vendredi, décembre 2, 2022
AccueilActualitéssommet mondial Iran libreSommet Iran libre 2021 : Ebrahim Raïssi continuera ses crimes

Sommet Iran libre 2021 : Ebrahim Raïssi continuera ses crimes

Call for Supporting Iran’s People and Opposition Against the Religious Fascism

Vidéo : Appel au soutien du peuple iranien et de l’opposition contre le fascisme religieux

Après l’élection présidentielle du 18 juin en Iran, les décideurs politiques du monde entier doivent faire face à la réalité que le nouveau président du régime iranien est un violeur invétéré des Droits de l’Homme. Alors que la plupart des hauts responsables iraniens ont trempé dans les violations passées des Droits Humains par le régime théocratique, Ebrahim Raïssi est considéré comme l’un des principaux auteurs de pires crimes contre l’Humanité.

En 1988, Raïssi était procureur adjoint dans la capitale Téhéran, et au cours de l’été de cette année-là, il a été affecté à la « commission de la mort » chargée de mettre en œuvre la fatwa de l’ayatollah Khomeini dans la prison d’Evine. Abritant la plus grande population de prisonniers politiques iraniens, l’établissement était le lieu privilégié des efforts de Khomeiny pour éradiquer l’opposition organisée, en particulier de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK).

Who is Ebrahim Raisi, a candidate in Iran presidential election and an executioner in 1988 massacre

Vidéo : Qui est Ebrahim Raïssi, candidat à l’élection présidentielle iranienne et bourreau dans le massacre de 1988

À cette fin, le fondateur du régime et premier Guide suprême des mollahs a déclaré à la mi-1988 que les membres de l’OMPI étaient coupables de « guerre contre Dieu », et ainsi, tous leurs membres et partisans étaient passibles de la peine capitale et devaient être traités sans pitié. Au cours de l’été de cette année-là, des commissions de la mort ont été formées dans tout le pays, composées de religieux islamiques, de procureurs et de représentants du ministère du Renseignement. Dans des « procès » qui ont duré quelques minutes, ces tribunaux ont interrogé les prisonniers politiques sur leurs affiliations et leurs opinions envers le système théocratique, puis ont ordonné l’exécution de plus de 30 000 prisonniers politiques.

En tant que représentant du pouvoir judiciaire à la commission de la mort de Téhéran, Raïssi porte la responsabilité d’une partie importante des 30 000 victimes. Il porte toujours cette responsabilité aujourd’hui, car personne n’a été tenu responsable des meurtres après plus de 30 ans. En effet, de nombreux responsables, dont Raïssi lui-même, ont été abondamment récompensés pour les services rendus au régime par de violentes représailles contre ses opposants politiques. Beaucoup de ces récompenses ont été amèrement cyniques, y compris la nomination de membres de la commission de la mort en tant qu’actuel et ancien ministre de la Justice sous le président sortant soi-disant modéré, Hassan Rouhani.

C’est probablement en raison de son rôle dans le massacre de 1988 et de sa réputation plus large en tant que juge des pendaisons que le guide suprême du régime, Ali Khamenei, a choisi Raïssi comme nouveau chef du pouvoir judiciaire en 2019. Ce rôle lui a permis de développer son héritage sanglant en supervisant la répression du soulèvement national en novembre de la même année.

Raïssi a eu une main directe dans les deux catégories d’action violente, ayant servi en tant que chef du pouvoir judiciaire et chef d’Astan-e Quds Rezavi, une soi-disant fondation religieuse avec une longue histoire d’exportation de l’extrémisme islamique et de financement de groupes terroristes à travers le monde. Ce contexte a permis à Raïssi de mener une campagne pratiquement incontestée pour la présidence, avec le soutien clair du dictateur Ali Khamenei.

La sélection de Raïssi pour devenir le prochain président du régime est la réaffirmation ultime de l’engagement de Téhéran envers la violence politique en tant qu’aspect central de l’identité du régime. Ainsi, il est impératif que la communauté internationale agisse immédiatement et condamne son bilan, condamne l’ensemble du régime pour avoir défendu et glorifié ses violations des droits humains, et exige une certaine responsabilité pour toute une série de problèmes non résolus, notamment le massacre de 1988 et le Répression de novembre 2019, qui a tué au moins 1 500 manifestants pacifiques.

Ces actions peuvent inclure des sanctions économiques, des restrictions à la liberté de mouvement de Raïssi alors qu’il représente l’Iran sur la scène mondiale, et des enquêtes formelles sur des crimes passés, dans le but de promouvoir la poursuite de Raïssi et d’autres personnes devant un tribunal international. Ces efforts sont moralement impératifs en eux-mêmes, mais si un décideur occidental essaie de faire valoir qu’ils n’ont aucun autre avantage pratique, c’est sûrement un signe qu’ils n’ont pas prêté attention aux développements en Iran depuis le déclenchement de la première crise nationale, le soulèvement de fin 2017.

Téhéran, Iran avenue Lalezar la foule scande ce dimanche "A bas le dictateur" !

Des manifestations nationales ont également eu lieu en novembre 2019 en Iran après la hausse des prix du carburant.

Ce soulèvement a entraîné un changement radical dans la façon dont les autorités iraniennes et la société iranienne entrevoient la résistance prodémocratie dans le pays. Peu de temps après le massacre de 1988, Téhéran a commencé à insister sur le fait que l’OMPI n’a aucun soutien significatif en Iran et ne représente aucune menace sérieuse pour la mainmise des mollahs au pouvoir. Cette question s’est dissipé en janvier 2018 lorsque Khamenei a reconnu que l’OMPI avait prévu depuis des mois de rependre le message de changement de régime. Depuis lors, les avertissements de Téhéran concernant les troubles coordonnés n’ont jamais cessé.

Même après la répression de 2019, des Iraniens de tous horizons ont continué à défier l’autorité du régime en refusant de voter aux élections législatives de 2020 et à l’élection présidentielle de ce mois-ci. L’OMPI a promu ces boycotts électoraux comme un moyen de « voter pour un changement de régime », et le CNRI a prédit que cela conduirait à de nouveaux soulèvements à l’échelle nationale, en particulier avec un soutien significatif à la Résistance et de pressions sur le régime de la part de la communauté internationale.

Quelles seront les conséquences de la présidence de Raïssi pour l’Iran et la communauté internationale ? Ce sera l’un des principaux sujets du Sommet mondial Iran Libre 2021 ( du 10 au 12 juillet), lorsque la diaspora iranienne se réunira pour son rassemblement annuel. L’événement de cette année comprendra des rassemblements d’expatriés iraniens dans les pays du monde entier et comprendra des discours de décideurs politiques arabes, européens et américains et d’experts iraniens.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe