mercredi, décembre 7, 2022
AccueilActualitésActualités: LibertyNous avons envoyé des gens dans un camp de concentration – Dana...

Nous avons envoyé des gens dans un camp de concentration – Dana Rohrabacher

CNRI – Intervention lors d’une réunion le 1 er aout au Congrès américain de Dana Rohrabacher, président de la commission des enquêtes et de la surveillance de la Chambre des représentants

Merci. Les politiciens aiment toujours être applaudis. Malheureusement, ce n’est pas un jour de réjouissance ni un jour pour des applaudissements. C’est un jour de graves considérations sur ce qui se passe dans le monde, pour un groupe de gens à qui les Etats-Unis ont fait des promesses et que les États-Unis semblent maintenant abandonner et peut-être pire encore, en train de trahir en vue de s’attirer les faveurs d’une dictature vicieuse qui hait les États-Unis.

Et j’essaie ici de comprendre de quoi il s’agit : quelque part, quelqu’un a passé un accord avec les mollahs en Iran. Voilà, c’est de ça dont il s’agit.  Quelque part, un Américain a embrassé la bague de la main sanglante d’un mollah qui contrôle le peuple irakien et menace la paix et la sécurité du monde et menace des vies, en particulier celles des personnes vivant dans les camps d’Achraf et de Liberty. 

Quelle honte ! C’est scandaleux la manière dont les gens du camp d’Achraf ont été traités et il est scandaleux que tout représentant américain de notre peuple – la terre de la liberté, la terre où nous sommes censés avoir la liberté et la justice pour tous, la terre de ceux qui sont libres et le foyer des braves –  que nous passions un tel accord avec une dictature bureaucratique vicieuse comme en connait maintenant l’Iran. Voilà de quoi il s’agit. Quelqu’un a conclu un accord.

Je vous promets ceci. Vous avez des amis au Congrès parce que nous sommes les amis de votre cause. Et dans cette cause, nous sommes tous les uns à côtés des autres. Personnellement avec les amis du Congrès, nous n’abandonnerons pas tant que l’accord ne sera pas annulé et que les gens du camp Achraf ne seront pas réinstallés quelque part où ils seront à l’abri de ces mollahs criminels. 

Ce genre d’accord est un contrat moral. Ce que je suggère, cependant, c’est que notre gouvernement n’a pas passé ce genre d’accord. Il traite avec des monstres… Notre gouvernement veut dissimuler le fait qu’il y a déjà eu un massacre au camp d’Achraf. Il veut ignorer ce facteur. Cela me dépasse qu’après toutes les preuves avancées, et après tout le soutien que vous avez généré pour cette cause… Et je tiens à vous féliciter tous pour avoir su profiter du système de la liberté et du gouvernement que nous avons ici aux Etats-Unis pour attirer l’attention des représentants élus sur ce grave problème.

Vous avez montré que la démocratie fonctionne ici. C’est ce dont il s’agit. Les membres du Congrès viennent ici et vous avez été en mesure d’utiliser la liberté en Amérique pour faire avancer quelque chose qui est très important pour vous et pour la cause de la démocratie.

La date butoir expirait hier. Tout d’abord, si les gens du camp Achraf doivent être transférés dans d’autres pays, l’idée de les déplacer au camp Liberty, dans un autre camp en Irak, était irrationnelle. Ce que je veux dire c’est : pourquoi les déplacer pour traiter leur problème, s’ils vont partir. Cela n’a aucun sens. On nous cache à l’évidence quelque chose sur la raison pour laquelle ils ont dû d’abord aller au camp Liberty.

Si vous le comparez, regardez là [montrant une photo du camp Liberty] – je le dis souvent – est-ce que ça ne ressemble pas à Auschwitz ? Cela ressemble à un camp de concentration. Nous avons envoyé des gens dans un camp de concentration et ils vivent toujours dans ce camp de concentration. Non seulement ils n’auraient pas dû y être transférés, mais pour simplement aller dans un autre pays, nous aurions juste besoin de supprimer l’étiquette de terroriste des gens du camp d’Achraf.

Il est temps que les États-Unis se mettent à agir comme le foyer de ceux qui sont libres et braves et qu’ils cessent d’agir comme des lâches et d’agiter la queue pour calmer les mollahs. Voilà ce dont il s’agit.

La date limite est là. Nous sommes là à parler. C’est à nous et c’est à vous, aux gens qui sont avec vous dans cette cause de prendre des mesures énergiques. Nous sommes au mois d’aout. Je prie qu’ils n’en profitent pas pour faire beaucoup de tort à ces gens. Et nous allons surveiller ça de près. Comme je l’ai dis, je suis juste sidéré qu’après tout ce qui s’est passé, le camp d’Achraf et sa population sont encore sur la liste du terrorisme.

Désolé, je n’ai pas préparé discours. J’exprime les mêmes frustrations que vous avez. Je veux que vous sachiez que vous n’êtes pas seuls, et que les gens du camp d’Achraf ne sont pas seuls. Ils ne sont pas seuls parce que vous avez tendu la main à qui il faut ici au Congrès et à qui il faut aux États-Unis.

Nous sommes avec vous et nous ne vous abandonnerons pas. Je prie pour que notre gouvernement ne vous abandonne pas. Et c’est à nous de nous de profiter de ce système de liberté pour maintenir la pression sur cette administration pour qu’elle fasse ce qui est juste et ne cherche pas à s’attirer les faveurs de criminels et des mollahs en Iran, mais de faire ce qui est juste pour la cause de la liberté. Et aujourd’hui cela signifie s’assurer que ces personnes sont hors de danger. Elles se sont tenues à nos côtés, elles doivent être en sécurité. Nous avons passé un accord ensemble. Nous devons tenir notre parole et essayer de faire pression sur notre gouvernement pour qu’il la tienne. Nous essayons de nous assurer que notre gouvernement agit comme il le faut.

Je suis avec vous. Que Dieu vous bénisse. Nous allons gagner ce combat et nous assurer que l’Amérique ne sera pas marquée d’une tache noire. Si nous échouons, l’Amérique sera marquée d’une tache noire. Faisons en sorte que cela n’arrive pas. Que Dieu vous bénisse.
 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe