vendredi, février 3, 2023
AccueilActualitésActualités: LibertyMensonges sans fin du gouvernement irakien et de Martin Kobler pour tromper...

Mensonges sans fin du gouvernement irakien et de Martin Kobler pour tromper la communauté internationale après la visite du mollah Moslehi en Irak

Retard délibéré pour assurer la sécurité des habitants de Liberty

Mensonges sans fin du gouvernement irakien et de Martin Kobler pour tromper la communauté internationale après la visite du mollah Moslehi en Irak

A la suite de la visite en Irak du mollah Moslehi, ministre du Renseignement (Vevak) du régime iranien, pour y transmettre les ordres de Khamenei, le premier ministre irakien Nouri Maliki continue avec la collaboration de Martin Kobler, Représentant spécial du secrétaire général de l’ONU en Irak, de répandre et de répéter des mensonges sans fin contre les résidents de  Liberty. Ils cherchent ainsi à tromper la communauté internationale et à justifier le retard délibéré qu’ils mettent à prendre les mesures nécessaires pour la sécurité des habitants. 

Dans un communiqué du 5 avril, le CNRI révélait que Moslehi, dans son rapport au bureau de Khamenei, soulignait que « Maliki et Falah Fayyaz ont assuré qu’ils traiteraient les habitants du camp Liberty avec une brutalité redoublée et qu’il ne sera pas question de ramener les murs de protection en T, d’agrandir la superficie du camp ni de permettre des travaux de construction, pas plus que de laisser y entrer des sacs de sables ».

1- Concernant le retour des 17.500 murs en T pour protéger les baraquements, les autorités irakiennes mentent en disant qu’ils ont été disséminés dans Bagdad. Les murs en T sont empilés derrières les murs du camp Liberty et peuvent facilement être transférés à l’intérieur du camp.

2- En recourant à la tromperie, les autorités irakiennes prétendent qu’un grand nombre de petits murs en T ont déjà été ramenés dans le camp. En réalité, le 9 février après l’attaque à la roquette, le représentant du gouvernement irakien, en présence du représentant de la MANUI, a accepté que 500 petits abris soient amenés dans l’enceinte de Liberty pour la protection des 3100 personnes. Jusqu’à ce jour 279 de ces abris n’ont pas été amenés à Liberty. Les parois de ces abris sont renforcées par deux petits murs en T d’une hauteur de 2 mètres qui n’ont rien à voir avec les murs de protection en T de 3,60-3,70 m de hauteur.  En exploitant la similitude des noms, le gouvernement irakien et Martin Kobler ont recours à la tromperie. 

Les habitants ont loué à des prix exorbitants (plus de 100.000 S jusqu’à présent) trois grues et des camions remorques pour transférer ces abris. Mais en raison des restrictions imposées par les forces irakiennes, les grues et les camions remorques ne peuvent fonctionner qu’un maximum de cinq heures par jour, ce qui a considérablement ralenti le travail. Les réunions et requêtes répétées des habitants et de leur représentants d’augmenter le nombre de grues et leurs heures de travail n’ont servi à rien. Les habitants demandent de louer trois grues à leurs propres frais ou de transférer provisoirement trois grues d’Achraf à Liberty pour travailler 24/24h en présence de la police irakienne, pour finir de placer les abris dans les endroits appropriés le plus rapidement possible. Chaque grue nécessite quatre remorques. Les habitants en assumeront aussi les frais.

3- Les autorités irakiennes prétendent que les habitants ont écrasé les petits murs en T pour les utiliser dans la construction de terrains de jeu ou d’autres activités. Elles prétendent également que les habitants utilisent les sacs de sables pour séparer les sections du camp au lieu de s’en servir pour leur protection. Ces mensonges servent uniquement d’excuses pour ne pas avoir fourni un minimum de sécurité au camp Liberty.

4- Un autre mensonge consiste à dire que les habitants boycottent les réunions avec la direction du camp et que cela n’aide pas à résoudre la question de la sécurité y compris l’entrée des sacs de sable ! La personne présentée pour la direction du camp s’appelle le colonel Haqi et les habitants n’ont jamais boycotté ses réunions. Simplement ils ne participent pas aux réunions dont le chef de la partie irakienne est Sadeq Mohammad Kazem. Il a assassiné plusieurs habitants dans les attaques de 2009 et 2011 contre Achraf et la justice espagnole l’a cité à comparaitre pour crime contre la communauté internationale. Les questions touchant à la sécurité des habitants ont été soulevées en vain dans des centaines de réunions, de lettres et d’emails à Liberty, Paris, Washington, New York et Genève.

5- Les agressions physiques contre les observateurs, des insultes ou des crachats à leur encontre sont d’autres mensonges que Martin Kobler dissémine dans les milieux américains, européens et onusiens pour couvrir sa complicité dans le crime contre l’humanité commis à Liberty. Dans un communiqué le 1er avril, le CNRI dément ce mensonge et souligne : « Les habitants n’ont jamais été agressifs ni insultants vis-à-vis du personnel de l’ONU. Comme l’ont écrit leurs représentants au Secrétaire général de l’ONU, ils ne parlent pas à un individu du nom de Massoud Durrani, qui transmet des messages du ministère du renseignement iranien aux résidents. L’adjoint aux droits humain de la MANUI s’est rendu le 29 mars à Liberty et a visité divers lieux durant plusieurs heures et s’est entretenu avec un grand nombre de résidents. » 

Kobler ne cessent de propager des mensonges similaires contre les habitants, y compris des inventions comme quoi les habitants se seraient passé les doigts au papier de verre pour changer leurs empreintes digitales, auraient jonché le sol de Liberty d’ordures et auraient délibérément troué les réservoirs d’eaux usées ! Les représentants des habitants n’ont cessé de lui demander de fournir les détails, la date et le lieu de ces agissements, mais il a constamment refusé d’y répondre.

La Résistance iranienne souligne une fois de plus qu’en propageant ce genre de mensonges, le gouvernement irakien et Martin Kobler préparent le terrain au quatrième massacre des habitants. La Résistance iranienne appelle l’ambassade américaine et le HCR à envoyer immédiatement des délégations à Liberty pour constater la réalité sur le terrain en y consacrant le temps qu’il faut et de faire un rapport de leurs observations afin de couper court aux préparations d’une autre tragédie humanitaire. 

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 6 avril 2013

 

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe