dimanche, février 5, 2023
AccueilActualitésActualités: NucléaireIran: la cause des menaces nucléaires de plus en plus explicites du...

Iran: la cause des menaces nucléaires de plus en plus explicites du régime iranien

Le régime iranien a annoncé qu’il violerait ses engagements dans le cadre de l’accord nucléaire de 2015 avec les puissances mondiales. Cela fait partie de l’extorsion nucléaire du régime.

La semaine dernière, le régime iranien a annoncé qu’il commençait à travailler sur l’enrichissement de l’uranium à 60% de pureté fissile. Au service de cet objectif, a déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères Abbas Araqchi, «1 000 centrifugeuses supplémentaires avec 50% de capacité en plus seront ajoutées aux machines existantes à Natanz. L’annonce souligne que Téhéran accélère ses violations du plan d’action global conjoint au moment même où ses partenaires de négociation européens font tout ce qui est possible pour rétablir cet accord nucléaire de 2015.

La menace d’un enrichissement à 60% n’est que la dernière confirmation que le régime iranien n’a pas pris les négociations au sérieux. Depuis l’émergence de la perspective d’un retour des États-Unis au JCPOA, les responsables iraniens insistent sur le fait que les sanctions américaines doivent être levées immédiatement et dans leur intégralité, sans égard aux violations globales de l’accord par Téhéran.

La secrétaire d’État adjointe des États-Unis, Wendy Sherman, a déclaré lors de son audience de confirmation: «Les faits sur le terrain ont changé, la géopolitique de la région a changé et la voie à suivre doit également changer.» Sherman dirigeait l’équipe de négociation américaine lorsque le JCPOA prenait forme sous l’administration Obama. Avec la nécessité d’un changement, Téhéran ne peut pas espérer convaincre le monde que le statu quo a une grande valeur. Et pourtant, c’est exactement ce qu’il a essayé de faire, pour la simple raison que le régime iranien n’a pas d’alternative.

Bien sûr, il y aurait de nombreuses opportunités si Téhéran était disposée à négocier de bonne foi. Mais le refus du régime de ne même pas faire un petit pas témoigne du fait que les dispositions du JCPOA étaient le maximum absolu que Téhéran aurait jamais été disposé à accepter.

Il est notoire que certains des plus éminents critiques ont insisté sur le fait que le JCPOA tel que rédigé ne bloque pas la voie vers une arme nucléaire iranienne. Ce sentiment repose en partie sur des préoccupations concernant ce que l’accord a omis et sur la manière dont le régime iranien s’est comporté face à la faible application de ses dispositions et aux conséquences limitées de leur violation. L’inquiétude était que si les inspections internationales se concentraient uniquement sur les sites et les activités déclarés, Téhéran continuerait à faire progresser les éléments secrets de son programme nucléaire, puis reprendrait les mesures publiques une fois que les clauses d’extinction du JCPOA entraient en vigueur.

Il s’agit d’une préoccupation bien fondée, étant donné que le secret a toujours été l’une des principales caractéristiques du programme nucléaire iranien. L’existence même de ses dimensions militaires était inconnue du monde jusqu’à ce que les installations nucléaires de Fordo et d’Arak soient révélées en 2002 par le Conseil national de la résistance iranienne. Depuis lors, le régime iranien et le monde occidental se sont engagés dans un jeu de tir à la corde, Téhéran prétendant à plusieurs reprises desserrer son emprise afin de prendre ses adversaires au dépourvu lorsqu’il entreprend de rehausser le profil public de ses activités nucléaires encore une fois.

Cette stratégie a été décrite par nul autre que le président sortant du régime iranien Hassan Rohani dans un discours qu’il a prononcé plus tôt dans sa carrière après avoir été le principal négociateur nucléaire de l’Iran. Rohani se vantait qu’en maintenant un «environnement calme», le régime était en mesure de prolonger la durée des discussions et de gagner un certain degré de liberté face au contrôle international, permettant ainsi au programme nucléaire de faire de nouveaux progrès avant d’accepter publiquement certaines restrictions.

L’histoire de cette tromperie aurait dû inciter les puissances occidentales à adopter une ligne plus dure avant la signature du JCPOA, ou du moins à être plus sensibles aux signes que l’Iran bafouait l’esprit de l’accord. Mais cela ne s’est avéré être le cas pour aucun des signataires occidentaux jusqu’à ce que les États-Unis se retirent. Et même dans ce cas, les Européens sont restés tout aussi sinon plus disposés à ignorer les comportements provocateurs de Téhéran dans l’intérêt de préserver l’accord.