mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismePourquoi l'Iran, plus que la Russie, peut faire obstacle aux objectifs américains...

Pourquoi l’Iran, plus que la Russie, peut faire obstacle aux objectifs américains en Syrie

La Russie présente le principal obstacle sur la scène internationale aux efforts américains pour mettre fin à la violence en Syrie, mais sur le terrain l’Iran semble être la principale force étrangère à soutenir le régime d’Assad.

Par Howard LaFranchi

The Christian Science Monitor, 15 aout – Les Etats-Unis se rendent de plus en plus compte que dans leurs efforts pour mettre fin aux violences en Syrie et pousser le président Bachar al-Assad hors du pouvoir, ce n’est pas tant la Russie qu’ils doivent affronter, mais l’Iran.

Entre les deux, c’est la Russie qui a contrecarré sur la scène internationale les efforts des États-Unis et de l’Occident pour mettre fin à 18 mois d’effusion de sang en Syrie. Mais sur le terrain, c’est l’Iran qui semble être plus actif dans ses efforts pour soutenir ce que certains experts régionaux et des transfuges du côté de M. Assad appellent un régime qui s’écroule.

Le secrétaire à la Défense, Leon Panetta, affirme que l’Iran «jouer un rôle plus important en Syrie à bien des égards », quelque chose qui « préoccupe profondément » les États-Unis. Ses déclarations suivaient les propos de la secrétaire d’Etat Hillary Rodham Clinton en Turquie la semaine dernière comme quoi les États-Unis canalisent les efforts pour rompre les relations entre Assad et l’Iran et ses affidés au Liban, le Hezbollah.

S’adressant à la presse mardi, le chef du Pentagone a déclaré que la « présence croissante » de l’Iran « augmente la tuerie qui se passe en Syrie ». Il a dit que les États-Unis avaient des preuves que l’Iran tente de former et de déployer une nouvelle milice pour combattre au nom d’Assad.

Le régime d’Assad a depuis longtemps à sa disposition les Chabiha, une milice soupçonnés d’être responsables de la plupart des massacres dans les villages sunnites.

Les déclarations de M. Panetta faisaient suite à des allégations d’un certain nombre de sources, y compris de groupes d’exilés iraniens, comme quoi les «pèlerins» iraniens dont Téhéran dit qu’ils ont été enlevés et retenus en otage par des rebelles syriens étaient en fait des membres du Corps des gardiens de la révolution iranien (CGR), qui étaient en Syrie de soutenir Assad.

Selon le Moudjahidine du peuple (OMPI), un groupe d’opposants en exil au régime religieux de l’Iran, les 48 Iraniens détenus faisaient partie d’un vaste contingent de 150 membres du corps d’élite CGR, envoyé à Damas pour aider Assad.
 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe