vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésActualités: NucléaireSanctions contre le nucléaire iranien: une 3ème résolution pour bientôt, selon une...

Sanctions contre le nucléaire iranien: une 3ème résolution pour bientôt, selon une source française

The Associated Press -Les six grandes puissances chargées du dossier nucléaire iranien devraient pouvoir s’entendre "à court terme" sur un projet de résolution renforçant les sanctions des deux précédentes, a estimé samedi une source diplomatique française à l’issue d’une réunion à Paris des représentants des Six.

Le directeur politique de la Russie n’a pu participer à la rencontre à huis clos avec ses collègues français, britannique, allemand, américain, russe et chinois car son avion a été retenu par la neige à Montréal au Canada, mais un expert ne possédant toutefois pas de mandat pour prendre des décisions au nom de Moscou l’a représenté, a précisé la même source, qui a requis l’anonymat.

"La réunion s’est bien déroulée, dans un esprit positif. Il y a des éléments qui nous permettent raisonnablement d’estimer que nous pourrons avoir une résolution à court terme", a déclaré le diplomate, jugeant que le nouveau directeur politique désigné par Pékin s’était montré très coopératif.

"Un texte de compromis circulera entre les capitales la semaine prochaine" et "nous essaierons de transférer rapidement une proposition" au Conseil de sécurité des Nations unies à New York, a-t-on estimé. "Nous sommes relativement optimistes sur les chances d’avoir une résolution dans les semaines qui viennent", a poursuivi le diplomate français. Il a souligné que la résolution serait de toute façon "une résolution de compromis (…) dans la même logique" que les deux précédentes.

Celles de décembre 2006 et mars 2007, prises face au refus de Téhéran de suspendre ses activités nucléaires suspectes, interdisent l’exportation d’armes iraniennes, restreignent les déplacements de responsables iraniens et gèlent les avoirs à l’étranger de 28 personnes et entités liées aux programmes nucléaire et de missiles. Au sein du Conseil de sécurité de l’ONU, la France, le Royaume-Uni et les Etats-Unis prônent le renforcement des sanctions mais la Russie et la Chine, importants partenaires commerciaux de l’Iran, se montrent réticents.

Vendredi, la rencontre à Londres entre le haut représentant pour la politique étrangère de l’Union européenne, Javier Solana, et le nouveau négociateur iranien, Saïd Jalili, proche du président Mahmoud Ahmadinejad, "a été un désastre", selon cette source diplomatique, au point que "M. Solana est sorti en se demandant quel pouvait être l’avenir de la négociation".

Après 18 mois de pourparlers, le représentant de l’UE ne semblait pas envisager de nouvelle réunion avec M. Jalili pour le moment, l’Iran paraissant déterminer à poursuivre son programme nucléaire soupçonné de comporter un volet militaire clandestin. Téhéran a réaffirmé son mépris des sanctions et son droit à maîtriser la totalité du cycle nucléaire, y compris l’enrichissement de l’uranium, qu’il refuse de suspendre comme l’exige le Conseil de sécurité. AP

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe