publiques de Haider al-Abadi au sujet de la nécessité d’une réforme sont encourageantes. Le fait qu’il ait destitué Maliki de son nouveau poste de vice-président en août dernier est une bonne chose. Mais ce n’est pas assez. L’ancien premier ministre aurait été arrêté immédiatement après avoir quitté son poste. Il aurait été inculpé, sinon par le gouvernement irakien, au moins par la Cour pénale internationale. Les critiques soutiennent que Maliki est non seulement coupable de la mauvaise gestion, de la corruption et de la disparition de 500 milliards de dollars sous son règne, mais qu’il est également coupable de violations des droits de l’Homme, en raison de son soutien à des milices chiites et de sa contribution à des attaques contre les ennemis du régime iranien à l’intérieur de son pays.

En effet, l’action contre Maliki continue sûrement de croître. En dépit d’être techniquement en dehors du gouvernement, il continue à exercer une influence considérable et d’utiliser son argent volé pour financer une armée privée. Il est évident que Maliki a soit délibérément ignoré, soit personnellement ordonné six attaques contre les communautés dissidentes iraniennes, membres de l’Organisation des moudjahiddines du peuple iranien (OMPI), du camp d’Achraf et du camp Liberty, pendant son mandat. Et il est également évident que ses forces sectaires avaient un rôle dans le septième, qui a eu lieu fin octobre et a porté le nombre de morts à 140.

Le sort des 2200 demandeurs d’asile du camp Liberty tend à montrer que la simple prise de conscience de l’instabilité persistante au Moyen-Orient ne fait rien pour l’alléger. Même dans le milieu de la sensibilisation du public au nom de ces personnes de hauts responsables politiques américains et européens, le gouvernement irakien et les milices soutenues par l’Iran ont constamment intensifié leur répression dans le camp. Même après la dernière attaque, les habitants se sont vus refuser la réception des livraisons de nourriture, de matériel médical et de matériaux de reconstruction.

Ces activités se poursuivront probablement sans relâche dans la région, tant que leurs responsables ne prennent pas conscience des conséquences de leurs actions. Si le camp Liberty doit être protégé, si Daech doit être vaincu, et si un conflit sectaire généralisé doit être compromis, Nouri al-Maliki doit lui être tenu responsable.

Cela permettrait de répondre en une fois à plusieurs problèmes récents dans les politiques du Moyen-Orient des nations occidentales. Le cas de Maliki ferait un exemple face aux autres tyrans et aux forces sectaires. Il contribuerait à éliminer son influence destructrice persistante. Et cela pourrait servir de première étape vers un ensemble de politiques qui traitent de manière plus appropriée et plus dure, d’autres contributeurs aux problèmes de la région, y compris la Syrie et Assad, ainsi que le Guide suprême iranien Ali Khamenei.

Struan Stevenson était eurodéputé conservateur représentant l’Écosse au Parlement européen de 1999 à 2014. Il a été président de la délégation du Parlement pour les relations avec l’Irak de 2009 à 2014. Il est maintenant président de l’European Iraqi Freedom Association (EIFA).

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe