mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceIran: 260 parlementaires de 22 pays parrainent une manifestation majeure à Bruxelles...

Iran: 260 parlementaires de 22 pays parrainent une manifestation majeure à Bruxelles le 7 nov

ImageEnvoyez le dossier nucléaire des mollahs au Conseil de Sécurité de l’ONU !

Retirer les Moudjahidine du peuple d’Iran de la liste du terrorisme constitue le facteur le plus efficace pour obliger Téhéran à respecter le droit international

Mahmoud Ahmadinejad, le président des mollahs a appelé à la destruction d’Israël et à l’élimination des Etats-Unis. Il a également menacé de terrorisme des dirigeants des pays musulmans. La complaisance avec le régime des mollahs n’a pas marché. Il est temps d’adopter une politique de fermeté qui marchera. La guerre étrangère n’est pas une solution. On peut apporter un changement démocratique en soutenant le peuple iranien et sa résistance organisée dirigée par Maryam Radjavi, présidente de la République élue du Conseil national de la Résistance iranienne, la coalition de l’opposition iranienne.

260 parlementaires de 22 pays ont exprimé leur soutien à la manifestation majeure des Iraniens à Bruxelles le 7 novembre. Ils ont appelé à envoyer le dossier nucléaire des mollahs au Conseil de sécurité de l’ONU et à retirer les Moudjahidine du peuple d’Iran, le principal mouvement de résistance, de la liste du terrorisme de l’UE.

Face au programme nucléaire du régime iranien : le temps de la fermeté

La résolution adoptée le 24 septembre 2005 par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a constitué un pas positif vers une politique appropriée. Cette résolution souligne que les dissimulations répétées du régime iranien, ses manquements, son non respect des engagements pris dans le cadre du Traité de Non Prolifération (TNP) et l’historique de ses activités nucléaires cachées ont soulevé des questions dont l’examen relève de la compétence du Conseil de Sécurité de l’ONU.

Nous approuvons cette résolution qui souligne que les agissements du régime iranien vont à l’encontre des engagements pris dans le cadre du TNP et de l’article XII.C des statuts de l’AIEA.

Il est de notoriété publique que sans les révélations faites par le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) au sujet du programme nucléaire secret du régime de Téhéran, particulièrement les révélations faites en août 2002 sur les installations nucléaires de Natanz et d’Arak, aujourd’hui les mollahs auraient probablement déjà obtenu la bombe atomique.

Or, l’absence d’une politique de fermeté à l’égard du régime des mollahs a déjà retardé de trois ans la saisine du dossier nucléaire de l’Iran par le Conseil de sécurité, permettant à ce régime de se rapprocher davantage de la bombe atomique. En effet, les ministres de la troïka européenne et le chef de la diplomatie de l’UE ont reconnu que le dossier nucléaire de l’Iran aurait du être envoyé au Conseil de Sécurité il y a déjà trois ans.

Ces deux derniers mois, le CNRI a fait de nouvelles révélations qui confirment que le régime des mollahs continue de déployer secrètement d’énormes moyens pour se doter de l’arme atomique. Evidemment, désormais, tout nouveau retard dans l’envoi du dossier nucléaire de l’Iran au Conseil de sécurité risque de permettre au seul Etat qui soutient le terrorisme international de se rapprocher davantage de la bombe atomique et de mettre en péril la paix et la sécurité mondiale.

Par conséquent, nous appelons le Conseil des gouverneurs de l’AIEA et les membres du Conseil de sécurité à se saisir immédiatement du dossier nucléaire de l’Iran. Nous demandons au Conseil de sécurité d’imposer au régime iranien un embargo pétrolier et technologique total afin de l’empêcher de poursuivre son programme nucléaire néfaste. A cet égard, nous soutenons pleinement le rassemblement du 7 novembre 2005 devant le siège de l’Union européenne à Bruxelles où les participants réclameront l’envoi immédiat du dossier nucléaire de l’Iran au Conseil de sécurité de l’ONU.

Nous demandons également à l’Union européenne d’annuler les concessions qu’elle a faites au régime des mollahs lors des négociations nucléaires, notamment celle qui a consisté à inclure le nom de l’organisation de Moudjahidine du peuple d’Iran, principal mouvement de l’opposition iranienne, dans la liste des organisations terroristes. Sacrifier ceux qui ont alerté la communauté internationale sur le danger d’une dictature religieuse dotée de la bombe atomique et continuer à marchander avec un tel régime revient à encourager les mollahs à poursuivre leur programme nucléaire.

Par ailleurs, étant donné la détérioration considérable de la situation des droits de l’homme en Iran, notamment la montée des exécutions, en particulier d’enfants mineurs, et les arrestation massives de jeunes depuis l’arrivée à la présidence de Mahmoud Ahmadinejad, mais aussi étant donné l’ingérence croissante du régime iranien en Irak, nous demandons à l’Union européenne d’adopter une politique de fermeté vis-à-vis du régime des mollahs et de soutenir le peuple iranien dans sa lutte pour la liberté.