mercredi, février 1, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeMassoud Radjavi se réjouit de la classification terroriste des Pasdarans (INA)

Massoud Radjavi se réjouit de la classification terroriste des Pasdarans (INA)

CNRI –  L’Agence de presse irakienne INA a publié le 3 novembre 2007 une dépêche sur le message de Massoud Radjavi, le dirigeant de la Résistance iranienne, à propos de la classification terroriste par les Etats-Unis du corps des gardiens de la révolution du régime iranien. Voici la traduction de cette dépêche :

CNRI –  L’Agence de presse irakienne INA a publié le 3 novembre 2007 une dépêche sur le message de Massoud Radjavi, le dirigeant de la Résistance iranienne, à propos de la classification terroriste par les Etats-Unis du corps des gardiens de la révolution du régime iranien. Voici la traduction de cette dépêche :

Iraqi News Agency, 3-11-2007, 14 :59

Massoud Radjavi se réjouit de la classification terroriste du CGR comme un prélude nécessaire à la politique de changement du fascisme religieux au pouvoir en Iran

Dans un message au peuple iranien, diffusé sur la chaîne satellite de l’opposition, Iran National Television (INTV), et intitulé « Guerre ou paix avec le fascisme religieux au pouvoir en Iran? »,  le dirigeant de la Résistance iranienne Massoud Radjavi s’est vivement réjoui de l’inscription du ministère de la Défense, du Corps des gardiens de la révolution (le CGR), de la Force Qods (Jérusalem), ainsi que d’autorités et de banques qui les soutiennent et les financent, dans la liste de « prolifération nucléaire d’armes de destruction massive (PNADM) » et la « liste du terrorisme ». Notant que cette classification avait « des implications plus étendues que les résolutions du Conseil de Sécurité des Nations Unies », il a déclaré que cette décision représentait un tournant sérieux pour les Etats-Unis en leur faisant prendre leurs distances avec le fascisme religieux au pouvoir en Iran et en les faisant se tenir aux côtés du peuple iranien. 

Il a ajouté : le fait que les Etats-Unis aient reconnu le rôle et la conduite du CGR – en tant que pilier de fondation et de sauvegarde du régime du Velayat-e-Faghih – indique la  fin de l’ère de complaisance et de tolérance de la théocratie et un prélude nécessaire à une politique de changement de régime en Iran. Cette mesure bloque la voie de l’expansionnisme et de l’agression des mollahs au Moyen-Orient et supprime les obstacles au changement démocratique en Iran.

Tout en soulignant la nécessité de changement du régime en Iran, M. Radjavi a ajouté : Sur la base de l’expérience, ces trente dernières années, la communauté internationale a couru le risque d’adopter la politique de complaisance, la conciliation et le « pas de guerre » avec le régime des mollahs, qui entraînera finalement et inévitablement le monde à la guerre. Comme Hitler, ce régime belliqueux se prépare à la guerre sans épargner la moindre ressource, parce qu’il ne peut survivre que par l’expansion, la guerre, la crise et l’acquisition des armes nucléaires. La paix et le compromis avec Hitler ont mené à la Deuxième Guerre mondiale. La reconnaissance des droits du peuple iranien à la souveraineté et la résistance à la dictature religieuse peut empêcher ce qui a été décrit comme la "Troisième guerre mondiale” par le Président Bush.

Le dirigeant de la Résistance iranienne a rappelé que le peuple iranien et sa Résistance sont capables et qualifiés pour changer le régime en Iran. Même la guerre et les raids aériens sur des centres du CGR et des sites nucléaires ne pourront pas changer cette équation.

La dictature au pouvoir en Iran, a souligné M. Radjavi, comme le stipule sa Constitution, est basée sur la doctrine du Velayat-e-Faghih (la suprématie absolue des mollahs). Mais le peuple iranien et sa Résistance exigent la liberté, la souveraineté populaire et le libre choix. Quiconque soutient la liberté et la démocratie en Iran doit soutenir le changement du régime du Velayat-e-Faghih et défendre le droit du peuple iranien à la souveraineté.

C’est pourquoi, a dit M. Radjavi, il y a d’un coté ceux qui soutiennent la souveraineté populaire et la fin de la dictature religieuse, et que de l’autre, il y a ceux qui cherchent à préserver, à acheter la paix et amadouer la théocratie en Iran. Ces derniers ne perdent aucune occasion de mettre en garde contre les dangers et les conséquences d’une guerre avec le régime des mollahs. Cependant, ils ne mentionnent jamais les dangers et les implications du « pas de guerre » et du maintien de ce régime qui mèneront inévitablement à de terribles guerres. Leurs intérêts sont étroitement liés à la survie de ce régime. Ils craignent son renversement parce qu’ils ont nécessairement beaucoup à perdre. Pour eux, le renversement du fascisme religieux au pouvoir en Iran est une ligne rouge.

Le dirigeant de la Résistance iranienne a évoqué « le détournement » du mouvement mondial pour la paix par les mollahs, ajoutant qu’ils cherchent à le transformer en un mouvement pour la paix et la complaisance avec la dictature religieuse en Iran. Les mollahs doivent leur existence à une guerre de huit ans avec l’Irak, a-t-il ajouté, et ils se vantent ouvertement d’être « les premiers vainqueurs » de la guerre en Afghanistan et en Irak. Alors que leur mot d’ordre officiel était « guerre, guerre jusqu’à la victoire » et « guerre jusqu’à ce que le monde soit débarrassé du mal », et alors qu’ils ont déversé des quantités énormes de désinformation pour inciter à la guerre récente en Irak, ils sont désormais paradoxalement enclins à profiter du mouvement pour la paix, à laquelle l’humanité aspire légitimement et de manière urgente, afin de pouvoir continuer la répression et les pendaisons publiques dans le pays, ainsi que l’exportation du terrorisme et du fascisme religieux à l’étranger.

M. Radjavi a ajouté : Nul n’ignore que c’est le régime iranien qui pose des bombes EFP, dirigent des prisons secrètes et des salles de torture et incitent à la guerre confessionnelle en Irak. La partition de la Palestine est le modèle des mollahs pour le sud de l’Irak. Le régime iranien a déversé environ 14 milliards de dollars au Liban pendant la guerre de 33 jours [en été 2006]. Le 4 novembre 1986, Akbar Hachemi Rafsandjani avait déclaré que le coup porté aux Etats-Unis au Liban « nous est attribué et il doit l’être ». Cinq ans plus tard, le 20 juillet 1991, [l’ancien ministre du Corps des gardiens de la révolution] Mohsen Rafiqdoust admettait que « le TNT et l’idéologie [de l’attentat à la bombe de la garnison des Marines à Beyrouth] étaient envoyés d’Iran ! ». Et aujourd’hui, de la Somalie à l’Afghanistan, partout où il y a la guerre, le régime des mollahs et ses gardiens de la révolution sont toujours présents et font retentir les tambours de guerre et du terrorisme.

M. Radjavi a conclu : le renversement du régime des mollahs est indispensable à l’avènement de la paix au Moyen-Orient. Aujourd’hui, ce régime se maintient au pouvoir par la répression et les exécutions quotidiennes. Le 28 août 2007, son président, Mahmoud Ahmadinejad, s’est déclaré « prêt à remplir le grand vide du pouvoir » dans la région. Et quelques semaines plus tard, il a dit à l’Assemblée Générale des Nations Unies : « Je déclare officiellement que la période des relations de l’après Seconde guerre mondiale (…) est terminée. La Palestine et l’Irak seront libérés de leurs occupants et les peuples d’Europe et d’Amérique seront débarrassés de la pression des sionistes. »

A la fin de son message, Massoud Radjavi a souligné : le régime décadent des mollahs a atteint une impasse, sans voie pour avancer ni reculer. Soit il doit battre en retraite et avaler des coupes de poison les unes après les autres qui conduiront finalement à briser le climat de terreur et à ouvrir la voie à un soulèvement populaire; soit dans l’espoir qu’une guerre terrestre soit impossible, il va davantage se refermer sur lui-même et recourir à plus de bellicisme, de répression et de purges internes. Dans ce cas, il devra se préparer à affronter les conséquences de cette politique. Bien que cela semble très improbable, nous souhaitons toutefois que le régime recule le plus tôt possible, dans ce cas nous aurons à payer un tribut moins élevé. Cependant le peuple iranien gagnera sa liberté quel qu’en soit le prix.

Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran – Achraf
Le 3 novembre 2007

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe