lundi, février 6, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsMesures répressives drastiques par crainte d’un soulèvement pendant la Fête du Feu...

Mesures répressives drastiques par crainte d’un soulèvement pendant la Fête du Feu en Iran – vidéo

Soulèvement en Iran – No. 116 – La Fête du feu

Dans la crainte de voir la célébration de la Fête du Feu se transformer en une nouvelle révolte contre la dictature religieuse, le régime a pris des mesures dissuasives et répressives drastiques pour empêcher le soulèvement du peuple iranien. Sur ordre d’Ali Khamenei, le Guide suprême des mollahs, tous les organes répressifs, notamment les Gardiens de la révolution (pasdaran), la milice du Basij, les services du Renseignement, la police et les agents en civil, sont en état d’alerte maximal depuis hier.

Le 21 février, le département social de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI) avait appelé les jeunes Iraniens à transformer les célébrations de la Fête du Feu en « un nouveau sursaut citoyen contre la dictature des mollahs ».

Iran, Ochnovieh, le 13 mars, fête du feu

Pendant les dernières heures précédant cette fête ancestrale, la « cyber-armée des pasdaran » a posté sur sa chaîne Telegram ce message ridicule : « A la lumière du récent appel lancé par l’OMPI pour la fête du feu dans le but de troubler la sécurité du pays, la population doit veiller à célébrer cette journée chacun dans sa cour, dans la paix et la sécurité et en dégustant des kebab en famille et ne pas apparaître dans la rue, et ne pas permettre aux enfants ainsi qu’aux adolescents d’utiliser des pétards et des feux d’artifice ou d’aller dans la rue. » Dans le même temps, les agences de propagande du régime ont annoncé largement que les chaînes de télévision vont diffuser au moins dix films populaires tout au long de la journée et de la soirée !

D’autre part, la milice répressive du Basij et les bataillons Ashoura des pasdaran ont reçu l’ordre de rester en poste après les heures de bureau pour être prêt à intervenir. Les témoins rapportent que les cadres du Basij, cible de la colère des jeunes courageux, se présentent en uniforme de pompier de peur d’être punis pendant les célébrations de fin d’année (iranienne).

Par ailleurs, le colonel Mehdi Ghadami, un responsable de la police, a annoncé pompeusement qu’ « en 72 heures près de 8 milliards de matériaux de types incendiaires ont été découverts » (agence de presse Mizan – 13 mars). Le colonel Alireza Hajizadeh a pour sa part déclaré à propos des mesures répressives à Machhad : « Etant donné que Vakilabad et le boulevard Hashemi sont des lieux de très grandes fréquentations durant la fête du feu, la circulation des motocyclettes ont été interdites depuis ce matin et les interdictions de la circulation s’intensifiera après 17h00 et les motocyclettes seront saisies à ces endroits » (agence de presse IRNA – 13 mars).

Exprimant l’effroi du régime face à la propagation des manifestations populaires, Zahra Nouri, un membre du conseil municipal de Téhéran, a estimé que « la fête du feu est devenue une bataille de rue de grande ampleur », (médias iraniens, 13 mars).

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 13 mars 2018