lundi, juillet 22, 2024
AccueilActualitéssommet mondial Iran librePlus de 4 000 parlementaires de 50 pays soutiennent le plan en...

Plus de 4 000 parlementaires de 50 pays soutiennent le plan en 10 points de Maryam Radjavi

Dans une démonstration de solidarité sans précédent, plus de 4 000 députés et sénateurs de 84 parlements de 50 pays ont publié une déclaration soutenant le plan en dix points de Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), et appelant à la désignation du Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) comme entité terroriste. Ce soutien collectif comprend des majorités de 34 corps législatifs, soulignant le consensus mondial en faveur du changement démocratique en Iran.

Parmi les principaux signataires figurent des membres de la Chambre des communes et de la Chambre des Lords du Royaume-Uni, du Sénat et de la Chambre des représentants italiens, ainsi que des parlements de Norvège, de Slovénie, d’Islande, d’Estonie, de Lituanie, de Malte, de Moldavie, du Costa Rica, du Yémen et de Jordanie. La déclaration met en lumière la condamnation des violations des droits humains perpétrées par le régime iranien et de ses actions répressives contre les opposants, en particulier ceux associés à l’OMPI au camp d’Achraf-3 en Albanie.

La déclaration affirme les points clés suivants :

Condamnation des violations des droits humains : Les législateurs dénoncent les violations flagrantes des droits humains perpétrées par le régime iranien, en particulier la répression des femmes, et appellent à ce que les responsables du massacre de 30 000 prisonniers politiques en 1988 rendent des comptes.

Soutien à un Iran démocratique : Soulignant le droit du peuple iranien à un gouvernement démocratique, la déclaration appelle à un soutien mondial au plan en dix points de Mme Radjavi, qui prône une république démocratique laïque et égale entre les sexes.

Protection des opposants iraniens : Les signataires condamnent fermement les actions du régime contre les opposants iraniens en Albanie et soulignent leurs droits en vertu des conventions internationales des droits de l’homme.

Reconnaissance des droits de la Résistance : Reconnaissant l’obstruction du régime au changement politique, la déclaration affirme la légitimité du soulèvement du peuple iranien et de la lutte des unités de résistance de l’OMPI contre le CGRI.

Appel à des sanctions internationales et à une désignation terroriste : Le CGRI est identifié comme une source majeure d’instabilité régionale et mondiale, ce qui suscite des appels en faveur de sa désignation de terroriste contre les pasdaran et de l’imposition de sanctions pétrolières contre le régime en Iran.

Le communiqué souligne en outre que les tactiques du régime iranien, notamment les simulacres de procès et la persécution des membres de l’OMPI à l’étranger, constituent une tentative d’étouffer l’opposition et doivent être rejetées au niveau international. Il réitère que la seule solution à la dictature iranienne réside dans un changement de régime mené par le peuple iranien et ses mouvements de résistance.

Cette déclaration d’une coalition diversifiée de législateurs mondiaux marque un moment charnière dans la position de la communauté internationale à l’égard de l’Iran, signalant un abandon de la complaisance au profit d’un soutien actif à la transition démocratique et aux droits de l’homme dans la région.

Le texte intégral de la déclaration signée par plus de 4 000 législateurs est le suivant :

Déclaration sur l’Iran: Soutenir la liberté et la résistance en Iran pour la paix et la sécurité internationales

La déclaration de 4 000 législateurs de 84 parlements de 50 pays, dont la majorité des représentants de 34 assemblées législatives, en faveur du plan en 10 points de Mme Maryam Radjavi, de la désignation terroriste du CGRI et de la lutte des unités de résistance de l’OMPI contre le CGRI ;

La majorité des parlements du Royaume-Uni et d’Italie, la Chambre des représentants américaine et le Parlement norvégien figurent parmi les signataires de cette déclaration.

Le Comité international en quête de justice (ISJ) a reçu des copies des déclarations de plus de 4 000 représentants du peuple de 50 pays d’Europe, d’Amérique du Nord, d’Australie et de pays arabes dans 81 assemblées législatives, qui soutiennent le soulèvement du peuple iranien pour une république démocratique et Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), a annoncé le programme en dix points pour la période de transition et la désignation du Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) comme entité terroriste , et a exigé la reconnaissance du soulèvement du peuple iranien et de la lutte des unités de résistance de l’OMPI contre le CGRI.

Outre la résolution approuvée par le Sénat belge et la résolution 1148 de la Chambre des représentants américaine, enregistrée avec le soutien de la majorité de ses membres, les signataires de cette déclaration comprennent la majorité des représentants de 32 autres chambres législatives. La Chambre des Communes et les Lords d’Angleterre, la Chambre des Représentants et le Sénat d’Italie, les parlements de Norvège, de Slovénie, d’Islande, d’Estonie, de Lituanie, de Malte, de Moldavie, du Costa Rica, du Yémen, de Jordanie et les Sénats des Pays-Bas, L’Irlande et le Yémen en font partie.

Plus de 4 000 législateurs affirment que « le régime iranien détient le record mondial d’exécutions en proportion de sa population. En 1988, avec l’ordre du guide suprême Khomeiny, d’exécuter les membres de l’OMPI, 30 000 prisonniers politiques ont été massacrés en quelques semaines », et ajoute : « Le régime iranien a organisé un procès-spectacle par contumace pour 104 membres de l’opposition de l’OMPI qui étaient en Europe depuis années. Il entend préparer le terrain à des actes terroristes en émettant de faux décisions de justice et en faisant pression sur l’Europe pour qu’elle limite l’opposition, notamment à Achraf-3 en Albanie.»

La déclaration des parlementaires déclare que « la dictature religieuse au pouvoir ne peut être réformée. Lors du soulèvement de 2022, le peuple iranien a rejeté toute dictature monarchique ou religieuse et a exigé un changement de régime pour établir une république démocratique. Les législateurs de 81 parlements ont formulé leurs revendications dans cinq articles :

Nous condamnons les violations flagrantes des droits de l’homme, en particulier la répression des femmes, et nous appelons à ce que les auteurs du massacre de 1988 soient tenus responsables des crimes contre l’humanité en cours.

Le peuple iranien mérite un système démocratique. Nous exhortons tous les gouvernements à soutenir le plan en dix points de la présidente élue du CNRI, Maryam Radjavi, pour une république démocratique fondée sur la séparation de la religion et de l’État et sur l’égalité des sexes.

Nous condamnons fermement les actions du régime iranien contre les opposants iraniens du camp d’Achraf-3, en Albanie, et nous réaffirmons leurs droits en vertu de la Convention de Genève de 1951 et de la Convention européenne des droits de l’homme.

Alors que le régime iranien a bloqué toutes les voies politiques de changement, le monde libre doit reconnaître le droit du peuple iranien à se soulever et le droit des unités de résistance de l’OMPI à affronter le CGRI.

Nous condamnons fermement le rôle destructeur du régime iranien au Moyen-Orient et sa politique belliqueuse. Nous appelons à la désignation du CGRI comme groupe terroriste et à la mise en œuvre de sanctions pétrolières contre le régime.

La déclaration de plus de 4000 parlementaires de 50 pays du monde ne donne aucune excuse ni légitimité pour poursuivre la politique de complaisance et montre clairement que le temps de traiter et de négocier avec ce régime est révolu depuis longtemps. La seule façon de se débarrasser d’une dictature religieuse équipée de la bombe atomique est de renverser ce régime par le peuple iranien et la Résistance.

Par conséquent, soutenir le Conseil national de la Résistance iranienne et le plan en 10 points de son président pour l’avenir de l’Iran et reconnaître le droit des unités de résistance de l’OMPI dans leur lutte contre le CGRI est un besoin de paix et de sécurité pour la région et le monde.