samedi, décembre 3, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceSemaine de solidarité avec les femmes d’Achraf et d'Iran - Discours de...

Semaine de solidarité avec les femmes d’Achraf et d’Iran – Discours de Mme Radjavi

16 aout 2009 Auvers-sur-OiseCNRI – « Regardons l’histoire de la répression et de la torture contre les femmes en Iran durant ces trente dernières années. Quelle est la dernière arme qui reste au régime ? Quand il n’éparge les femmes d’aucune scène de torture, d’exécutions et de massacre, quand la résistance glorieuse des femmes Modjahed et combattantes met à genoux les bourreaux, à ce moment, la dernière arme qui leur reste, c’est l’agression sexuelle, l’humiliation et l’atteinte à la dignité », a déclaré Maryam Radjavi pour la première journée de solidarité avec les 1000 femmes d’Achraf.

16 aout 2009 Auvers-sur-OiseCNRI – « Regardons l’histoire de la répression et de la torture contre les femmes en Iran durant ces trente dernières années. Quelle est la dernière arme qui reste au régime ? Quand il n’éparge les femmes d’aucune scène de torture, d’exécutions et de massacre, quand la résistance glorieuse des femmes Modjahed et combattantes met à genoux les bourreaux, à ce moment, la dernière arme qui leur reste, c’est l’agression sexuelle, l’humiliation et l’atteinte à la dignité », a déclaré Maryam Radjavi pour la première journée de solidarité avec les 1000 femmes d’Achraf. La présidente élue de la Résistance iranienne intervenait ce 16 août devant de nombreux invités réunis à l’occasion de la première journée de solidarité avec les 1000 femmes d’Acgraf et les femmes insurgées d’Iran. Artistes, personnalités politiques, associations de femmes et Val’oisiens se sont succédés à la tribune pour exprimer leur solidarité, par des chants, des discours, des déclarations ou des actes de solidarité. Tous ont réclamé la protection d’Achraf, toujours sous la menace d’une nouvelle attaque sauvage irakienne. La cérémonie s’est terminée par une retraite aux flambeaux à la mémoire des martyrs d’Achraf et du soulèvement en Iran.

Voici l’intervention de Mme Radjavi :

Chers amis, chère soeurs

Je rends hommage aux martyrs d’Achraf et au dernier martyr, Chaaban Souri, et je rends aussi hommage aux martyrs du soulèvement pour la liberté en Iran.

Nous sommes rassemblés aujourd’hui à l’occasion de la semaine de solidarité avec les femmes d’Achraf et d’Iran, pour appeler l’opinion publique et la communauté internationale, en particulier nos sœurs dans le monde, à se dresser contre les menaces du fascisme religieux et de ses agents contre la vie et la dignité des femmes d’Achraf.

Nous sommes réunies pour faire entendre la colère du peuple iranien contre les violences choquantes des agents de Khamenei contre les filles et les garçons dans les prisons, en particulier les pressions inhumaines contre les femmes de la section 209 de la prison d’Evine à Téhéran. Nous sommes aussi réunis pour dire aux gouvernements que la complaisance et les négociations avec ce régime menteur, violeur et tueur, sont une honte.

Chers amis,

Vous êtes tous au courant de l’attaque sauvage des forces irakiennes de Maliki contre la cité d’Achraf, sur ordre de Khamenei. Cette attaque a été coordonnées entre la Force terroriste Qods [du corps des gardiens de la révolution] et l’ambassade du régime à Bagdad. Elle s’est passée juste après l’investiture d’Ahmadinejad pour affaiblir le soulèvement populaire. Elle a fait 10 morts, 500 blessés et 36 otages. Les films et les images montrent en partie la sauvagerie inhumaine à laquelle elle a donnée lieu. Je dis en partie, parce que les événéments des 28 et 29 juillet, sont bien plus graves que ne le montrent les images.

Auvers-sur-Oise, 16 aout 2009 Je voudrais surtout aujourd’hui parler de la sauvagerie des assaillants vis-à-vis des femmes d’Achraf. Ils les ont menacées d’atteinte à leur dignité et d’agressions sexuelles collectives. Ils ont essayé de la manière la plus ignoble de répandre un climat de terreur. Ils ont même menacé de massacrer tous les hommes d’Achraf pour ensuite prendre d’assaut le quartier des femmes.

Ces menaces viennent de criminels envoyés directement par le régime iranien à Achraf ou par ses agents. Cela fait des années que leurs semblables font subir les mêmes violences aux femmes en Iran. C’est la dernière arme des mollahs et des gardiens de la révolution.

Ces jours-ci, les femmes courageuses et résistantes de la section 209 de la prison d’Evine sont sous des pressions croissantes. Les bourreaux leurs disent qu’elles doivent servir d’exemple pour que les autres femmes n’osent plus manifester.

Récemment, l’ancien président du Majlis, le parlement des mollahs, a révélé que les filles et les garçons, étaient si sauvagement violés en prison, qu’ils n’ont pas la force de retrouver une vie normale. Il a aussi fait d’autres révélations :
– ils abandonnent des cadavres dans les rues
– ils entassent les prisonniers les uns sur les autres, les arrosent d’eau et de pluie de coups et de blessures.
– Ils assassinent les femmes violées par les gardiens de la révolution

Depuis le premier jour, le régime des mollahs a fait du viol une torture et une arme contre les Iraniens, en particulier contre les femmes.

Regardons l’histoire de la répression et de la torture contre les femmes en Iran durant ces trente dernières années. Quelle est la dernière arme qui reste au régime ? Quand il n’éparge les femmes d’aucune scène de torture, d’exécutions et de massacre, quand la résistance glorieuse des femmes Modjahed et combattantes met à genoux les bourreaux, à ce moment, la dernière arme qui leur reste, c’est l’agression sexuelle, l’humiliation et l’atteinte à la dignité.

C’est pourquoi nous luttons pour faire disparaître le fascime religieux dans sa totalité, son histoire et sa culture, que l’on peut résumer par les mots de viol et d’agression. Le viol et l’atteinte à la dignité et aux droits des femmes et des hommes en prison et de tous les Iraniens.

16 aout 2009 , Auvers-sur-OiseLa résistance des hommes et des femmes d’Achraf désempare le régime des mollahs. Dans ces scènes de heurts et de massacre des 28 et 29 juillet, si les femmes d’Achraf n’avaient pas résisté, n’avaient pas formé de bouclier humain, et si elles n’avaient pas fait preuve d’un moral d’acier et d’une foi à toute épreuve, avec particulièrement un commandement exemplaire et une présence en première ligne, il est certain que le nombre de martyrs et de blessés aurait été bien plus élevé.C’est ce qu’ont dit les hommes d’Achraf.

Je crois bon de rappeler que les femmes d’Achraf sont pour la plupart d’anciennes prisonnières politiques, des étudiantes et des diplomées des universités iraniennes, européennes et américaines. Des générations de femmes libres qui ont choisi de rejoindre la résistance et de persérver dans la lutte à Achraf, en sacrifiant beaucoup de choses, pour la liberté de leur peuple et de leur pays. Elles servent de modèle non seulement aux femmes en Iran mais aussi aux femmes de toute la région, un modèle de libération et de progrès. C’est pourquoi défendre Achraf, c’est aider la lutte contre le fascisme religieux, à savoir le danger essentiel qui menace la paix et la sécurité dans le monde.

C’est pourquoi j’appelle les militante de l’égalité des femmes et toutes mes sœurs dans le monde à soutenir les femmes d’Achraf et à défendre les femmes insurgées d’Iran. Je vous appelle à alerter le monde contre les menaces que fait peser le fascisme religieux sur les Iraniennes. Les jeunes filles qui participent courageusement aux manifestations et les mères qui depuis deux mois protestent sans répit devant la prison d’Evine et le tribunal des mollahs, espèrent beaucoup de vous et de moi. Dans cette lutte nous nous appuyons sur un grand soutien, celui de notre peuple et celui de nos sœurs dans le monde.

J’appelle ici même la commission du statut des femmes des Nations Unis, le Haut comissaire des droits de l’homme de l’Onu, le rapporteur spécial sur la question de la violence contre les femmes et les commissions des femmes et des droits de l’homme des parlements dans le monde à prendre des mesures pour protéger les femmes d’Achraf face aux menaces criminelles de leurs assaillants.

Aujourd’hui le danger d’une nouvelle attaque pèse sur les femmes d’Achraf. Les assaillants ont les mêmes armes et les mêmes moyens de tuer. Elles sont dans des conditions d’urgence sans la moindre sécurité ni la moinde garantie. D’autant plus que les forces américaines ont préféré ignorer leur engagement vis-à-vis des résidents d’Achraf  et dans une réaction irresponsable ont refusé d’assurer même un rôle d’observateur. J’avertis ici que ce sera d’un énorme scandale pour le président Obama.

Par ailleurs, le comportement des forces armées sous les ordres de Nouri Maliki avec les femmes d’Achraf, selon la Déclaration contre les violences faites aux femmes, sont des cas manifestes de violences étatiques contre les femmes. Leur présence menaçante à Achraf, viole plusieurs articles de la déclaration universelle des droits de l’homme, notamment le droit à la vie, le droit à la liberté et à la sécurité et à l’immunité contre des comportements violents, inhumains et humiliants » auxquelles elles ont droit. C’est pourquoi les femmes d’Achraf vont suivre ce dossier auprès des instances internationales compétentes et que la commission des femmes du CNRI suit de près le déroulement de ces plaintes.

Le comportement sauvage avec les femmes, a doublement démontré que la mission des forces irakiennes à Achraf n’est pas le maintien de la sécurité mais de faire disparaître la sécurité d’Achraf. Pour empêcher la poursuite de cette catastrophe, j’appelle la communauté internationale, spécialement les Etats-Unis, l’Union européenne et l’ONU, à tout faire pour satisfaire ces demandes :

1- La libération rapide des prisonniers politiques, spécialement des femmes, en Iran qui vivent dans des conditions inhumaines.
2- La libération immédiate des 36 résidents d’Achraf pris en otage et le retrait sans délai des forces irakiennes d’Achraf.
3- La prise en charge provisoire par le gouvernement américain de la protection d’Achraf. Cette obligation lui incombe de par l’article 45 de la convention de Genève. Le principe de « responsabilité de protection » (R2P) oblige les Etats-Unis à intervenir pour protéger les résidents d’Achraf. Cela ne porte atteinte en aucune manière à la souveraineté d’un pays.

3- Comme solution à long terme, une force internationale supervisée par l’ONU doit prendre en charge la protection d’Achraf. Dans une première étape une équipe d’observateur de la situation doit s’installer à Achraf.

D’ici, je salue les résidents héroïques d’Achraf et leurs défenseurs en Iran et dans le monde, ainsi que les 36 Moudjahidine du peuple pris en otage qui en sont à leur 20e jour de grève de la faim, aux protestataires à Achraf et dans les quatre coins du monde qui en sont à leur 18e jour de grève de la faim et à tous ceux qui dans cette lutte souffrent que ce soit de faim, de douleurs ou de maladies.

Je suis sûre que face à ce degré de foi et cette volonté d’airain et face au vaste soutien du peuple iranien, les mollahs et leurs agents ne pourront que connaître la défaite et la honte.

Permettez-moi de terminer par quelques phrases de Massoud Radjavi : cette grande épopée de l’Iran, avec le sang des martyrs et la souffrance des blessés et des prisonniers, vient garantir la prochaine étape.

Vive le soulèvement du peuple iranien pour la liberté !
Vive Achraf, et ses femmes et ses hommes d’honneur !
Vive ces milles héroines d’Achraf !
et je vous rends aussi hommage à vous toutes et à vous tous.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe