vendredi, décembre 2, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistancePE- Iran : Une mission d’enquête rejette les accusations de HWR contre...

PE- Iran : Une mission d’enquête rejette les accusations de HWR contre l’opposition iranienne

CNRI, 3 novembre – Une conférence à Paris aujourd’hui, intitulée « Rapport d’enquête d’une délégation de parlementaires européens sur les Moudjahidine du peuple d’Iran », a débattu de la campagne de diabolisation qui frappe depuis plusieurs années la Résistance iranienne, en Iran comme à l’étranger. Orchestrée par la dictature des mollahs, qui ne recule devant aucune méthode et dispose de revenus pétroliers astronomiques, cette campagne cherche à rendre l’image des résistants aussi noire que celle du fascisme religieux.

Un panel riche en personnalités de la défense des droits de l’homme rassemblait  Mgr Gaillot, Me Patrick Beaudouin, président de la FIDH, Catherine Legna, représentante de la fondation France Libertés, Me Gilles Paruelle ancien bâtonnier du Val d’Oise, Me Azadeh Zabeti avocate à Londres, François Colcombet, ancien député, Mohammad Mohadessine, président de la Commission des affaires étrangères du CNRI, et Paulo Casaca, eurodéputé portugais, président de la délégation du parlement européen à l’OTAN, qui vient de publier, par le biais de son association interparlementaire des Amis d’un Iran Libre un rapport d’enquête démontant les accusations que l’ONG américaine Human Rights Watch a porté contre la principale composante de la Résistance iranienne, les Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI).

Maryam Radjavi, présidente de la République élue du CNRI, a fait parvenir un message vidéo à cette conférence, dont nous publions le texte ci-dessous :

Je voudrais tout d’abord remercier les organisateurs de cette réunion. Je salue les efforts des Amis d’un Iran Libre et surtout de M. Casaca et de ses collègues pour être allés à Achraf faire une enquête complète et indépendante sur l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran.

Cela fait des années que la Résistance iranienne est victime d’une campagne de désinformation menée par le régime des mollahs.

La résistance a donné  plusieurs fois dans le passé des réponses détaillées prouvant que les accusations du régime sont sans fondement.

Le rapport d’enquête du groupe des Amis d’un Iran Libre est aussi très clair là-dessus.

Un objectif des mollahs avec cette campagne de propagande contre la résistance, c’est de préparer le terrain aux actions terroristes contre les membres et les sympathisants de la résistance à l’étranger. Après l’échec du mythe de la modération, la tyrannie religieuse a besoin plus que jamais de répression dans le pays et de terrorisme à l’étranger.

La semaine dernière, le monde a été choqué par les déclarations démagogiques du président des mollahs. Des propos qui doivent entraîner des mesures pratiques et efficaces contre cette dictature. Ahmadinejad et les autres responsables de ce régime n’ont pas hésité à répéter leur position révoltante. Cela montre que de simples prises de position ne sont pas suffisantes. En vérité, s’il n’y a pas de mesures précises, les mollahs ne prendront pas au sérieux cette condamnation. Le président du régime, quelques jours auparavant analysait les pays occidentaux de cette manière :

« La République islamique d’Iran a repris les activités au site d’Ispahan. On a vu d’abord le tollé qu’ils ont fait, et puis ils se sont calmés petit à petit et sont retournés à leur place.
Nous leur avons déclaré que tout avait changé. Au fur et à mesure, nous allons avancer et nous n’allons pas céder. Quand nous aurons lancé le cycle du combustible nucléaire, nous sommes sûrs que tout changera. L’Occident finira par l’accepter. »

C’est le résultat de plus de dix ans de politique de complaisance de l’Occident, et surtout de l’Union européenne. C’est pourquoi les mollahs ne le prennent pas au sérieux.

Le critère principal de la politique de complaisance, c’est l’étiquette du terrorisme collée à la force essentielle de la résistance, les Moudjahidine du peuple d’Iran. Cette étiquette vient d’un choix stratégique de l’Occident. Dans la bataille entre le régime d’un côté, la résistance et le peuple iranien de l’autre, l’Occident dans la pratique a choisi le régime.

C’est pourquoi les mollahs et les partisans de la complaisance dans le monde essaient  à tout prix  de maintenir cette étiquette contre les Moudjahidine du peuple. Tant qu’il y aura cette étiquette, les mollahs seront sûrs que personne ne prendra de mesure sérieuse contre eux.

D’autre part, cette étiquette est un terrain idéal pour la campagne de désinformation de la tyrannie religieuse pour salir l’image de la résistance.

Les alliés du régime sur le plan international essayent aussi d’enlever toute crédibilité à l’opposition démocratique en s’appuyant sur cette désinformation pour empêcher un changement démocratique en Iran. Car ils pensent qu’en l’absence d’une alternative démocratique, le compromis avec les mollahs est inévitable. Or la résistance iranienne est la réponse démocratique pour un changement en Iran, au défi que lancent les mollahs dans le monde.

Le résultat de la politique de complaisance de l’occident, c’est le sacrifice de toutes les valeurs  humaines en faveur des intérêts économiques et des considérations politiques. Sous prétexte de la défense des droits de l’homme, mais avec une motivation différente, ils changent la place de la victime avec celle du bourreau.

Les combattants de la liberté de l’Iran dans la cité d’Achraf qui sont les principales victimes de la répression et du terrorisme sont accusés de violations des droits de l’Homme et de terrorisme. Des combattants qui ont tenu bon, avec détermination, dans les conditions les plus difficiles. Menacés d’extradition, de torture et d’exécution, ils continuent à se battre pour la liberté, mais sont la cible de calomnies. N’est-ce pas honteux ?

Il faut se demander sur quel critère sont basées ces accusations ? Les procédures d’enquête connues sont violées et le ministère des renseignements des mollahs est devenu une source et une référence en matière de droits de l’homme.

Les mollahs et leurs partisans n’ont pas hésité à insulter et à calomnier des personnes éprises de liberté qui n’ont pas voulu répéter les mensonges du régime contre la résistance,
 Pour plaire aux mollahs terroristes la politique de complaisance piétine les principes moraux et les valeurs démocratiques. Elle fait entrer l’étiquette de terroriste collée aux Moudjahidine du peuple dans les négociations de la troïka européenne avec les mollahs.

Il faut mettre fin à cette grande injustice.

Maintenant que la nature du régime est de plus en plus claire pour le monde, il n’est pas nécessaire d’expliquer les mensonges des mollahs et de leur partisan.

Mais la justice et l’équité demande qu’on fasse la vérité sur la désinformation contre la résistance iranienne diffusée durant toutes ces années à la demande des mollahs.

La poursuite de cette ligne, d’un point de vue politique, est aussi une grave erreur qui aura de terribles conséquences. Cela va aider la dictature religieuse à renforcer la répression en Iran et son ingérence en Irak pour y installer un régime intégriste. Cela va aussi permettre aux mollahs d’avoir la bombe atomique.

Dans les conditions actuelles, se contenter de déclaration sans prendre de mesure, envoie un message de faiblesse aux mollahs et donne un résultat contraire. Il est temps d’agir.

Il faut retirer le nom des Moudjahidine du peuple de la liste du terrorisme. Il faut envoyer immédiatement le dossier atomique du régime au Conseil de sécurité de l’ONU. Ces mesures sont une nécessité absolue sinon le monde connaîtra une catastrophe.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe