lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeSelon la justice, le régime iranien aurait mis en place une cellule...

Selon la justice, le régime iranien aurait mis en place une cellule du Hezbollah aux Émirats arabes unis

Selon la justice, le régime iranien aurait mis en place une cellule du Hezbollah aux Émirats arabes unis

Un tribunal des Émirats Arabes Unis a entendu des preuves lundi que des agents du corps des gardiens de la révolution islamique du régime iranien (Pasdaran) auraient mis en place une cellule terroriste du Hezbollah aux Émirats Arabes Unis en association avec des agents du groupe terroriste Hezbollah basé au Liban.

Gulf News a rapporté qu’un témoin du parquet a déclaré à la Cour suprême fédérale, présidée par le juge Falah Al Hajeri, que la cellule dormante avait travaillé dans les Émirats Arabes Unis depuis 2004 jusqu’à ce qu’elle soit démantelée en 2013, quand elle s’est avérée active.

Le témoin a affirmé à la cour que « la cellule terroriste a utilisé le sexe et l’alcool pour recruter un groupe d’agents dont HASH, un Émirati qui a communiqué des informations classifiées aux espions du Hezbollah. »

Le témoin a ajouté que le défendeur a transmis des informations au sujet du gouvernement, de la sécurité, des militaires et des institutions économiques ainsi que des contrats concernant les armes des Émirats avec divers pays aux agents du Hezbollah.

L’homme, toujours selon le témoin, a également fourni des informations sensibles sur les dirigeants politiques, de sécurité et de chefs d’entreprise aux agents du Hezbollah.

« Les services de renseignement de l’Iran et le Hezbollah ont réuni les informations en vue de cibler les endroits sensibles aux Émirats », le témoin a déclaré à la cour.

Un autre témoin a affirmé à la cour que la cellule terroriste du Hezbollah regroupait sept membres — deux Émiratis, quatre Libanais et une femme canadienne égyptienne.

« Les hommes émiratis ont été photographiés nus et sous l’influence de l’alcool et les clips ont ensuite été utilisés pour les recruter par les services secrets de l’Iran et du Hezbollah », le témoin a affirmé à la cour.

Le témoin a ajouté que la femme était ingénieure dans une grande compagnie pétrolière et transmis des informations classifiées sur les champs de pétrole et de gaz. « La femme a également travaillé en tant que photographe indépendante avec deux magazines, a fourni des photos et des informations sur les dirigeants émiratis aux agents du Hezbollah», a déclaré le témoin.

Le tribunal a ajourné l’audience au 23 mai.

Le Procureur général a précédemment déclaré à la cour que l’accusé a créé et géré un groupe international appartenant au Hezbollah basé au Liban sans l’autorisation officielle ou licence.

Plus tôt ce mois-ci, trois hommes chargés de la mise en place d’une filiale du groupe Hezbollah basé au Liban aux Émirats ont été condamnés à six mois de prison suivis d’un transfert.

La Cour suprême fédérale a statué que les hommes ont été reconnus coupables de mettre en place un bureau du groupe militant aux Émirats Arabes Unis et la réalisation d’activités commerciales, économiques et politiques sans permis.

 

Lire aussi : 

Violation persistante de la cessation des hostilités par le régime iranien et expédition de Pasdaran et de mercenaires en Syrie

Le Procureur fédéral allemand inculpe deux agents du VEVAK pour avoir espionné la Résistance iranienne

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe