mardi, janvier 31, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceL’Ompi est la force agissante pour un changement de régime en Iran...

L’Ompi est la force agissante pour un changement de régime en Iran – Mitchell Reiss

CNRI – « Seul un changement fondamental dans la nature du régime iranien peut nous éviter une guerre entre les Etats-Unis et l’Iran et empêcher l’Iran d’acquérir l’arme nucléaire. L’OMPI constitue la force agissante pour ce changement parce qu’elle œuvre avec patience et acharnement pour un changement de régime en Iran. Elle est la seule opposition organisée. Elle fait partie d’une coalition plus large avec d’autres organisations, individus et représentants des minorités religieuses et nationales », a expliqué l’Américain Mitchell Reiss le 17 janvier au CNIT à La Défense.

 

L’ancien directeur de la prospective au Département d’Etat américain s’exprimait dans une conférence internationale rassemblant, autour de Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, un panel de hauts dignitaires américains, français, algérien, syriens et égyptiens, venus débattre des conséquences de la sortie de liste noire de l’Ompi et des perspectives pour l’Iran en 2013.

Voici les points forts de l’intervention de Mitchell Reiss :

Tout d’abord, je dois féliciter Madame Radjavi, vous tous dans cette salle et tous ceux qui nous regardent à travers le monde, qui ont travaillé si dur et si longtemps pour convaincre le Département d’État de retirer l’OMPI de la liste terroriste étrangère. On vous avait dit que le Département d’État ne changerait jamais d’avis et que la cause était désespérée. Eh bien, vous n’avez jamais perdu espoir. Vous n’avez pas été intimidé, vous n’avez pas été découragé et vous n’êtes certes pas restés silencieux, et grâce à votre patience et à votre persévérance, la justice a prévalu. Félicitations !

Madame Radjavi, lorsque j’ai dit à ma fille que je venais ici vous voir, elle m’a demandé de vous adresser ses félicitations et ses meilleurs vœux. Vous voyez donc que vous n’êtes pas uniquement source d’inspiration pour nous tous ici dans cette salle cet après-midi. Vous inspirez aussi une jeune génération d’Américains qui apprennent pour la première fois de votre courage et de votre engagement pour la liberté et la démocratie. Et je sais qu’ils sont tous impatients de vous accueillir aux États-Unis.

Le retrait de la liste a été une grande victoire mais nos défis ne sont pas encore terminés. Par conséquent, je voudrais parler brièvement de deux défis supplémentaires auxquels nous faisons face. L’un à plus long terme, et l’autre à plus court terme. Le défi à long terme est de remplacer le régime actuel à Téhéran par un autre qui respecte les droits de l’homme et la dignité du peuple iranien. Un régime qui n’exporte pas la violence et le terrorisme chez ses voisins. Et un régime qui ne menace pas la sécurité nationale américaine. Comment pouvons-nous faire cela ? Diverses administrations américaines ont encouragé le régime iranien à changer son comportement. Parfois en proposant des pourparlers multilatéraux. Parfois des pourparlers bilatéraux. Et parfois même en écrivant des lettres personnelles aux dirigeants de Téhéran. Comme nous le savons, toutes ces tentatives ont échoué.

Des hauts dirigeants de l’OMPI, avec nous ici aujourd’hui, ont suggéré une autre manière de procéder. Cette voie implique que les États-Unis soutiennent le peuple iranien et sa résistance comme l’avant-garde pour amener un changement fondamental en Iran. Seul un changement fondamental dans la nature du régime peut nous éviter une guerre entre les Etats-Unis et l’Iran et empêcher l’Iran d’acquérir l’arme nucléaire.

L’OMPI constitue la force agissante pour ce changement parce qu’elle œuvre avec patience et acharnement pour un changement de régime en Iran. Elle est la seule opposition organisée. Elle fait partie d’une coalition plus large avec d’autres organisations, individus et représentants des minorités religieuses et nationales. Elle possède un réseau à l’intérieur de l’Iran et a mis au point un programme progressiste, humaniste et démocratique pour l’avenir. En raison du rôle potentiel de l’OMPI dans le changement en Iran, vous pensez que l’administration Obama devrait reconsidérer son approche vis-à-vis de l’OMPI. Vous voulez que l’administration Obama soutienne l’OMPI et ses efforts pour amener un changement de régime et aider à instaurer la démocratie en Iran. Nous souhaitons tous qu’une véritable démocratie s’installe en Iran. Mais je suis désolé de vous dire que je ne pense pas que l’administration Obama fera cela. Du moins, pas tout de suite. Je pense plutôt que le président essaiera de collaborer avec le régime iranien dans l’espoir que cela mènera à un accord qui suspendra les activités nucléaires de l’Iran et donc éliminera le risque de l’Iran doté de l’armement nucléaire.

 Aussi bien lors de sa campagne électorale durant ces élections présidentielles que par la suite, il a suggéré que ceci constituera sa voie préférée. Mon sentiment est qu’une fois la nouvelle équipe constituée avec un nouveau secrétaire d’État, un nouveau secrétaire à la Défense et un nouveau conseiller à la sécurité nationale, il passera l’année qui vient, 2013, à tenter d’atteindre cet objectif. Je ne sais pas s’il réussira. J’ai de grands doutes qu’un quelconque accord en faveur de la sécurité nationale américaine puisse être soutenu par les mollahs à Téhéran. Ou qu’un accord quelconque soutenu par les mollahs puisse être acceptable pour le peuple américain. Mais jusqu’à ce que cette voie diplomatique soit épuisée, j’ai le regret de dire que l’administration Obama ne sera réceptive au soutien de groupes d’opposition iraniens.

Mais il y a un autre défi immédiat auquel nous pouvons nous attaquer sur le champ, et c’est de s’assurer que vos amis et proches encore aux camps d’Achraf et Liberty soient protégés tant qu’ils seront en Irak. Et qu’ils seront autorisés à se réinstaller hors d’Irak en Europe, ou aux États-Unis ou bien là où ils le souhaitent dès que possible. Cela signifie que les États-Unis doivent user de leur poids vis-à-vis de l’Irak pour garantir que les résidents de Liberty aient des assurances fermes pour leur sécurité. Toute nuisance aux résidents du camp Liberty ternirait et déshonorerait la renommée américaine. Cela ternirait et déshonorerait également la renommée de l’ONU.

Nous devons convaincre le HCR de reconnaître le camp Liberty comme camp de réfugié, ce qui aidera à garantir que les résidents puissent être en sûreté jusqu’au jour où ils pourront quitter l’Irak. C’est l’épreuve immédiate vers laquelle nous savons qu’il faut tourner notre objectif. En réalité, beaucoup d’entre nous avons déjà commencé à appeler le Département d’État et l’ONU à faire ce qui est juste. À l’instar de notre initiative pour retirer l’OMPI de la liste, celle-ci pourra également être difficile. Cela peut prendre du temps. Cela demandera plus de patience et de persévérance que vous n’en avez déjà montrées.

Je veux partager avec vous les paroles d’un célèbre Américain qui s’y connaissait également en patience et en persévérance, en courage moral face à l’intimidation et en longue bataille pour renverser l’injustice et finalement pour triompher. En mars 1965, Martin Luther King s’est exprimé au State Capitol à Montgomery dans l’Alabama. La troisième et ultime marche pour la liberté venait juste de se terminer de Selma à Montgomery en faveur des droits de vote pour les Afro-américains. Ces marches ont mené à une grande réussite émotionnelle du mouvement des droits civils. Les images de la police d’Alabama frappant les manifestants non-violents ont été diffusées par la télévision à travers tout le pays et partout dans le monde, et ont grandement influencé l’opinion publique.

Ce jour-là en Alabama, le Dr. King a déclaré : Je dois vous avouer qu’il nous reste encore quelques jours difficiles devant nous. Je sais que vous demandez aujourd’hui combien de temps cela prendra. Quelqu’un a demandé combien de temps encore la justice sera-t-elle crucifiée et la vérité enfouie ? Je suis venu vous dire cet après-midi que quels que soient les moments difficiles, quelle que soit les heures de frustration, cela ne prendra pas longtemps. Parce que la vérité écrasée renaîtra de nouveau. Combien de temps ? Pas longtemps, parce qu’aucun mensonge ne peut vivre à jamais. Combien de temps ? Pas longtemps, parce que vous lirez ce que vous avez vu. Combien de temps ? Pas longtemps, parce que l’arc de l’univers moral est long mais il se penche vers la justice. Nous savons que le Dr. King avait raison et finalement parce qu’il s’est battu pour que l’on puisse pencher l’arc de l’univers moral vers la justice. Il penche vers vous, membres de l’OMPI. Et particulièrement il penche vers ces personnes courageuses, vos amis et proches toujours au camp Liberty. Combien de temps jusqu’à ce qu’ils soient libres ? Pas longtemps.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe