vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeL'opposition iranienne confiante sur son dossier à l'UE

L’opposition iranienne confiante sur son dossier à l’UE

The Associated Press, 27 mai – Un arrêt de tribunal en Grande-Bretagne pourrait forcer l’Union européenne à retirer un mouvement important de l’opposition iranienne de sa liste des organisations terroristes malgré des inquiétudes quant à la réaction de Téhéran, a déclaré une figure majeure de l’opposition mardi.

Maryam Radjavi a dit qu’elle attendait de l’UE la radiation de l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran de la liste noire dans les semaines à venir après un jugement ce mois-ci de la Cour d’appel à Londres. La Cour a soutenu la revendication du groupe comme quoi il a renoncé à la violence.

« Nous attendons de l’UE qu’elle retire immédiatement l’OMPI de la liste », a dit Mme Radjavi à Associated Press. « La décision de l’UE était basée sur la décision du Royaume-Uni, qui a été déclarée illégale, ainsi l’UE doit s’y conformer.»

Les diplomates de l’UE s’inquiètent de ce qu’une telle mesure provoque une réaction furieuse du gouvernement de Téhéran et fasse dérailler les efforts pour relancer les négociations internationales visant à ramener le programme nucléaire de l’Iran dans la conformité.

Le chef de la politique étrangère de l’UE, Javier Solana, a annoncé lundi qu’il espérait se rendre bientôt en Iran pour discuter des inquiétudes internationales sur le programme nucléaire de l’Iran.

Il devrait discuter d’un paquet de mesures incitatives rafraîchies des principales puissances mondiales dans le but de persuader l’Iran de cesser son programme d’enrichissement d’uranium — une technologie qui pourrait ouvrir à l’Iran la voie du développement des armes nucléaires.

Des diplomates à Bruxelles suspendraient les négociations si l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran était retirée de la liste. Mais l’UE pourrait être forcée d’agir, car le groupe a un appel séparé examiné par la haute cour européenne.

Téhéran a dénoncé le jugement de la Cour britannique comme «politiquement motivé et inacceptable ». La radio d’Etat a rapporté que le gouvernement avait exigé des Britanniques qu’ils bloquent l’application du verdict dans l’intérêt des relations entre les deux pays.

Maryam Radjavi a dit que la ministre de l’Intérieur Jacqui Smith pourrait faire une annonce dès mercredi comme quoi le gouvernement se conforme au jugement du 7 mai. S’il en est ainsi, Maryam Radjavi attend des 27-nations européennes qu’elles suivent lors de leur réexamen semestriel de la liste noire le mois prochain.

Une fois retirée de la liste, l’organisation sera capable de collecter des fonds et de faire ouvertement campagne dans l’Union européenne.

« Cela enverra un message (fort) au peuple iranien comme quoi l’Europe ne soutient plus le régime des mollahs », a dit Radjavi. « Cela encouragera la population iranienne à protester. »

Elle a dit que retarder la décision pour empêcher une réaction de l’Iran serait contreproductif.

« Je pense que c’est une grande erreur des Européens si ils acceptaient cette pression », a dit Radjavi. « La politique de complaisance, la politique de négociation a échoué (…) cinq années de négociations ont seulement donné au régime des mollahs le temps d’obtenir la bombe atomique. »

Basée à Paris, Radjavi s’est rendue à Bruxelles pour insister sur le dossier de l’organisation auprès des membres du Parlement européen. Elle dirige le Conseil national de la Résistance iranienne — une coalition de groupes d’opposition iraniens qui comprend l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran. Le groupe a passé des années à expliquer qu’il est un groupe non violent légitime, cherchant à introduire ma démocratique en Iran et qu’il ne doit pas être mis aux côtés d’organisations comme Al-Qaïda ou le Hezbollah sur la liste terroriste de l’UE. Il dit que la décision de 2002 de le placer sur la liste était basée sur des preuves apportées par la Grande-Bretagne, rejetées désormais par l’arrêt de la Cour.

Radjavi a dit qu’elle s’attendait à ce que la moindre décision de l’Union européenne de retirer le groupe soit suivie par les Etats-Unis, qui ont aussi classé l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran comme une organisation terroriste.

« Après le verdict de la Cour d’appel de Londres, la liste américaine perd aussi tout fondement », a-t-elle dit.

L’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran, qui est aussi connue sous le nom de Moudjahidin-e-Khalq, ou MEK, a été fondée en opposition à la dictature de feu le chah Mohammad Reza Pahlavi soutenu par les Américains.

Elle se trouve sur la liste des organisations terroristes de département d’Etat depuis 1997, qui interdit à quiconque aux USA de lui apporter un soutien matériel.

Le groupe dit qu’il a officiellement renoncé à la violence en 2001 et qu’il œuvre pour apporter la démocratie en Iran. « L’OMPI est une résistance contre une dictature religieuse », dit Radjavi. « Je suis sure qu’un jour les pays occidentaux présenteront leurs excuses au peuple iranien … pour cette erreur. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe