samedi, février 4, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceRetirez l’OMPI de la liste et laissez-les crier la liberté dans la...

Retirez l’OMPI de la liste et laissez-les crier la liberté dans la rue pour l’avènement de la démocratie en Iran – Tom Ridge

CNRI – « Comme nous l’avons dit à maintes reprises, publiquement et en privé, la Résistance iranienne et l’OMPI ne demandent pas d’argent, elles ne cherchent pas à acquérir des armes, mais demandent simplement de pouvoir s’exprimer librement. Elles veulent être retirées de la liste et prendre elles-mêmes les choses en main. Nous avons besoin de le faire car le temps presse », a déclaré Tom Ridge le 20 janvier à Washington.

L’ancien Secrétaire américain à la sécurité intérieure, s’exprimait le 20 janvier dans une conférence à Washington organisée par ExecutiveAction qui rassemblait d’anciens hauts responsables des administrations Obama, Bush et Clinton. Intitulée « Les menaces nucléaires et terroristes de l’Iran et ses violations de droits. Après le rapprochement et les sanctions, quoi d’autres? », elle affichait un panel de haute volée avec le général James Jones, ancien conseiller à la sécurité nationale du président Obama, Bill Richardson, ancien secrétaire à l’Energie de Bill Clinton, James Woolsey, ancien directeur de la CIA, Michael Mukasey, ancien ministre de la Justice, le général Anthony Zinni, ancien commandant du CENTCOM, Louis Freeh, ancien directeur du FBI et Mitchell Reiss ancien directeur politique du département d’Etat. Le modérateur était le sénateur Torricelli.

Tous se sont exprimés en faveur de la radiation de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) de la liste du terrorisme des Etats-Unis, et d’un changement de politique américaine vis-à-vis du régime des mollahs et de la résistance iranienne.

Voici les moments forts de l’intervention de Tom Ridge:

Nous cherchons toujours des choses qui pourraient servir d’objectifs à une politique spécifique, quelque chose susceptible d’être partagé par les deux côtés de la Chambre ; c’est pourquoi je pense qu’il est très significatif que ces républicains et ces démocrates qui ont travaillé pour des gouvernements républicains et démocrates déclarent de manière très claire qu’ils ont tous le sentiment que l’OMPI devrait être retirée [de la liste noire américaine] et cela immédiatement. Je l’ai déjà dit et certains de mes amis m’ont entendu le dire, et je continuerai à le dire jusqu’à la radiation [de l’OMPI de la liste] : le temps n’est pas notre allié dans nos efforts collectifs destinés à empêcher le régime tyrannique au pouvoir à Téhéran de devenir une puissance nucléaire. En fait, il ne nous reste pas beaucoup de temps et nous devons comprendre cela. Il est intéressant de noter que lorsque les deux parties se sont réunies en décembre, elles se sont mises d’accord pour se réunir à nouveau en janvier tout en sachant que les représentants du régime iranien viendraient sans aucune intention de discuter de leurs projets nucléaires. On peut se demander pourquoi ces gens-là se sont donnés la peine de se réunir alors que la seule chose sur laquelle ils se sont mis d’accord, c’était de se revoir à nouveau ?

L’Iran représente actuellement le plus grand danger qui menace le monde occidental. A ce sujet, je ne vois, comme beaucoup de mes collègues, d’ailleurs, aucune autre perspective, mais il s’agit de mon opinion. Pour moi, il est absolument hallucinant qu’en parlant de l’Iran, on ne rende pas compte que l’on parle aussi du Hamas, du Hezbollah, des combattants qu’ils [les Iraniens] soutiennent en Afghanistan et en Irak, d’Al-Qaïda, du Jihad islamique de la Palestine, etc. D’un côté vous avez l’Iran et tous ses mandataires et de l’autre l’OMPI. Et tout ce qu’elle nous demande, c’est d’être radiée de la liste. Elle dit : « Sortez-moi de la liste ; donnez-moi la même opportunité que celle d’un régime répressif qui utilise cette étiquette collée à l’OMPI pour continuer à réprimer, embastiller, torturer ou assassiner. Retirez-nous de liste ! C’est tout ce que nous demandons »

Observant le reste du monde dans ses efforts répétés pour traiter avec l’Iran par le dialogue et les négociations, je me demande s’ils ont pour une fois marqué une pause, ne serait-ce qu’une minute dans la poursuite accélérée de leur programme nucléaire militaire ?  Qui peut en douter vu qu’ils ont ignoré jusqu’ici toutes les résolutions de l’ONU?  Combien de résolutions faut-il encore voter avant que l’ONU ne réalise enfin que cette politique est inefficace, voire vaine ? Il s’agit d’un défi réel non seulement pour les Etats-Unis, mais aussi pour le reste du monde. 

Tous les ans, Ahmadinejad vient s’adresser à l’ONU. Comme c’est fascinant ! Il vient aux Etats-Unis et il peut s’exprimer sur un ton rhétorique, cracher son venin et dire ce qu’il lui plait. Mais l’OMPI et l’opposition iranienne sont privées de la même opportunité de s’exprimer librement. Maryam Radjavi serait ravie de pouvoir se rendre aux Etats-Unis, mais là, cette incohérence dans notre politique, est difficile à comprendre. C’est pourquoi l’OMPI doit être supprimée de la liste. 
Je pense que cela aurait eu un impact profond sur les négociations prévues, si l’OMPI avait été radiée [de la liste] avant la rencontre des autres pays avec la délégation iranienne. C’eut été un changement significatif de notre politique et aurait envoyé un signal totalement différent au régime.

Ce qui est arrivé en Tunisie, est très intéressant, n’est-ce pas ? Les gens sont rapidement descendus dans la rue. Le gouvernement [américain] a réagi d’une manière positive en soutenant les voix de la démocratie, celles du changement. Le gouvernement a salué le mouvement pour instaurer la démocratie et la liberté en Tunisie. Mais ils sont restés silencieux après les élections truquées en Iran. Je ne comprends pas tout à fait cette incohérence.

Comme nous l’avons dit à maintes reprises, publiquement et en privé, la Résistance iranienne et l’OMPI ne demandent pas d’argent, elles ne cherchent pas à acquérir des armes, mais demandent simplement de pouvoir s’exprimer librement. Elles veulent être retirées de la liste et prendre elles-mêmes les choses en main. Nous avons besoin de le faire car le temps presse.    
Je le dis et j’espère que tous ceux qui m’entendent au sein de cette administration, mais aussi dans le monde occidental, comprennent qu’un Iran nucléaire signifierait sans doute l’échec de la diplomatie occidentale ou plus tragique encore, celui de la volonté occidentale. On peut imaginer que l’Occident, plus que toute autre partie du monde, comprend les conséquences tragiques, impensables de la politique de complaisance.  Il me semble que tout ce que l’OMPI nous demande est d’être retiré de la liste. L’UE, le Royaume-Uni ont déjà examiné ce dossier et jugé que cette inscription était infondée. Notre cour d’appel a examiné cette affaire et dit qu’elle était infondée.

Cette stratégie n’a pas marché. Leur inscription sur la liste en 1997 comme geste de bonne volonté n’a pas changé d’un iota la politique [du régime] ; elle n’a pas ralenti ou arrêté l’avancée [de leur projet] ou affecté leur intention de devenir une puissance nucléaire. Si vous regardez bien la région et le monde, elle n’a certainement pas modifié leur soutien au Hamas, au Hezbollah ou modéré les défis lancés non seulement aux Etats-Unis, mais aussi au monde occidental, partout dans le monde. Alors nous disons à ceux qui au Département d’Etat, sont impliqués dans les prises de décision : il est grand temps. Retirez l’OMPI de la liste et laissez- les crier la liberté dans la rue et faire ce qu’il faut pour l’avènement de la liberté et de la démocratie dans un Iran qui vivrait en paix et dans l’harmonie d’une coexistence pacifique avec ses voisins et les autres pays du monde. 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe