mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceRadjavi condamne l’ingérence étendue de l’Iran en Irak

Radjavi condamne l’ingérence étendue de l’Iran en Irak

Radjavi condamne l’ingérence étendue de l’Iran en IrakLa dirigeante de l’opposition iranienne en exil dit que faire des concessions aux mollahs iraniens ne permettra pas d’éviter la guerre

Middle East Online – Maryam Radjavi, dirigeante de l’opposition iranienne en exil, était à Strasbourg, en France, le 10 avril pour une visite formelle au Conseil de l’Europe, à l’invitation du groupe du parti libéral de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.

La présidente de la République élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), s’est exprimée en français lors de la réunion, sur la situation actuelle en Iran et la crise nucléaire entre l’Iran et le Conseil de Sécurité de l’ONU.

« Aujourd’hui, je suis venue vous dire que la communauté internationale n’est pas obligée de choisir entre des mollahs dotés de l’arme atomique et la guerre », a dit Mme Radjavi, ajoutant : « Il existe une Troisième Voie : un changement démocratique par le peuple iranien et sa résistance organisée . Faire des concessions aux mollahs n’est pas une manière d’éviter la guerre. Cela ne fait qu’augmenter la possibilité d’une guerre. Il est nécessaire de réagir rapidement. Il ne reste pas beaucoup de temps. »

Maryam Radjavi a condamné l’ingérence étendue de l’Iran et ses activités terroristes en Irak, notamment le fait de fomenter une guerre civile entre les chi’ites et les sunnites et la mise en place de centres de torture et de détention secrets dans ce pays.

Elle a aussi rappelé que la justice suisse avait récemment lancé un mandat d’arrêt contre l’ancien ministre des renseignements iranien Ali Fallahian, pour l’implication de ce dernier dans l’assassinat du Pr. Kazem Radjavi, représentant du Conseil national de la Résistance iranienne en Suisse, en 1990 à Genève.

Elle a demandé à ce que la principale organisation d’opposition de l’Iran, les Moudjahidine du peuple (OMPI), soit retirée de la liste terroriste de l’UE, signalant que le ministre des Affaires étrangères britannique avait récemment reconnu avoir proscrit l’OMPI à la demande du régime iranien. Elle a affirmé que « 500 juristes éminents et plus de 1000 parlementaires en Europe ont déclaré leur opposition à la marque de terroriste collé au mouvement, parce que cela permet aux mollahs de réprimer une résistance légitime. »

Mme Radjavi a présenté en dix grandes lignes la vision du mouvement sous sa direction pour l’Iran de demain. La présidente de la République élue du CNRI a affirmé qu’elle s’engageait à instaurer un Etat laïc et pluraliste fondé sur le vote populaire, adhèrant à la Déclaration universelle des droits de l’homme, soutenant l’abolition de la peine de mort, reconnaissant le libre échange, aspirant à un Iran sans nucléaire et sans armes de destruction massive et recherchant des relations égales avec le reste du monde.

Lord Russel-Johnston, le président honoraire du groupe libéral et ancien président  de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, a déclaré dans ses propos d’ouverture que « Mme Radjavi et son mouvement représentent une véritable alternative démocratique aux dirigeants intégristes de Téhéran. Il n’existe pas de base pour les allégations contre l’OMPI, son inscription sur la liste noire a également affecté les activités du Conseil national de la résistance iranienne. Il faut dire haut et fort que le CNRI est une coalition démocratique. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe