vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeRice part au Proche-Orient avec l'Iran, et non la paix, en ligne...

Rice part au Proche-Orient avec l’Iran, et non la paix, en ligne de mire

Agence France Presse – La secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice part pour le Proche-Orient avec dans sa ligne de mire l’Iran, qu’elle accuse de chercher à déstabiliser l’Irak, le conflit israélo-palestinien risquant de se retrouver une fois encore le grand oublié de ses discussions.

Mme Rice quitte Washington vendredi en début de soirée pour des entretiens samedi et dimanche dans les Territoires palestiniens et en Israël, avant de poursuivre sa tournée en Egypte, Jordanie, Arabie Saoudite et au Koweït.

Elle fera escale à Berlin et Londres avant de rentrer le 19 janvier à Washington. Elle avait promis le mois dernier de déployer "beaucoup d’énergie" en début d’année pour tenter de relancer le processus de paix israélo-palestinien, et le président George W. Bush l’a encore assuré la semaine dernière à la chancelière allemande Angela Merkel.

Mais à quelques heures de son départ, elle a indiqué jeudi qu’elle consacrerait l’essentiel de sa tournée à la défense de la nouvelle stratégie de l’administration Bush en Irak, basée sur l’envoi de plus de 20.000 soldats américains supplémentaires, une augmentation de l’aide à la reconstruction et le déploiement de missiles antimissile Patriot dans la région pour protéger les alliés arabes modérés des Etats-Unis.

"Nous devons solidifier le consensus des Etats qui s’inquiètent de ce que fait l’Iran dans la région, qui craignent une agression régionale de l’Iran", a déclaré jeudi la chef de la diplomatie américaine, prévenant que les Etats-Unis ne resteraient pas "inactifs" face aux agissements des Iraniens en Irak.

Cet avertissement a coïncidé avec une opération américaine à Erbil dans le Kurdistan irakien, dénoncée par l’Iran comme une attaque contre l’un de ses consulats. Six Iraniens ont été arrêtés lors de cette opération, selon un responsable du Pentagone.

Washington envisage de déployer pendant des mois deux groupes aéronavals dans le Golfe afin de renforcer la présence militaire américaine dans la région, selon un haut responsable militaire américain.

"Mon voyage va beaucoup se concentrer sur le ralliement des Etats arabes responsables derrière le gouvernement irakien, pour qu’ils soutiennent ce qui doit être fait là-bas, et bien sûr pour qu’ils soutiennent le Liban et les Palestiniens modérés", a-t-elle déclaré devant des élus de la Chambre des Représentants.

L’étape koweïtienne sera marquée par une réunion avec les ministres des Affaires étrangères du "CCG+2", le groupe de pays arabes modérés sur lesquels l’administration américaine compte s’appuyer pour faire échec à la montée de l’influence de l’Iran et la Syrie dans la région.

Le Conseil de coopération du Golfe (CCG) regroupe six monarchies pétrolières: Arabie Saoudite, Koweït, Emirats arabes unis, Oman, Qatar et Bahreïn.

L’Egypte et la Jordanie se sont jointes à ce groupe pour former le "CCG+2" qui s’est déjà réuni à trois reprises depuis septembre avec Mme Rice à New York, au Caire et en Jordanie.

"Je suis convaincue que les Etats du Golfe, les Egyptiens et les Jordaniens comprennent de mieux en mieux que pour résister autant qu’ils le souhaitent à la hausse de l’influence de l’Iran au Moyen-Orient, une chose qu’ils redoutent beaucoup, il va falloir qu’ils soutiennent l’Irak", a déclaré Mme Rice.

"Car l’Irak peut représenter une barrière à l’influence iranienne, mais il peut aussi lui servir de pont si on ne s’y attaque pas efficacement", a-t-elle ajouté. Signe que des progrès sur le conflit israélo-palestinien paraissent peu probables, une réunion du Quartette pour le Proche-Orient (Etats-Unis, Union Européenne, ONU et Russie), prévue fin janvier à Paris, a été reportée pour des raisons de "conflits d’emploi du temps", selon le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon.

Et le porte-parole du département d’Etat, Sean McCormack, a prévenu cette semaine que ce voyage serait "davantage consacré à la pose de fondations pour d’éventuelles futures actions qu’à la conclusion d’accords précis".

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe