lundi, janvier 30, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistancePatrick Kennedy: les Etats-Unis doivent donner leur appui à l'instauration de la...

Patrick Kennedy: les Etats-Unis doivent donner leur appui à l’instauration de la démocratie en Iran

Patrick Kennedy: les Etats-Unis doivent donner leur appui à l'instauration de la démocratie en Iran

La politique américaine devrait faire pression pour instaurer la démocratie en Iran avec l’accord sur le nucléaire iranien, a déclaré Patrick Kennedy, ancien membre du Congrès américain. Amnesty International ainsi que d’autres organisations pour les Droits de l’Homme ont constaté avec effroi que depuis que le Président « modéré » Hassan Rohani a pris ses fonctions, près de 1500 citoyens ont été pendus en Iran, dont des dissidents, des mineurs et des femmes, déclarait Patrick Kennedy dans un article du Chicago Tribune publié lundi.

Voici un extrait de son article paru dans le Chicago Tribune le 21 septembre 2015 :

Après l’accord, les Etats-Unis devront faire pression pour instaurer la démocratie en Iran

Chicago Tribune
Patrick Kennedy

Mon oncle, le Président John F. Kennedy, avait réussi à négocier un accord nucléaire avec un adversaire hostile (le traité d’interdiction partielle des essais nucléaires, signé avec l’Union soviétique en août 1963) tout en soutenant activement, à la fois dans son discours et à hauteur de dizaines de milliards de dollars de financement, la cause de la démocratie dans les pays du bloc de l’est. Dans les années 1980, le Président Ronald Reagan a adopté la même approche avec l’URSS, en signant le traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire, tout en redoublant l’engagement des Etats-Unis pour l’instauration de la démocratie derrière le rideau de fer. Cette stratégie a gardé la foi avec les valeurs les plus profondes et les intérêts les plus vitaux des Etats-Unis. Malheureusement, aujourd’hui, notre gouvernement n’a pas donné suite à cette démarche à l’égard de l’Iran.

Ce qui a été aussi préoccupant que le don des voix nécessaires à Barack Obama pour autoriser un accord sur le nucléaire de la part de mes anciens collègues au Congrès, était l’abdication quasi totale de l’autorité morale des Etats-Unis vis-à-vis de la promotion de la démocratie et des Droits de l’Homme en Iran, qui étaient tous deux menacés même pendant les négociations sur le nucléaire, quand nous avions une influence maximale.

Ne vous y méprenez pas : l’Iran est un adversaire hostile. Selon notre propre département d’Etat, ce régime est toujours le principal Etat mécène du terrorisme : Téhéran continue de financer et d’armer des organisations terroristes, y compris le Hezbollah, de fournir un appui stratégique et tactique au dictateur syrien Bashar Assad, de financer, d’entrainer et de donner du pouvoir aux milices chiites en Irak et de se battre par procuration contre les forces soutenues par les Etats-Unis au Yémen.

Il ne faut pas oublier que l’objectif de l’accord sur le nucléaire est de contenir un Iran hostile, et non pas de se lier d’amitié avec ce pays. L’accord ne devrait donc pas représenter un chèque en blanc moral ou financier pour l’Iran. Les Etats-Unis doivent utiliser leur autorité morale et leur contrôle des cordons des sanctions et des aides financières, non seulement pour essayer de changer le comportement du régime, mais aussi pour appuyer l’instauration de la démocratie et les Droits de l’Homme en Iran.

Afin que personne n’oublie, je rappelle que l’Iran exécute des prisonniers politiques par centaines. Amnesty International et autres organisations des Droits de l’Homme ont constaté avec effroi que depuis que le Président « modéré » Hassan Rohani a pris ses fonctions, près de 1500 citoyens ont été pendus en Iran, dont des dissidents, des mineurs et des femmes. En effet, le régime iranien est, proportionnellement à sa population, le premier bourreau de ses propres citoyens au monde. Les prisons sont remplies de journalistes et de militants des médias sociaux, de membres des minorités ethniques et religieuses, d’étudiants et d’avocats.

Alors que les Etats-Unis se préparent à libérer des milliards de dollars supplémentaires d’allégement des sanctions dans le cadre de l’accord, d’enrichir les coffres du régime et d’assurer la survie d’une théocratie répressive, nous ne devons pas renoncer à défendre la cause de la démocratie en Iran. De peur d’entraver ses efforts pour « intéresser » Téhéran, le gouvernement d’Obama a adopté une attitude souple vis-à-vis de la démocratie en Iran, qui se reflète à la fois dans son niveau de financement et son discours. L’administration n’a rien fait pour reconnaître et soutenir les groupes de l’opposition pro-démocratiques, tels que le Conseil national de la Résistance iranienne.

Les Etats-Unis peuvent commencer par prendre rapidement des mesures pour protéger les milliers de dissidents iraniens qui languissent dans les camps irakiens que nous avions juré de protéger, ce que nous n’avons pas fait, de peur de perdre le régime à la table des négociations. Une fois que l’accord sera signé, on sera en droit de penser que le gouvernement Obama aura alors suffisamment d’influence, pour lui permettre de sauver toutes ces personnes qui unissent leurs destinées pour un Etat iranien laïque, démocratique et non-nucléaire. Après des années d’embuscades et de massacres aux mains des forces pro-iraniennes au pouvoir, ces braves hommes et femmes doivent être protégés contre de nouvelles attaques au camp ironiquement appelé « Liberty ». Nous devons faire comprendre au Premier ministre irakien Haider al-Abadi, qu’il est responsable de la protection de ces dissidents iraniens, qui doivent pouvoir se mettre en sécurité au sein de nations tiers.

L’accord est conclu, mais les intérêts et les valeurs des Etats-Unis en subissent les conséquences. Nous devons maintenant utiliser l’adoption imminente du pacte nucléaire pour renouveler l’engagement unique des Etats-Unis pour l’idéal de démocratie et des Droits de l’Homme en Iran et soutenir le peuple iranien et non pas leurs oppresseurs.

Patrick Kennedy, ancien représentant américain, démocrate représentant le 1er district du Congrès de Rhode Island.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe