vendredi, décembre 2, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeL’opposition iranienne divulgue le rôle de l’Iran dans les violences en Irak

L’opposition iranienne divulgue le rôle de l’Iran dans les violences en Irak

CNRI, Londres – Le 29 mai, lors d’une conférence de presse, le Conseil national de la Résistance iranienne à Londres (CNRI) a révélé de nouvelles informations précises indiquant que Téhéran obtenait régulièrement des informations secrètes sur les décisions prises par les hauts responsables des forces de la coalition à Bagdad.

CNRI, Londres – Le 29 mai, lors d’une conférence de presse, le Conseil national de la Résistance iranienne à Londres (CNRI) a révélé de nouvelles informations précises indiquant que Téhéran obtenait régulièrement des informations secrètes sur les décisions prises par les hauts responsables des forces de la coalition à Bagdad.

Selon le CNRI, ces informations transitaient par l’ambassade iranienne à Bagdad et par ses bureaux consulaires situés dans différentes villes d’Irak avant d’arriver à Téhéran.
 
C’est l’ambassadeur iranien, Hassan Kazemi-Ghomi, qui supervisait personnellement ces opérations.
 
Kazemi, qui était à la tête de la délégation iranienne lors des pourparlers Iran-USA le 28 mai à Bagdad, est en réalité un haut général de l’infâme force iranienne Qods et a été impliqué de nombreuses années dans des activités terroristes au Liban et en Afghanistan, selon nos informations.
 
« Kazemi-Ghomi est en contact permanent avec la force Badr et envoie très régulièrement des militants irakiens en Iran afin qu’ils y reçoivent un entraînement militaire », a révélé le CNRI lors de la conférence.
 
« Une des principales missions de Kazemi-Ghomi est de suivre la situation des Moudjahidine iraniens en Irak et de les faire expulser du pays ou de les faire rapatrier en Irak », a déclaré Hossein Abedini, porte-parole du CNRI, aux médias lors de la conférence.
 
L’ambassade iranienne est parvenue à réaliser une opération majeure dans le passé, celle d’obtenir des détails sur la réunion en 2004 entre Paul Bremer et le Conseil de gouvernement irakien. Les informations ont été transmises par un agent du nom de Abu-Ammar, qui était commandant des services de la sûreté à l’époque.  Il s’est enfui en Iran lorsque ses activités ont été mises au jour.
 
L’ambassade joue également un rôle actif dans la collecte de renseignements secrets par l’intermédiaire des traducteurs locaux travaillant pour les forces de la coalition en Irak.
 
Résumé des autres informations divulguées par le CNRI lors de la conférence de presse :
 
• La mission diplomatique iranienne en Irak dispose de 70 membres dans son personnel dont 36 sont basés à Bagdad et le reste dans les bureaux consulaires des autres villes irakiennes.
 
• Sur les 36 personnes attachées à l’ambassade, seules 14 font partie du ministère des Affaires étrangères et les autres sont réparties de la façon suivante : 7 membres de la force Qods et 15 officiers de renseignements.
 
• Lors de la conférence, Abedini a également révélé des informations précises sur trois membres de la force Qods affectés à l’ambassade du régime à Bagdad : Naseri, Nobakht et Jabbari. Ces trois agents sont placés sous les ordres directs de Kazemi et sont chargés du transfert d’armes et de munitions entre l’Iran et les groupes irakiens.
 
Parmi ces armes, on trouve des bombes sophistiquées de type EFP (explosively formed penetrators).

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe