lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléairePlus que jamais, la confrontation avec le régime iranien est un impératif...

Plus que jamais, la confrontation avec le régime iranien est un impératif stratégique et moral

Plus que jamais, la confrontation avec le régime iranien est un impératif stratégique et moral
Photo d’archive – Installations nucléaires iraniennes

Dimanche, Kamal Kharrazi, ancien ministre iranien des Affaires étrangères et actuel conseiller du guide suprême du régime, a déclaré à Al Jazeera que le pouvoir iranien avait déjà la capacité technique de fabriquer une arme nucléaire. Kharrazi a ajouté que le régime n’a pas pris la décision de poursuivre activement cet objectif, mais de telles déclarations sont clairement destinées à promouvoir un récit de développement nucléaire pacifique qui permettrait au régime d’affirmer un jour que les adversaires occidentaux l’ont « forcé » à orienter ses avancées antérieures vers des fins militaires.

L’ancien ministre iranien du Renseignement, Mahmoud Alavi, a presque reconnu cette stratégie au début de l’année dernière lorsqu’il a mis en avant une fatwa censée interdire au pays d’acquérir des armes nucléaires, mais il a immédiatement affirmé que cet ordre pouvait être annulé instantanément et sans conséquence. « La fatwa interdit la production d’armes nucléaires, mais s’ils poussent l’Iran dans cette direction« , a déclaré Alavi à propos des États-Unis et de l’Europe, « ce n’est pas la faute de l’Iran. Ceux qui ont poussé l’Iran dans cette direction seront à blâmer. »

Le Conseil national de la Résistance iranienne affirme depuis longtemps que le régime théocratique ne renoncera jamais à ses ambitions en matière d’armes nucléaires. Selon le CNRI, ce geste et d’autres gestes provocateurs envers la communauté internationale constituent l’un des deux piliers centraux de la stratégie du régime pour se maintenir au pouvoir. L’autre est la répression de la dissidence au niveau national, et ces deux phénomènes se sont sensiblement accélérés ces dernières années.

La répression de la dissidence est clairement devenue plus vitale que jamais pour la survie du régime puisque l’Iran a connu au moins neuf soulèvements antigouvernementaux depuis la fin de l’année 2017. Cela a conduit de nombreux analystes à conclure que le régime se trouve dans sa situation la plus vulnérable à ce jour. Bien que 1 500 manifestants pacifiques aient été tués en quelques jours lors d’un soulèvement en novembre 2019, les manifestations ont repris dans une grande partie du pays à peine deux mois plus tard, signalant que les stratégies répressives échouent.

Dans ces circonstances, la Résistance et ses partisans ont promu la conclusion supplémentaire que si seule la pression était appliquée à l’autre pilier de la survie du régime, alors son effondrement suivrait de près. La menace implicite de Kharrazi d’une « explosion » nucléaire imminente devrait fortement souligner l’intérêt de poursuivre cet effondrement.

Certains décideurs occidentaux et spécialistes des affaires internationales affirment depuis des années que l’objectif déclaré des politiques américaine et européenne à l’égard de l’Iran devrait être le changement de régime. Le CNRI, quant à lui, a fait valoir que ce résultat est la seule voie vers une véritable solution à un certain nombre de problèmes qui ont proliféré depuis que les mollahs ont pris le pouvoir en 1979.

Les provocations nucléaires de Téhéran sont, bien sûr, l’un de ces problèmes. Mais le statut largement reconnu de Téhéran en tant que principal État parrain du terrorisme, ainsi que sa longue histoire de violations des Droits de l’Homme et de crimes contre l’humanité, qui se poursuivent à un rythme soutenu en dépit de leur échec sous-jacent, sont tout aussi importants.

Au cours du seul premier semestre 2022, les autorités iraniennes ont procédé à plus de 250 exécutions, le mois de juin affichant le total mensuel le plus élevé depuis au moins cinq ans. Ce chiffre ne tient pas compte des personnes qui ont pu mourir à la suite de mauvais traitements et de négligences médicales alors qu’elles purgeaient de longues peines de prison. Ces condamnations motivées par des raisons politiques ne manquent pas en Iran, mais cette tendance s’est également accélérée ces dernières années. Rien que le 11 juillet, les autorités ont arrêté pas moins de huit personnes dont le seul crime était de demander des comptes pour la mort de leurs proches lors de la répression de novembre 2019.

Les dernières provocations nucléaires de l’Iran sont des indicateurs clairs de la valeur stratégique que les nations occidentales pourraient tirer d’une confrontation plus sérieuse avec le régime des mollahs qu’elles ne l’ont fait. Parallèlement, l’escalade des violations des Droits de l’Homme en Iran montre clairement qu’une attitude plus ferme à l’égard de ce régime est également un impératif moral. Et ces deux phénomènes témoignent d’une attente d’impunité qui s’est développée à Téhéran après de nombreuses années de relations avec des dirigeants occidentaux extrêmement conciliants.

L’impératif moral de lutter contre les violations des Droits de l’Homme en Iran a toujours été clair. Pourtant, personne n’a jamais eu à en répondre jusqu’à la semaine dernière, lorsqu’un tribunal de Stockholm (Suède) a condamné à la prison à vie l’ancien responsable des prisons iraniennes, Hamid Noury, après l’avoir poursuivi sur la base de la « compétence universelle » pour des violations graves du droit international.

La conclusion de cette affaire menace de mettre fin à l’ère de l’impunité de Téhéran et d’ébranler davantage les deux piliers de la mainmise des mollahs sur le pouvoir. Mais les autres nations occidentales et la communauté internationale dans son ensemble doivent donner suite à la décision pionnière de la Suède. Cela peut impliquer de nouvelles poursuites pénales, mais aussi une stratégie globale de sanctions économiques et de pression diplomatique visant les violations des Droits de l’Homme, les crimes contre l’humanité non résolus et les provocations étrangères, y compris, mais sans s’y limiter, les récentes avancées nucléaires.

Pour mener à bien cette stratégie, les États-Unis et l’Europe devront se libérer de décennies d’inertie dans leur politique iranienne. Heureusement, de nombreuses voix au sein des cercles politiques occidentaux ont déjà encouragé ce changement, et nombre d’entre elles proposeront des recommandations concrètes sur la manière de demander des comptes à Téhéran ce week-end lorsqu’elles s’adresseront à un public international dans le cadre du « Sommet annuel pour un Iran libre ».

Lors des sommets précédents, la présidente élue du CNRI, Maryam Radjavi, a souligné l’impact des soulèvements et l’expansion continue des activités des « unités de résistance » pro-démocratiques. Ainsi, cet événement de deux jours devrait clarifier pour tous les observateurs l’intérêt de soutenir le peuple iranien dans sa volonté de renverser une fois pour toutes le régime des mollahs.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe