mardi, février 7, 2023
AccueilActualitésActualités: EvénementsPourquoi est-ce que le régime iranien est si terrifié par le CNRI...

Pourquoi est-ce que le régime iranien est si terrifié par le CNRI et l’Ompi? – Me Massoud Zabeti

CNRI – « Nous dirons poliment au Foreign Office et au Département d’État: sortez la tête du trou et regardez la réalité en face ! Reconnaissez le CNRI comme une alternative au régime iranien, reconnaissez les aspirations du peuple iranien à la liberté et la démocratie et au renversement de ce régime », a déclaré Me Massoud Zabeti, du Comité des avocats iraniens en Grande-Bretagne.

Il s’exprimait à la veille du 35e anniversaire de la révolution antimonarchique, le 8 février, à l’occasion de la première convention générale des représentants de plus de 300 associations iraniennes dans le monde, tenu à Paris.

Dans son intervention, Me Massoud Zabeti  a ajouté :

Dans ma vie professionnelle en tant qu’avocat, j’ai beaucoup travaillé avec des groupes de parlementaires tant au Royaume Uni que dans l’Union européenne. J’ai été impliqué dans de nombreux dossiers juridiques pour faire sortir l’Ompi de la liste terroriste en Grande-Bretagne, à l’UE et aux USA. Et cela a demandé des analyses très poussées de toute l’histoire de l’Ompi, y compris des documents classés secrets. J’ai aussi rencontré des responsables du département d’Etat pour discuter d’une série de questions concernant Achraf, le camp Liberty et la résistance iranienne.

Si vous me le permettez je voudrais partager avec vous quelques réflexions. J’ai appris une chose et je pense que je ne suis pas le seul. Le Foreign Office et le département d’Etat ne comprennent absolument rien à la réalité en Iran, rien aux aspirations de plus de 70 millions d’Iraniens et rien au CNRI et à l’Ompi.

Je regrette de le dire mais en ce qui concerne la politique iranienne, le Foreign office et le Département d’Etat sont pourris jusqu’à la moelle. J’ai eu des rencontres avec le Foreign Office en Grande-Bretagne il y a peu de temps et bien entendu nous avons discuté de l’étiquette de terroriste à propos de l’Ompi. Nous leur avons dit que nous leur avions prouvé qu’ils s’étaient trompés. Ils ont répondu « oui, mais… ». Mais quoi ? « Eh bien le CNRI n’a pas beaucoup de soutien en Iran. » J’ai toujours appris du CNRI et de l’Ompi d’être poli. C’était une affirmation étonnante de la part de quelqu’un qui vit à Londres à propos d’un Etat policier, d’un Etat tyrannique en Iran. Quoi qu’il en soit, je leur ai demandé :
– Mais comment en êtes vous venu à cette analyse ? Puisque bien entendu vous n’avez pas d’officiels du Foreign Office qui fréquentent la société iranienne pour demander aux gens ce qu’ils pensent de leur direction ou ce qu’ils veulent pour l’Iran de demain. Et bien sûr, le soutien ou l’appartenance à l’Ompi sous la constitution iranienne, le code pénal, conduit à perdre le droit à la vie, ses biens et à une exécution.
– Nous avons parlé à des gens
– Combien de personnes ?
– Quelques-uns.
– Très bien. Qui étaient ces gens ?
– Des experts sur l’Iran !

Et bien sûr ce sont exactement ces mêmes experts sur l’Iran qui ont dernièrement été dénoncés comme des agents du régime iranien. Non seulement des documents déclassifiés au tribunal l’ont montré mais les responsables du Foreign Office et le Département d’Etat ont été obligés de l’admettre, ce sont des agents du régime iranien. Ainsi l’évaluation du Foreign Office et du Département d’Etat sur le CNRI est juste basé sur les informations du régime iranien.

Quoi qu’il en soit, vous ne pouvez pas évaluer les aspirations de 70 millions de personnes en parlant avec une poignée.

Au moment de partir, je me suis rassis et j’ai dit aux responsables du Foreign Office que l’Ompi était le plus grand parti politique en Iran après la révolution. Elle a été responsable d’une grande partie de la révolution. Elle avait des millions de partisans en Iran. Plus de 120.000 membres et sympathisants de l’Ompi ont été exécutés. Si vous calculez, s’ils avaient chacun une dizaine de proches, cela fait 1,2 million de partisans. Et s’ils avaient une centaines de proches cela fait 12 millions de partisans.

Je leur ai aussi montré des photos de la conférence annuelle de l’Ompi à Paris, avec la présence de 100.000 personnes. Je ne veux manquer de respect à aucun parti politique en occident, mais je ne me souviens pas avoir vu un parti politique capable de rassembler même 10.000 personnes dans sa conférence annuelle, encore moins 100.000. De plus, pourquoi est-ce que le régime iranien est si terrifié par le CNRI et l’Ompi s’ils ne sont rien et ont si peu de partisans ?

Ensuite, ils m’ont suggéré que Rohani représentait le peuple iranien. C’est offensant, c’est insultant. Cette déclaration signifie que les Iraniens soutiennent une dictature intégriste islamiste, la torture, le viol, les exécutions, la répression générale, la répression des femmes, la répression des minorités ethniques et religieuse, l’absence totale des droits humains.

Nous devons dire au Foreign Office et au Département d’Etat : non, nous voulons pour notre peuple et nos proches exactement ce que vous voulez pour les vôtres. Dire de Rohani qu’il est modéré et traiter avec ce régime est lâche et dangereux et cela vise à satisfaire un régime violent.

Nous dirons poliment au Foreign Office et au Département : sortez la tête du trou et regardez la réalité en face ! Reconnaissez le CNRI comme un mouvement d’opposition légitime, une alternative au régime iranien. Reconnaissez les aspirations du peuple iranien à la liberté et la démocratie et au renversement de ce régime.

Et pour finir et c’est très important, concernant les habitants du camp Liberty : les USA, la Grande-Bretagne et l’ONU doivent protéger pleinement les droits des habitants, doivent respecter l’état de droit, doivent tenir leurs promesses et remplir leurs obligations légales, ce qu’ils n’ont pas fait jusqu’à présent. Et nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour nous assurer qu’ils le feront.