lundi, janvier 30, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsManifestation à Genève contre les violations des droits humains en Iran

Manifestation à Genève contre les violations des droits humains en Iran

Manifestation à Genève contre les violations des droits humains en Iran

Des sympathisants de la résistance iranienne ont pris part à un rassemblement mardi devant le siège de l’ONU à Genève pour protester contre les graves violations des droits de l’homme en Iran. 
La manifestation à la Place des Nations a coïncidé avec la session actuelle du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU qui s’est ouverte à Genève.

La manifestation devait à l’origine coïncider avec la présence du ministre iranien des Affaires étrangères, Javad Zarif, à Genève, qui devait prendre la parole devant le Conseil de l’ONU, mais il a annoncé sa démission à Téhéran et son intervention avait été annulé à Genève.

Les manifestants portaient des drapeaux iraniens et des banderoles dénonçant divers aspects du bilan effroyable du régime des mollahs en matière de droits humains et des exécutions.

Les manifestants ont arboré des affiches en soutien aux manifestations anti-régime dans les villes iraniennes qui ont débuté depuis plus d’un an, ainsi que des grèves qui se poursuivent sur de grandes parties des industries et des infrastructures iraniennes depuis plus d’un an. Selon des organisations de défense des droits humains, parmi lesquelles Amnesty International, des milliers de manifestants ont été arrêtés par le régime iranien en 2018, alors que nombre d’entre eux sont morts sous la torture durant leur emprisonnement.

Un fort soutien a été apporté aux « unités de résistance » en Iran qui contribuent de manière organisée aux mouvements de protestations dans le pays.

Un certain nombre de personnalités politiques suisses ont assisté à la réunion en solidarité avec les revendications des manifestants et de la résistance iranienne.

« Vous êtes les bienvenus ici à Genève, car tous les signes nous disent que la fin de la dictature approche en Iran », a déclaré Rémy Pagani, ancien maire de Genève et membre actuel du parlement régional de Genève.

« Les mouvements de protestation commencés fin 2017 et qui se poursuivent encore de nos jours avec le slogan « réformateurs, conservateurs, le jeu est maintenant terminé », montrent clairement que le peuple iranien ne se laisse pas duper par les manœuvres trompeuses du régime, ce qui signifie que vous retourneriez bientôt triomphant en Iran « , a ajouté M. Pagani.

Marc Falquet, membre du Parlement genevois, a déclaré dans son discours: « (Mohammad-Javad) Zarif est ministre des Affaires étrangères d’un régime qui a exécuté 1600 personnes sous le mandat de Hassan Rohani. Votre lutte est la lutte de la lumière contre les ténèbres, vous construirez un brillant exemple dans le futur Iran. « 

Christiane Perrégaux, ancienne vice-présidente de l’Assemblée constitutionnelle de Genève, a rappelé l’exécution massive de prisonniers politiques iraniens en 1988 et a appelé le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à entendre les Iraniens qui œuvrent pour la liberté et la démocratie.


Dans son disocours, Mme Dowlat Nowrouzi, représentante du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) au Royaume-Uni a souligné: « Avec ou sans Zarif, ceux qui ont exécuté des crimes et des actes terroristes pour le compte de ce régime sous le couvert de modérés ou de radicaux ont leur vraie place devant la Cour internationale de Justice pour leurs crimes contre l’humanité ».

Les manifestants ont appelé à des mesures décisives de la part de l’ONU et de la communauté internationale face à un régime détenant le record mondial des exécutions publiques et principal sponsor du terrorisme d’État.

Ils ont appelé à l’expulsion des diplomates iraniens des organisations internationales telles que l’ONU et des pays occidentaux. Un certain nombre de diplomates du régime iranien ont été expulsés des pays européens en 2018 en raison de leur rôle direct dans des complots terroristes dans ces pays. Un diplomate iranien est en prison à Bruxelles en attente du procès pour avoir planifié le complot terroriste à la bombe visant le grand rassemblement international de soutien au Conseil national de la Résistance iranienne à Villepinte en France, le 30 juin dernier.

Les Iraniens portaient des photos de Maryam Radjavi, présidente élue de la résistance iranienne. Ils ont exprimé leur soutien au plan en 10 points de Mme Radjavi pour l’avenir du pays, un plan appelant à l’abolition de la peine de mort, à la séparation de la religion et de l’Etat, à l’égalité des sexes, aux libertés religieuses dans un système de gouvernement démocratique pluraliste.

Un certain nombre de représentants des communautés iraniennes en Europe ont également pris la parole lors du rassemblement.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe