vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireNucléaire iranien: les Cinq Grands proches d'un accord sur un texte à...

Nucléaire iranien: les Cinq Grands proches d’un accord sur un texte à l’Onu

Nucléaire iranien: les Cinq Grands proches d'un accord sur un texte à l'OnuAgence France Presse – Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’Onu étaient proches d’un accord mardi soir sur une première réponse au défi nucléaire iranien et ont proposé aux dix autres membres une nouvelle version du texte en discussion depuis trois semaines, ont indiqué plusieurs diplomates.

L’un d’eux a exprimé l’espoir d’une adoption prochaine, peut-être dès mercredi, de ce texte, rédigé par la France et la Grande-Bretagne avec l’appui des Etats-Unis, et qui a été édulcoré par rapport à sa version initiale pour surmonter les objections de la Russie et de la Chine.

 "Nous sommes parvenus à nous entendre sur l’essentiel du texte et il y a eu du mouvement de la part de tous. Nous sommes très près", a déclaré à la presse l’ambassadeur des Etats-Unis, John Bolton, à l’issue d’une série de réunions des Cinq Grands (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie).

"A chaque rencontre, nous avons progressé et ce soir nous sommes très près d’un accord", a confirmé son homologue français, Jean-Marc de La Sablière.

La nouvelle version du texte, dont l’AFP a obtenu copie, appelle toujours l’Iran à se conformer à ses obligations vis-à-vis de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), notamment en cessant toute activité liée à l’enrichissement d’uranium.

Elle demande au directeur de l’AIEA, Mohamed ElBaradei, de faire rapport au Conseil des gouverneurs de l’AIEA "et parallèlement" au Conseil de sécurité, dans les 30 jours après l’adoption du texte, sur la manière dont l’Iran aura appliqué ses dispositions.
Ce délai a été allongé à la demande de Moscou et Pékin, la première version prévoyait seulement 14 jours.

Enfin, la nouvelle mouture du texte se contente de rappeler qu’il est "de la responsabilité première" du Conseil de sécurité "de maintenir la paix et la sécurité internationales".

Ce paragraphe a été édulcoré par rapport aux premières versions, qui faisaient un lien clair entre le programme nucléaire iranien et les menaces à la paix internationale. Or une telle formule pouvait ouvrir la voie, dans une seconde étape, à des mesures punitives, sanctions notamment, ce dont ne veulent ni Moscou ni Pékin.

Les ambassadeurs français et britannique, corédacteurs du projet, ont reconnu que l’accord entre les "cinq" n’était pas encore totalement acquis. "Nous n’y sommes pas encore", ont-ils dit.

Leur collègue russe, Andreï Denisov, a dit: "Rien n’est accepté tant que tout n’est pas accepté, mais nous en sommes de plus en plus près".

Les 15 du Conseil cherchent depuis trois semaines un accord sur ce projet de texte.
 
Il doit s’agir d’une déclaration de la présidence du Conseil, texte non contraignant mais dont l’adoption nécessite l’unanimité des 15 membres. L’idée des Occidentaux est de démontrer l’unité du Conseil dans ce qu’ils considèrent comme la première étape d’une réponse graduelle au problème posé par les ambitions nucléaires de l’Iran.

Les discussions ont également buté jusqu’ici sur l’exigence russo-chinoise d’une réaffirmation du rôle prééminent de l’AIEA sur le dossier iranien.

Ces progrès au Conseil de sécurité sont survenus à deux jours d’une réunion à Berlin des ministres des Affaires étrangères des Cinq Grands et de l’Allemagne, destinée à arrêter une stratégie à long terme commune face aux ambitions nucléaires de Téhéran.
hc/jr eaf.tmf

 
 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe