jeudi, décembre 1, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran Résistance«Libérez les 36 résidents enlevés du camp d'Achraf en Irak » -...

«Libérez les 36 résidents enlevés du camp d’Achraf en Irak » – Vice président du Parlement européen

Sample ImageCNRI – Le Vice-président du Parlement européen, Alejo Vidal-Quadras, a publié un communiqué de presse appelant à la libération des 36 résidents d'Acraf détenus en otage par les autorités irakiennes :

J'ai eu énormément de mal à croire la nouvelle m’apprenant qu’hier après-midi 36 résidents du camp d’Achraf, enlevés le 28 juillet par les forces irakiennes et détenus depuis lors en otage dans la prison de la ville de Khalis, ont été sauvagement attaqués, battus, puis transférés de force vers une destination inconnue. Selon des informations sur place, les personnes enlevées ont été violemment battues, traînées sur le sol et jetées dans des véhicules de police alors qu'elles étaient inconscientes.

Sample ImageCNRI – Le Vice-président du Parlement europée, Alejo Vidal-Quadras, a publié un communiqué de presse appelant à la libération des 36 résidents d'Achraf détenus en otage par les autorités irakiennes:

Communiqué de presse   Pour diffusion immédiate

2 octobre 2009

« Libérez les 36 résidents enlevés du camp d'Achraf en Irak »

J'ai eu énormément de mal à croire la nouvelle m’apprenant qu’hier après-midi 36 résidents du camp d’Achraf, enlevés le 28 juillet par les forces irakiennes et détenus depuis lors en otage dans la prison de la ville de Khalis, ont été sauvagement attaqués, battus, puis transférés de force vers une destination inconnue. Selon des informations sur place, les personnes enlevées ont été violemment battues, traînées sur le sol et jetées dans des véhicules de police alors qu'elles étaient inconscientes.  

Cette attaque inhumaine contre les otages a eu lieu après qu’un tribunal irakien ait ordonné leur libération dans un verdict définitif le 27 septembre les acquittant de toute charge. Le même tribunal avait ordonné leur libération le 23 août et le 17 septembre.

Selon la loi irakienne, le troisième verdict ne peut faire l’objet d’un appel et le maintien en détention des 36, après le 27 septembre est illégal. Le procureur en chef de l'Irak, Ghadanfar Hamoud, a déclaré à l'Associated Press mercredi qu'il avait « émis un décret général ordonnant à la police de libérer les 36 membres d'un groupe de l'opposition iranienne ayant été arrêtés lors d'un raid contre leur camp dans le nord de l'Irak en juillet … (Les détenus) auraient dû être déjà libérés … Nous avons émis des ordres à tous les postes de police de les libérer où qu’ils se trouvent. » Le juge du tribunal de Khalis a dit à l'agence de presse AFP le 29 septembre : « Je les ai libérés ; je leur ai dit qu'ils devaient retourner au Camp d’Achraf ».

Parallèlement à ces délits scandaleux, Ali Larijani, le président du parlement iranien a déclaré : « J'espère que la coopération entre les deux pays contribuera à améliorer la situation dans la région afin que les hypocrites terroristes (terme péjoratif utilisé par le régime pour l'OMPI) n'aient pas de présence dans la région. »

Les prisonniers qui sont des «personnes protégées» ont été arrêtés sans aucune charge et sont détenus illégalement uniquement pour exercer un chantage sur les résidents d'Achraf. Ces arrestations sont considérées comme arbitraires en vertu de toutes les normes. Les forces assaillantes n’avaient pas de mandats d'arrêt et ne connaissent pas leurs noms. En outre, aucun d'entre eux n’a été arrêté en flagrant délit.

Leurs avocats ne sont pas autorisés à se rendre en Irak pour les rencontrer, ils n'ont donc pas les moyens de se défendre. Ils sont en grève de la faim depuis 67 jours pour protester contre leur détention illégale et risquent de mourir à tout moment. Le gouvernement irakien sera tenu pleinement responsable de ce drame.

Avant de recevoir des Américains la responsabilité de la protection du camp d'Achraf, le gouvernement irakien s’était engagé par écrit auprès du gouvernement américain à traiter les résidents d'Achraf humainement sur la base des normes et des lois internationales. Leurs actions ne correspondent pas à leurs promesses.

C'est une catastrophe pour les forces américaines et tous les membres de la coalition. Les États-Unis ont désarmé tous les résidents d'Achraf et signé un accord avec chacun d’entre eux, y compris les 36 otages, promettant de les protéger jusqu'à la détermination définitive de leur statut, mais ils sont désormais laissés sans défense face à des traitements violents.

En l'honneur des milliers de soldats de la coalition morts pour l'Irak durant les six dernières années ; dans l’intérêt de l'engagement des États-Unis de protéger les résidents d'Achraf y compris les 36 otages, et considérant que le gouvernement irakien a rompu toutes ses promesses faites aux Américains de traiter humainement, selon les résidents d'Achraf aux normes internationales ; j'appelle le gouvernement et le Président des États-Unis à assumer leurs responsabilités et à œuvrer à la libération des otages et ne laissent pas les véritables démocrates iraniens mourir d'injustice dans les prisons d'un pays que nous avons aidé à libérer. Si de tels crimes se déroulent désormais en présence de 130.000 soldats américains, qu’arrivera-t-il aux ressortissants irakiens lorsque ces forces partiront ?

Ce qui s’est passé depuis le mois de juillet à Achraf montre clairement que le gouvernement irakien n'a aucun respect pour les conventions internationales, aucun respect pour ses propres lois, et aucun égard pour le pouvoir judiciaire de l'Irak. Ce gouvernement ignore toutes les valeurs, juste pour plaire à Téhéran. Ceci fournit la meilleure preuve que les forces irakiennes ne peuvent pas assumer la protection d'Achraf. C'est une raison supplémentaire pour déployer une équipe de surveillance des Nations unies à Achraf et faire appliquer la garantie que les forces américaines protègeront les résidents d'Achraf.

Le silence et l'inaction de nos gouvernements en ce qui concerne la tragédie actuelle contre l'opposition iranienne en Irak sont choquants. Ainsi, nous demandons à l'Union européenne et à tous les États membres, les parlements et les ONG de soutenir les droits des résidents d'Achraf. Soutenir Achraf signifie soutenir les droits de l'homme, l’état de droit et le soutien aux valeurs démocratiques.

Je connais très bien les Moudjahidine du peuple d'Iran. J'ai visité le camp d'Achraf en octobre 2008. J'ai personnellement vécu leur attachement à la démocratie et je suis pleinement confiant qu'ils resteront fidèles à leurs aspirations démocratiques et en payeront le prix.

Alejo Vidal-Quadras
Vice-Président du Parlement européen
Président du Comité internationale pour l'application de la justice (ISJ)

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe