mercredi, novembre 30, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireNucléaire: "une gifle" aux partenaires de l'Iran, selon la presse russe

Nucléaire: « une gifle » aux partenaires de l’Iran, selon la presse russe

Nucléaire: "une gifle" aux partenaires de l'Iran, selon la presse russeAgence France Presse – L’annonce par l’Iran de ses succès dans l’enrichissement de l’uranium montre que Téhéran a choisi d’affronter l’Occident et constitue un désaveu cruel pour Moscou qui avait cherché à rendre service à la République Islamique, estimaient jeudi les journaux russes.

L’Iran a "ostensiblement donné une gifle à ses partenaires en négociations", a déclaré le quotidien d’opposition Kommersant.

La déclaration du président iranien Mahmoud Ahmadinejad s’inscrit dans "la ligne de provocation à l’égard de l’Occident que le président avait choisie dès le début de son mandat", a ajouté le journal.

Pour le quotidien libéral centriste Izvestia, l’Iran "a fait un pas de plus dans la guerre des nerfs" avec la communauté internationale.

Le coup est dur pour la Russie qui avait suivi avec constance une approche conciliante à l’égard de Téhéran, pensent les commentateurs.

"L’annonce de Téhéran doit être particulièrement douloureuse pour la Russie. En fait, la nouvelle du début de l’enrichissement par ses propres moyens met fin aux efforts de médiation de la Russie", a relevé Kommersant.

Le quotidien gouvernemental Rossiïskaïa Gazeta est du même avis. "Cela met une croix sur les récentes et apparemment fructueuses négociations visant à créer une société mixte russo-iranienne pour l’enrichissement de l’uranium sur le territoire russe", écrit-il.

En réalité, "il semble que Moscou ait été seul à croire (…) les assurances de Téhéran sur la nature purement civile de son programme nucléaire", a commenté le quotidien d’opposition Gazeta.
 
Cependant, Izvestia cite un expert nucléaire russe qui souligne qu’"enrichir l’uranium ne signifie pas encore avoir la bombe".

"De l’uranium fortement enrichi à usage militaire n’est pas une bombe. On a besoin de technologies pour synchroniser les flux de neutrons. Et personne ne vendra ces technologies, même au marché noir. On doit les mettre au point soi-même", a déclaré Andreï Gagarinski, directeur adjoint de l’Institut Kourtchatov.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe