samedi, février 4, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran Résistance«Un changement démocratique est la seule solution pour l'Iran» -Vice-Président du parlement...

«Un changement démocratique est la seule solution pour l’Iran» -Vice-Président du parlement européen

Alejo Vidal Quadras, Taverny 26 juin 2010 CNRI – « La Cité d’Achraf est un symbole d’espoir, de démocratie, de liberté, de justice, pour le peuple d’Iran, pour tous les habitants de cette planète », a déclaré Alejo Vidal-Quadras devant des dizaines de milliers d’Iraniens à Taverny en région parisienne le 26 juin 2010.

Il participait à un meeting gigantesque de la résistance iranienne, en présence d’une centaine de parlementaires venus du monde entier et de personnalités politiques de premier plan comme José Mari Aznar ancien premier ministre espagnol, ou l’ambassadeur John Bolton, ancien représentant américain à l’ONU.

Ce rassemblement gigantesque a été l’occasion à de nombreuses délégations de parlementaires, de remettre à Mme Radjavi les déclarations de soutien de majorité de membres de 23 pays du monde, soit plus de 3500 élus.
Voici l’intervention de M. Vidal Quadras :

Chers amis, c’est un plaisir pour moi de prendre la parole une fois de plus devant vous. Vous savez que je ne peux pas manquer notre rendez-vous annuel, avec vous et avec Maryam Radjavi. Mais, bien que je sois ici à Taverny, en train de m’adresser à vous, permettez-moi aussi de parler à ces hommes et ces femmes à des milliers de kilomètres, dans le désert brûlant d’Irak, de notre soutien, de notre persévérance et de la force de notre projet de liberté et de démocratie pour l’Iran. Permettez-moi de parler aux bonnes gens d’Achraf.

Chers amis d’Achraf, si vous me regardez et si vous m’écoutez en ce moment, je suis sûr que vous vous en souvenez – autant que je m’en souviens et je le n’oublierai jamais – de ma visite à Achraf, en octobre 2008. A cette occasion, je vous ai dit que la Cité d’Achraf était globalement une référence morale, un exemple pour le monde entier. La Cité d’Achraf est un symbole d’espoir, de démocratie, de liberté, de justice, pour le peuple d’Iran, pour tous les habitants de cette planète.

Après la terrible attaque de juillet, ces mots que j’avais prononcés à Achraf ont revêtu un sens encore plus profond. Quand j’ai quitté Achraf, j’y ai laissé mon cœur. Et non seulement mon cœur, mais mon lit aussi, parce que j’ai un lit à Achraf. J’ai une photo de ce lit à mon nom à Achraf, dans mon bureau à Bruxelles, et je le regarde tous les jours, pour ne pas oublier Achraf.

Taverny 26 juin 2010 J’ai promis deux choses aux Achrafiens : je leur ai promis que nous allions retirer l’OMPI de la liste noire de l’Union européenne, et je leur ai promis d’assurer la sécurité d’Achraf.

Aujourd’hui, l’OMPI a été supprimée de la liste noire. La moitié de la promesse est remplie. Et nous allons poursuivre nos efforts pour garantir la sécurité d’Achraf.

Aujourd’hui, nous sommes réunis ici pour dire au peuple iranien que nous sommes à vos côtés. Nous soutenons votre lutte pour la démocratie. Nous sommes venus exprimer notre gratitude au leadership de Mme Radjavi, comme présidente élue de la résistance. Elle est un véritable guide pour nous tous, elle ne ménage aucun effort pour son peuple. Le peuple iranien a exprimé son désir fort et clair : il veut un changement de régime. L’Europe ne peut plus justifier la poursuite de la politique de complaisance. Un changement démocratique par le peuple d’Iran et la résistance est la seule solution et ce changement est représenté par le Conseil national de la Résistance iranienne. C’est la meilleure, et je dirai même, la seule manière de remporter la victoire.

Oui, chers amis, notre lutte a été très longue et un chemin ardu nous attend encore. Et parce que les difficultés sont si grandes, et nos ennemis si puissants et si impitoyables, nous avons besoin de l’appui et de l’aide des meilleurs, des plus forts, des plus braves, dirigeants éminents de notre temps.

C’est pourquoi il est de mon plaisir et mon privilège de vous présenter un homme qui conduisent mon pays avec succès pendant huit ans, et jamais, jamais hésité, ni pris en compte face aux menaces à la liberté. Un homme qui a combattu le terrorisme avec une détermination remarquable. Un homme qui depuis qu’il a quitté ses fonctions a été dévoué à la cause des libertés civiles et la démocratie partout dans le monde. Nous sommes en France, et comme nous sommes en France, cela me rappelle le général de Gaulle. Le général de Gaulle disait que dans des temps troublés il nous faut des hommes et des femmes de caractère.

Chers amis, Je vais vous donner maintenant la parole l’ancien premier ministre d’Espagne, José Maria Aznar.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe