mercredi, février 1, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : des experts appellent à une réponse au sombre bilan de...

Iran : des experts appellent à une réponse au sombre bilan de Raïssi en matière de droits humains

Jeudi, le Conseil national de la Résistance iranienne a organisé une conférence en ligne pour discuter des implications et des perspectives de la farce de l’élection présidentielle iranienne de la semaine précédente. Ce simulacre d’élection a abouti à la confirmation d’Ebrahim Raïssi, l’actuel chef du pouvoir judiciaire du régime, comme prochain président. Mais l’élection a également fait l’objet d’un boycott organisé par la résistance iranienne.

Ali Safavi, membre de la commission des affaires étrangères du CNRI, a modéré l’événement de jeudi et a expliqué dans ses remarques introductives que moins de dix pour cent des électeurs éligibles ont répondu aux appels insistants du régime pour une large participation au processus électoral. Téhéran a officiellement estimé le taux de participation à environ 49 %, mais il s’agit d’une exagération destinée à préserver un semblant de légitimité pour les autorités du régime.

L’estimation de dix pour cent est directement corroborée par le témoignage de plus de 1 200 journalistes indépendants provenant de bureaux de vote en grande partie vides dans plus de 400 localités. Il est également indirectement soutenu par des rapports d’activisme antigouvernemental qui se sont intensifiés ces dernières années. En janvier 2018 et novembre 2019, des Iraniens de tous horizons ont participé à deux manifestations nationales distinctes mais interconnectées qui présentaient le même message fondamental que diffuse le boycott électoral de cette année. Des slogans tels que « conservateurs, réformateurs : le jeu est maintenant terminé » évoquaient le rejet public des factions politiques du régime qui se partagent le pouvoir en Iran depuis le lendemain de la révolution de 1979.

Élection en Iran 2021 : des bureaux de vote vides à travers le pays (Compilation vol.1)
Raïssi est une figure de proue au sein de la faction dure, tandis que le président sortant du régime, Hassan Rohani, est considéré comme le porte-drapeau des soi-disant « réformistes ». Mais ces deux factions sont fondamentalement indiscernables en termes d’idéologie et de préférences politiques, même si elles sont parfois en désaccord sur les tactiques utilisées pour atteindre des objectifs communs. L’ambassadeur Lincoln P. Bloomfield Jr., ancien fonctionnaire du département d’État et actuel membre distingué du Henry L. Stimson Center, a approuvé ce point de vue en tant que panéliste lors de la discussion de jeudi, soulignant l’héritage de l’administration « modérée » de Rohani comme preuve d’un engagement envers les politiques intransigeantes à Téhéran.

Bloomfield a attiré l’attention sur le fait qu’en juin 2018, au début du second mandat de Rohani, des membres du régime ont tenté de commettre une attaque terroriste contre des militants expatriés et leurs partisans politiques lors du rassemblement « Iran libre » du CNRI près de Paris à Villepinte. Il a également noté que le Corps des gardiens de la révolution islamique du régime faisait du trafic d’héroïne en Europe et de la contrebande d’armes à des mandataires dans tout le Moyen-Orient pendant une grande partie de l’ère Rohani.

En ce qui concerne la situation intérieure de l’Iran, Bloomfield a noté que de sévères mesures de répression contre la dissidence avaient également eu lieu à cette époque, y compris celles qui étaient supervisées par Raïssi dans son poste de chef de la magistrature, sans protestation ni opposition de la part de l’administration Rohani. Raïssi a assumé ce poste en mars 2019 et était en sécurité dans son rôle au moment du soulèvement de masse en novembre de la même année. Le CGRI et d’autres autorités ont rapidement ouvert le feu sur ce mouvement de protestation après qu’il se soit déclenché simultanément dans près de 200 villes et villages. Plus de 1500 personnes ont été tuées et 12 000 arrêtées, les autorités carcérales et judiciaire se sont chargé du reste ; tortures, assassinats, condamnations à mort des manifestants emprisonnés.

Bloomfield a cité cette violence politique, soulignant que « le massacre s’est poursuivi » jusqu’à nos jours, depuis les premières années de la carrière politique de Raïssi. Une grande partie de la table ronde de jeudi s’est naturellement concentrée sur le rôle que Raïssi a joué en 1988 en tant que l’une des figures de proue des « commissions de la mort » chargées de mettre en œuvre la fatwa émise contre les dissidents. Ces commissions de la mort ont été organisés cette année-là par le fondateur du régime et premier guide suprême, Rouhollah Khomeiny.

Geoffrey Robertson, un avocat britannique spécialiste des droits humains, a fourni aux téléspectateurs de la discussion de jeudi un compte rendu détaillé du massacre de 1988 basé sur sa précédente enquête professionnelle – la première du genre. Pendant ce temps, le militant iranien Reza Fallahi a fourni son point de vue personnel en tant que personne qui se trouvait dans la prison iranienne d’Evine au moment du massacre et était l’une des douze personnes de son quartier à ne pas avoir été exécutées. Fallahi a nommé quatre personnes, dont Raïssi, qu’il a rencontrées pour répondre à des questions sur ses attitudes et ses affiliations politiques. Il a noté que Raïssi, alors procureur général adjoint de Téhéran, « faisait preuve d’une hostilité particulière » envers les prisonniers politiques.

To Stop Executions in Iran Permanently, World Should Hold Mullahs to Account for 1988 Massacre

Pour arrêter définitivement les exécutions en Iran, le monde devrait demander des comptes aux mollahs pour le massacre de 1988

Ces dernières années, cette animosité s’est exprimée par une fierté pour son héritage en tant que l’une des personnes les plus responsables des exécutions massives de l’OMPI – crime qu’un autre membre de la commission de la mort, Mostafa Pourmohammadi, a décrit comme « l’ordre de Dieu » aussi récemment qu’en 2016. Les efforts similaires de Raïssi pour défendre l’héritage du massacre ont été soulignés lors de l’événement de jeudi par Nick Fluke, président émérite de la Law Society d’Angleterre et des Pays de Galles. Fluke a exprimé l’espoir que le bilan de Raïssi le conduirait à être « largement boudé » par la communauté internationale, tout comme il l’a été aux urnes par l’écrasante majorité des Iraniens.

Fluke a souligné qu’il serait « très difficile de déloger » le leadership de quelqu’un avec autant de soutien de l’establishment que Raïssi en bénéficie. Au début de la fausse course présidentielle iranienne, le chef du pouvoir judiciaire a été identifié comme le candidat préféré du guide suprême Ali Khamenei, ce qui a conduit à l’exclusion de toutes les autres personnalités du scrutin afin que Raïssi puisse se présenter pratiquement sans opposition. On ne peut pas s’attendre à ce que le système derrière ce stratagème tienne ses propres fonctionnaires responsables des crimes passés, et Fluke a donc déclaré que si Raïssi devait répondre de ces crimes, il devrait être devant « un tribunal international avec des normes d’état de droit ».

Lors d’une séance de questions-réponses, les journalistes ont interpellé les orateurs sur la perspective d’obtenir ce résultat, ainsi que sur l’objectif plus large du CNRI de soutenir les troubles populaires en Iran, conduisant à l’éviction des mollahs et à la mise en place d’un système véritablement démocratique. Chacun d’eux a reconnu la difficulté mais a également souligné qu’une large publicité pour les méfaits passés du régime pourrait avoir un effet, et que les politiciens occidentaux pourraient adopter certaines politiques qui priveraient un gouvernement Raïssi de légitimité et autoriseraient le peuple iranien à entreprendre des actions comme celles vues dans novembre 2019.

Ebrahim Raisi, Chief Regime Henchman Vies for Iranian PresidencyMay 12, 2021

Ebrahim Raïssi, bourreau en chef du régime pour la présidence iranienne 12 mai 2021

Lors d’une précédente conférence de presse, le président de la commission des affaires étrangères du CNRI, Mohammad Mohadessine, avait prédit qu’un boycott électoral réussi ouvrirait la voie à des soulèvements nationaux qui seraient « beaucoup plus intenses et généralisés que les années précédentes ». Jeudi, les partisans du CNRI ont souligné que la faible participation électorale en Iran était un signe que les États-Unis, l’Europe et les Nations Unies devraient manifester leur soutien au soulèvement éventuel par l’application des sanctions de Magnitski à Raïssi et à d’autres, ainsi qu’à travers le lancement d’une commission d’enquête sur le massacre de 1988 et ses effets durables sur la société iranienne.

Parmi ces effets, il y a un sentiment d’impunité parmi les responsables du régime iranien qui leur a permis de nommer l’un des pires auteurs de violations des droits humains du pays comme prochain président du pays. Mais avec cette nomination, a déclaré Robertson, les Nations Unies seront obligées de faire face à la perspective que l’Iran soit représenté sur la scène mondiale par une personne considérée comme largement responsable de l’un des pires crimes contre l’humanité de la fin du 20e siècle. Et selon Bloomfield, « l’élection » de Raïssi augmente également l’urgence d’une question beaucoup plus générale : « Que faisons-nous contre une République islamique d’Iran hostile, indigne de confiance et destructrice ? »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe