mercredi, novembre 30, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceL’opposition a tenu le plus grand rassemblement des iraniens à l’extérieur de...

L’opposition a tenu le plus grand rassemblement des iraniens à l’extérieur de l’Iran

Par Abbas Rezai

scoop – Jeudi 28 juin 2012  Le samedi 23 juin, l’opposition iranienne a tenu son plus grand rassemblement jamais entrepris en dehors de l’Iran.
L’événement a eu lieu dans la gigantesque hall du Parc des expositions de Villepinte, au nord de Paris. Près de 100 000 personnes ont participé à la manifestation, selon l’estimation des organisateurs.
Plus de 500 personnalités politiques, des parlementaires et des juristes issus de 40 pays et des cinq continents étaient présents.
Plus de 1300 autobus avaient été affrétés pour transporter vers la salle une partie des participants provenant de toute l’Europe. « Il s’agit de personnes qui ont utilisé un transport local, des véhicules personnels ou pris des vols d’avion», a déclaré un organisateur. « Plus de 350 hôtels affichent complets à Paris pour héberger  les participants qui viennent de loin. Certains des hôtels sont à plus de trois heures de Paris, incluant Calais, près de la Manche et près de la frontière belge ».

Voir la foule: www.youtube.com/watch?v=19fWxXau4tc

Des intervenants  américains dont l’ancien Président du Parti démocratique, le Gouverneur Ed Rendell ; l’ancien ambassadeur des États-Unis à l’ONU, le Gouverneur Bill Richardson ; le membre du Congrès (1995-2011) Patrick Kennedy, l’ancien maire de New York Rudy Giuliani et le premier assistant du Président Obama au Secrétariat d’État aux Affaires publiques Philip J. Crowley.
Des intervenants de l’Europe incluant le Vice-président du Parlement européen Alejo Vidal-Quadras, la Vice-présidente du Sénat italien Emma Bonino, le Commissaire européen (1999-2010) Günter Verheugen, l’ancien Premier Ministre irlandais John Bruton, le Ministre des Affaires étrangères français (2005-2007) et le Secrétaire Général adjoint de l’ONU M. Philippe Douste-Blazy, l’ancien Directeur du contre-espionnage français (DST) Yves Bonnet et l’ancienne Présidente du Bundestag allemand (1988-1998) Rita Süssmuth, plus une longue liste de parlementaires en provenance des autres États européens.

Les membres des parlements d’Afghanistan, de Jordanie, de Palestine et d’autres pays du Moyen-Orient ont également assisté au rassemblement. L’invitée d’honneur de l’événement était la dirigeante de l’opposition iranienne, Maryam Radjavi, qui a été élue par le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), le parlement iranien en exil, comme « Présidente pour une période transitoire de six mois après la chute des mollahs ».

Lors de son discours Mme Radjavi a contesté la «politique de complaisance » menée par l’Occident dans le vain espoir de contenir le programme nucléaire iranien. « Ceux qui essaient de dépeindre la menace nucléaire comme pas très importante, trahissent leur propre peuple et le monde entier. Ceux qui dépeignent le monde comme n’ayant aucune solution face à la menace nucléaire des mollahs sont coupables » a-t-elle souligné. « Il est possible de mettre un terme à la menace nucléaire de ce régime, la seule solution est un changement de régime ». Elle a souligné que le changement de régime est sous  « l’entière responsabilité du peuple iranien et de sa Résistance ».

S’adressant à la jeunesse iranienne, Maryam Radjavi a déclaré : «Les mollahs ont créé une épaisse barrière de répression qui n’a aucun précédent dans le monde actuel. Le but des exécutions incessantes est de vous intimider. Le régime veut vous faire croire que payer le prix pour la liberté est une futilité. Mais encouragés par une lutte qui dure depuis plus d’un siècle, vous êtes l’une des nations les plus riches du monde quand il s’agit de tenter quelque chose et d’avoir la capacité de changer ». Matyam Radjavi a ajouté: «Vous pouvez également vous appuyer sur un mouvement organisé dont l’objectif n’a jamais été d’atteindre le pouvoir à tout prix, mais plutôt de garantir la liberté, la démocratie et l’égalité à tout prix ».

Le rassemblement a également mis en évidence la situation critique des 3300 réfugiés iraniens qui ont été basés en Irak depuis les deux dernières décennies et sont actuellement sous pression pour déplacer leur domicile du camp d’Achraf vers le Camp Liberty près de l’aéroport de Bagdad. Ils se sont vus refuser les besoins humanitaires de base, même à leurs propres frais.

Le Vice-président du Parlement européen Alejo Vidal-Quadras s’est adressé au gens d’Achraf et de Liberty. «Je suis heureux que vous puissiez nous voir dès maintenant et que vous puissiez être encouragés et fiers de ce grand rassemblement » a-t-il dit. « Nous avons le devoir moral de combattre à vos côtés. Nous n’arrêterons pas de faire pression pour que vos droits soient respectés ».

Il a également appelé pour une action de la communauté internationale. « Nous avons besoin d’action ; une action du gouvernement irakien pour traiter les résidents de Liberty selon les principes d’humanité et de respect des droits de l’homme; une action de l’ONU pour accélérer la procédure d’octroi du statut de réfugié pour les résidents ; une action de l’Union européenne pour accepter leur réinstallation en Europe. Plus d’excuses ; plus de retard ; plus de mensonges ; plus de complaisance; de l’action, nous voulons une action de Mme Ashton ».

Struan Stevenson, qui préside la délégation du Parlement européen pour les relations avec l’Irak, a parlé d’une réunion où un incident s’est produit la semaine dernière. Un groupe de responsables du gouvernement irakien était venu à Bruxelles pour des réunions. « Ils voulaient assister à la réunion mensuelle de routine de ma délégation pour les relations avec l’Irak. J’ai fait une vérification des antécédents et je me suis rendu compte que la délégation comprenait le fameux colonel Sadiq, qui a été inculpé par les juges en Espagne pour sa complicité dans l’assassinat présumé de 47 personnes dans les deux massacres du camp d’Achraf et pour sa participation dans la torture et l’oppression », a déclaré Stevenson. « Les fonctionnaires de la sécurité du Parlement ont enlevé le passe de sécurité de Sadiq et ne l’ont pas autorisé pas dans le bâtiment ».  « Nous n’avons pas à accueillir des assassins présumés au Parlement européen ».

« En retour, nous avons envoyé une leçon à l’Irak, parce que Sadiq a été arrêté plus tard, ici à Paris. Je peux vous assurer que le Premier ministre Nouri Al-Maliki y repensera à deux fois avant qu’il envoie à nouveau quelqu’un comme ça à Bruxelles ».

Il ajouta : « Mais vous savez la chose épouvantable à propos de cet épisode, c’est que lundi se tenait une conférence de presse à Washington au Département d’Etat et un fonctionnaire anonyme a déclaré à la presse que les Etats-Unis étaient fiers d’appuyer cette délégation irakienne en provenance de Bagdad à Bruxelles. En effet l’ambassadeur Dan Fried, l’envoyé spécial américain pour Achraf, avait même traversé l’Atlantique pour rencontrer le groupe et assister à leurs réunions ».

Stevenson a été soutenu par Vidal-Quadras: «Nous avons été vraiment très choqués quand nous avons su que le colonel Sadiq qui a conduit des attaques contre Achraf, abattant des dizaines de civils non armés, faisait partie de cette délégation irakienne au Parlement européen » a ajouté le Vice-président. « Nous ne lui permettrons pas d’entrer dans le Parlement, principalement pour des raisons environnementales ! Parce que dans le Parlement européen, nous aimons respirer l’air pur ».

Vidal-Quadras s’est également adressé au Premier ministre irakien lui reprochant d’avoir envoyé des « criminels » au Parlement européen. «Notre différence, c’est que vous mettez des criminels à la tête de postes avec de hautes responsabilités alors que nous, nous les mettons en prison ! ».

Abbas Rezai – Spécialiste en droits de l’homme et politique étrangère

 

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe