lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireNégociations avec l'Iran: il y a une meilleure façon d'avancer

Négociations avec l’Iran: il y a une meilleure façon d’avancer

Ivan Sascha Sheehan*

BALTIMORE, (UPI) – 25 mai 2012 – Cette semaine, six puissances mondiales ont repris les discussions avec l’Iran à Bagdad afin d’éviter ce qui apparaît de plus en plus comme étant un conflit nucléaire. Ce que l’administration Obama espère accomplir à travers ces pourparlers, personne ne peut le deviner. L’histoire qui suggère cet engagement diplomatique avec l’Iran est un exercice obtus.

Les pourparlers préliminaires à Istanbul le mois dernier ont été généralement reçus avec un optimisme prudent et avec des revendications de progrès modeste. Si un tel optimisme était justifié, cependant il est au mieux discutable. Peu de mesures concrètes ont été réalisées et un calendrier d’inspection des installations nucléaires de l’Iran n’a pas été atteint.

Les négociations se feront au cours d’un long processus. Les affirmations optimistes de progrès résultant de concessions insignifiantes seront encadrées comme des victoires politiques. Et, sans surprise, les responsables iraniens annonceront des pourparlers fructueux et appelleront à une coopération continue.

Résultat: l’étape sera définie sur des promesses non tenues et l’influence iranienne se développera dans une région se préparant à retrouver le vide d’un pouvoir inévitable créée par une toute petite empreinte américaine. C’est un troublant héritage pour un président américain faisant face à la perspective d’un simple mandat et se trouvant dans une année électorale.

Malheureusement, les pourparlers directs en cours, considérés par certains comme des négociations, n’ont pas été traités comme tels. Le refus de l’administration Obama tirant en force avec dureté et avec douceur pour résoudre le problème en Iran met en évidence une combinaison de naïveté, une réticence à faire face à la menace posée par Téhéran et un troublant sentiment que que les conflits internationaux font de mauvaises politiques électorales. Alors que les pourparlers traînent en longueur, les mollahs iraniens gagnent un temps précieux en poursuivant leur ultime objectif d’un arsenal nucléaire et le monde est l’otage de l’attitude d’un régime voyou avec une longue histoire de promotion de l’instabilité et d’alimentation de la violence par procuration.

Avant que de futures négociations avec l’Iran ne soient prévues, les responsables de l’administration seraient sages de prendre plusieurs mesures immédiates pour veiller à ce que les intérêts sécuritaires américains soient protégés :

1) Les États-Unis devraient avertir l’Iran que si les négociations échouent à atteindre des objectifs de fond, les États-Unis ou d’autres puissances mondiales pourront choisir d’agir avec vigueur pour limiter les plans nucléaires de Téhéran. En tant qu’allié clé, Israël devrait être préparé à la probabilité d’une frappe tactique afin d’endiguer le programme nucléaire iranien grandissant.

À ce jour, les responsables américains n’ont fourni à Israël aucune indication publique que ces activités sont imminentes ni aucunes assurances que l’activité préventive d’Israël serait soutenue – matériellement, politiquement ou autrement. L’action secrète grandissante pour contrecarrer et faire retarder les efforts de l’Iran devrait également être mise carrément sur la table et la nécessité d’une telle activité devrait être considérée comme une nécessité potentielle avec des conséquences significatives pour les relations américano-iraniennes.

2) L’éminente et bien organisée organisation dissidente iranienne en exil, les Moudjahidines du peuple iranien, devrait être officiellement retiré de la liste des organisations terroristes étrangères du Département d’Etat américain et considéré comme une alternative politique devant le régime théocratique de Téhéran. L’inscription existante sur la liste restreint la capacité du groupe à lever des fonds, à maintenir une influence et à recevoir en pratique n’importe quel type d’aide ou de soutien.  L’étiquette propage également une illégitimité qui sert sape la mobilisation sociale nécessaire pour la résistance. Corriger de la liste en tenant compte des réalités existantes dans le Moyen-Orient permettrait de mettre en lumière le fait que l’instabilité et la violence promues par le gouvernement iranien devraient être stoppées avec le soutien d’un mouvement populaire qui peut contester son autorité.

3) Les responsables américains devraient exiger que l’Agence internationale de l’énergie atomique ait un accès sans entrave au programme nucléaire iranien, soi-disant pacifique et que Téhéran fournisse la preuve de son arrêt de ol’enrichissement de l’uranium. Un calendrier pour le retrait de tout uranium enrichi existant à 20 % de pureté devrait également être formalisé.

4) Les responsables américains devraient monter en puissance les sanctions politiques et économiques et pousser  les puissances mondiales à faire de même. Au cours de la dernière année, les sanctions économiques ont eu des répercussions à l’intérieur de l’Iran et les Iraniens en tiennent de plus en plus leur gouvernement comme responsable. Un embargo sur le pétrole européen qui entrera en vigueur cet été est un moyen nécessaire pour affiner les futurs pourparlers sur l’environnement  en exploitant les actuels troubles en Iran et en veillant à l’avenir au respect des concessions négociées.

La réputation bien méritée de l’Iran d’être les maîtres de la ruse diplomatique, ainsi que leur longue histoire d’acceptation des branches d’olive tout en travaillant contre les intérêts américains, devrait être prise en considération par les négociateurs américains. L’utilisation par Téhéran de la menace ainsi que l’adaptation afin d’assurer ses propres intérêts politiques doivent être considérées pour ce qu’elles sont. La reconnaissance, ainsi que certaines voix crédibles le suggèrent, qu’aucun paquet de concessions ou de incitations ne dissuadera l’Iran de son cours actuel, doit également être prise en considération.

La fenêtre pour une action diplomatique est fermée et les négociations en cours à Istanbul et à Bagdad ont laissé en suspens les questions clés. La sincérité iranienne dans la poursuite des discussions doit être vérifiée avec des appels à une action concrète. Le temps est venu pour l’administration d’Obama de clarifier que les mesures de confiance et le dialogue comme une tactique pour poursuivre la construction d’armes nucléaires sera mise au défi par d’autres méthodes de gestion des conflits qui ne nécessitent pas de discussion.

La principale source de terreur dans le monde moderne ne peut pas être autorisée à retenir le monde en otage en augmentant les espoirs et les attentes fringantes seulement pour gagner du temps afin de s’engager dans la poursuite illicite d’un arsenal nucléaire. Si les négociations sont utilisées pour gagner du temps pour la quête aux armes pour déstabiliser la région, le monde a besoin de le reconnaître et d’agir en conséquence.

(*Ivan Sascha Sheehan est directeur du Programme de gestion des Négociation et des Conflits à la faculté des affaires publiques et internationales de l’Université de Baltimore. Les opinions exprimées sont entièrement les siennes).

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe