mercredi, février 1, 2023
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeMystère sur le renseignement de la police luxembourgeoise

Mystère sur le renseignement de la police luxembourgeoise

par Nicolas Bastuck

Le Républicain Lorrain – Mystère sur le renseignement de la police luxembourgeoiseLes mesures de contrôle renforcées ont été levées hier matin, dans les gares lorraines. La menace d’un attentat n’est plus d’actualité mais l’origine du « renseignement » …

Les mesures de contrôle renforcées ont été levées hier matin, dans les gares lorraines. La menace d’un attentat n’est plus d’actualité mais l’origine du « renseignement » qui avait mis les polices en émoi reste un mystère.Un renseignement d’un indicateur de la police judiciaire luxembourgeoise, évoquant la possibilité d’une menace terroriste (RL d’hier), est à l’origine des mesures de contrôle renforcées mises en place mercredi matin, dans les gares et les trains de la ligne Luxembourg-Paris. L’identité de cinq Iraniens, susceptibles de commettre un attentat dans le TGV Paris-Luxembourg, avait été diffusée à toutes les polices, suite à l’alerte déclenchée par les autorités du Grand-Duché. Le dispositif (fouilles, patrouilles et contrôles d’identité) a finalement été levé hier matin, à 10h, mais le plan Vigipirate reste calé au niveau rouge.

« On nous a dit " on n’a plus besoin de vous " sans nous fournir la moindre explication », témoignait hier un policier messin. « Aucun risque terroriste particulier n’a été identifié », a seulement annoncé, jeudi à 3h du matin, le ministère de l’Intérieur. « Dans le cadre des échanges réguliers d’informations entre les services européens de sécurité, des informations ont été communiquées à la police française et ont fait l’objet des vérifications nécessaires », ajoutait la place Beauvau, sans plus de précisions. Plus question, donc, du « renseignement assez précis émanant d’un pays ami et faisant état d’un risque d’attentat », évoqué quelques heures plus tôt par d’autres canaux.

Traité par la DST et les RG, ce renseignement, qualifié alors de « source sûre », avait abouti à la mise en place de « mesures appropriées ». La révélation, par l’indicateur de la police luxembourgeoise, de l’identité précise des cinq suspects avait particulièrement inquiété les services de lutte antiterrorisme. Un détail semblait néanmoins les gêner : l’un des suspects, natif de Téhéran, avait été identifié comme proche de l’Organisation des moudjahidins du peuple iranien (OMPI), l’une des principales organisations d’opposition au régime des mollahs. Pas vraiment le profil du poseur de bombes. Au fil des vérifications, l’affaire semblait se dégonfler et la menace s’éloigner. Ainsi, mercredi soir, une source officielle indiquait qu’aucune enquête spécifique n’avait été ouverte, qu’« aucun suspect n’avait été interpellé, ni aucun engin quelconque découvert».

Constat rassurant : la coopération entre les polices françaises et luxembourgeoises a bien fonctionné, alors que tous les trains ont circulé sans retard, malgré l’ampleur des contrôles. Mais une question demeure : pour quelle raison l’indic’ de la PJ luxembourgeoise a-t-il « balancé » le nom de cinq Iraniens ? Renseignement « bidonné » en guise de monnaie d’échange ? Règlement de compte ? Affabulation ?

Hier soir, Aladdin Touran, l’un des représentants en France du Conseil national de la résistance iranienne, avançait une explication : selon lui, la « source se trouve à Téhéran, au ministère des renseignements des Mollahs ». « Le régime a manipulé l’information pour ternir l’image de l’OMPI », accuse Aladdin Touran, qui « appelle la France à ouvrir une enquête sur l’origine de ces informations mensongères ».

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe