vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran Résistance«Le régime iranien est sans doute le seul problème au Moyen-Orient» (Vidal-Quadras)

«Le régime iranien est sans doute le seul problème au Moyen-Orient» (Vidal-Quadras)

CNRI – « Le régime iranien ne fait pas partie de la solution en Irak et au Moyen-Orient; il fait partie du problème et j’ose dire qu’il est sans doute le seul problème. En s’asseyant avec des autorités de ce régime, l’occident en fait s’humilie. En s’asseyant avec des autorités de ce régime, l’occident en fait s’humilie. Et la fin de cette voie de la complaisance débouche sur la guerre parce que le régime iranien utilise ces négociations interminables pour gagner du temps afin de poursuivre son programme nucléaire», a déclaré Alejo Vidal-Quadras, vice président  du parlement européen devant 50.000 Iraniens. Ils s’étaient rassemblés à Villepinte dans un gigantesque meeting en faveur d’un « Iran démocratique avec Maryam Radjavi » ce samedi 30 juin, pour dénoncer la complaisance avec les mollahs et appeler les gouvernements occidentaux à un changement radical de politique.

CNRI – « Le régime iranien ne fait pas partie de la solution en Irak et au Moyen-Orient; il fait partie du problème et j’ose dire qu’il est sans doute le seul problème. En s’asseyant avec des autorités de ce régime, l’occident en fait s’humilie. En s’asseyant avec des autorités de ce régime, l’occident en fait s’humilie. Et la fin de cette voie de la complaisance débouche sur la guerre parce que le régime iranien utilise ces négociations interminables pour gagner du temps afin de poursuivre son programme nucléaire», a déclaré Alejo Vidal-Quadras, vice président  du parlement européen devant 50.000 Iraniens. Ils s’étaient rassemblés à Villepinte dans un gigantesque meeting en faveur d’un « Iran démocratique avec Maryam Radjavi » ce samedi 30 juin, pour dénoncer la complaisance avec les mollahs et appeler les gouvernements occidentaux à un changement radical de politique.

Voici le texte de l’intervention de M. Vidal-Quadras :

Tout d’abord je veux adresser mes salutations les plus chaleureuses à vos compatriotes de la Cité d’Achraf qui regardent ce meeting en direct par satellite. Par leur résistance contre toutes les conspirations des mollahs et leurs agents en Irak, les Moudjahidine du peuple à Achraf ont été une source d’inspiration non seulement pour des millions d’Iraniens en Iran, mais aussi pour beaucoup d’entre nous en Europe qui croyons à la démocratie, qui croyons à la liberté et au plein respect des droits de l’homme.

Je veux aussi exprimer notre solidarité avec les milliers d’Iraniens qui ont manifesté au début de la  semaine à Téhéran et dans d’autres villes contre l’entrée en vigueur d’un programme de rationnement de carburant et ont appelé à la chute du régime totalitaire au pouvoir dans votre pays. 

Je suis très heureux d’être ici parmi vous dans cette magnifique manifestation aujourd’hui. Au fil des années où j’ai connu les Moudjahidine du peuple iranien, j’ai atteint ce point où j’estime être désormais un membre de votre famille, la grande famille de la Résistance iranienne. C’est pourquoi j’ai partagé vos moments de bonheur, comme aujourd’hui à Paris, ou le jour où nous avons réussi à surmonter tous les obstacles pour inviter Mme Maryam Radjavi au Parlement européen à Strasbourg malgré les énormes pressions du régime iranien sur plusieurs Premiers ministres et chefs d’Etat qui pensaient de manière erronée qu’en invitant la dirigeante de l’opposition démocratique iranienne dans notre Parlement, les négociations de l’UE avec l’Iran sur la question nucléaire seraient perturbées. C’est exactement le contraire. Ce n’est qu’avec un fort engagement vis-à-vis de nos principes et nos valeurs que nous serons respectés.

J’ai aussi partagé vos moments de douleur et de frustration particulièrement cette marque de terroriste de l’UE qui vous maintient si injustement les mains liées.  J’arrive à comprendre ce que vous et tous les Iraniens épris de liberté, ressentez en voyant jusqu’où peut aller la complaisance et comment quelques dirigeants de l’UE sont prêts à défier le verdict du Tribunal de Première Instance de la Cour européenne du Luxembourg qui s’est prononcé en faveur de l’OMPI en décembre. C’était une victoire historique pour la justice et pour l’opposition iranienne qui a montré que cette résistance est légitime.

Au Parlement européen, nous nous sommes battus âprement pour convaincre le leadership de l’UE que la politique correcte vis-à-vis de l’Iran ne peut être ces négociations inutiles ni un rapprochement. Si l’occident a peur d’une autre guerre dans la région, chercher la complaisance avec ce régime n’est pas la solution. Le régime iranien ne fait pas partie de la solution en Irak et au Moyen-Orient; il fait partie du problème et j’ose dire qu’il est sans doute le seul problème. En s’asseyant avec des autorités de ce régime, l’occident en fait s’humilie. Et la fin de cette voie de la complaisance débouche sur la guerre parce que le régime iranien utilise ces négociations interminables pour gagner du temps afin de poursuivre son programme nucléaire. Nous ne devrions pas oublier que ce sont les Moudjahidine du peuple qui ont révélé deux sites nucléaires secrets en août 2002. Le monde devrait être reconnaissant à la Résistance iranienne qui nous a ouvert les yeux sur cette terrible menace.

Les tenants de cette politique de complaisance parlent de la nécessité de communiquer avec la prétendue société civile en Iran au lieu de reconnaître le CNRI et l’OMPI. Je dois dire que la suggestion comme quoi l’occident devrait faire appel à des Iraniens anonymes et sans visage, des membres de la société civile et des ONG, est invraisemblable et ne représente pas de solution pratique ou concrète parce que dans un environnement répressif, aucun canal de communication de ce genre ne peut être établi sans être contaminé par l’appareil de sécurité de l’Etat.

Il y a une autre théorie disant que si l’UE respecte le verdict de la Cour européenne et retire l’OMPI de la liste du terrorisme, cela signifierait que l’occident envisage un changement de régime. C’est pourquoi le Conseil des ministres de l’UE est prêt à désobéir à la justice. C’est là aussi une grave erreur.  Le retrait de l’OMPI de la liste prouverait que l’UE colle à ses principes, que l’UE croit dans l’état de droit, et cela forcerait le régime iranien à modérer sa répression sur la population en Iran. Maintenir dans la liste l’OMPI, qui n’est pas terroriste, encourage les véritables terroristes, qui sont les dirigeants actuels de l’Iran, à poursuivre leur œuvre sinistre de propagation de la violence et de la destruction dans tout le Moyen-Orient.

L’injustice constante faite à l’OMPI restera une tache sombre sur l’histoire de l’Europe que l’on reprochera à l’UE à l’avenir.

Mais vous, mes amis iraniens, sachez avec certitude qu’il existe beaucoup de politiciens en Europe et de représentants élus des peuples d’Europe qui ont des principes et qui partagent votre cause en faveur de la liberté et de la démocratie en Iran ; qui se tiennent à vos cotés, qui vous soutiennent, vous admirent et considèrent comme un honneur de compter parmi vos amis. Croyez-moi, jamais, jamais, malgré les difficultés, les menaces, les déceptions, nous ne vous abandonnerons dans votre lutte héroïque. Nous continuerons pour toujours à travailler main dans la main, nos cœurs à l’unisson, jusqu’à ce que l’Iran retrouve sa liberté. 

Nous devons continuer à nous battre jusqu’à ce que nous voyions fleurir la démocratie en Iran. Notre victoire est inévitable parce que ce sera la victoire de la liberté sur la tyrannie, de la justice sur l’injustice, du bien sur le mal. Nous pouvons et nous devons gagner!

Que Dieu vous bénisse tous.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe