samedi, décembre 3, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeL’Iran « prend furtivement le contrôle de Bassora »

L’Iran « prend furtivement le contrôle de Bassora »

De Thomas Harding à Bassora
 
The Daily Telegraph – Le renseignement iranien se prépare à une domination totale du sud de l’Irak dès que les Britanniques seront partis, en s’infiltrant dans le réseau de sécurité de Bassora et dans les partis politiques.

Des sources du renseignement irakien ont divulgué au Daily Telegraph que l’Iran avait l’intention de rafler la grande récompense économique offerte par les champs pétroliers du sud et d’empêcher les sociétés occidentales de prendre pied à Bassora.

Les hauts responsables politiques et militaires britanniques et américains s’inquiètent du fait que Téhéran « vienne à l’aide » des terroristes qui continuent de tuer leurs soldats chaque semaine.
 
Les commandants craignent que dès leur départ de Bassora en mai, les milices soutenues par l’Iran s’emparent des structures politiques et sécuritaires, anéantissant ainsi quatre années de travail qui ont coûté la vie à 129 Britanniques et des milliards de dollars.
 
Seule l’armée irakienne fait obstacle aux milices meurtrières. Bien qu’on la considère comme compétente, le moment clé sera le jour où la responsabilité de l’administration de Bassora sera transmise au gouvernement irakien et aux dirigeants politiques locaux. Là, on s’attend à une épreuve de force entre l’armée irakienne contrôlée par Bagdad et les milices de Bassora soutenues par les Iraniens.
 
Il a été facile pour l’Iran de forger des alliances avec les chiites qui représentent la majorité de la population dans le sud de l’Irak. Les insurgés soutenus par les Iraniens trouvent beaucoup de recrues parmi les chômeurs de la ville. Ils les encouragent à attaquer les patrouilles et les postes britanniques afin de montrer leur force dans la lutte pour le pouvoir à Bassora, selon un haut responsable irakien. Celui-ci a ajouté que si les Britanniques se retiraient trop tôt de la région, les sunnites seraient tués dans le but de tous les expulser et le travail de ces quatre ans volerait en poussière.
 
Les munitions et armes utilisées pour tuer et mutiler les troupes britanniques ont presque certainement traversé la frontière iranienne située à quelques kilomètres de la ville pour atterrir directement entre les mains des terroristes.
 
Le renseignement militaire britannique est persuadé que des insurgés ont reçu un entraînement des Gardiens de la Révolution d’Iran, la précision des attaques au mortier et aux roquettes s’améliorant de semaine en semaine.
 
« Nous savons que certains éléments extrêmes de Bassora reçoivent le soutien et l’aide de l’Iran, ainsi que des armes, de l’argent et de la technologie pour engins explosifs improvisés dans le but de déstabiliser cette partie du pays », a affirmé le lieutenant colonel Justin Maciejewski, commandant du bataillon Royal Green Jacket, fort de 1200 hommes.
 
« Les locaux en ont particulièrement marre. Dans certains segments de la société de Bassora, des violences ont lieu contre nous et contre les éléments des forces de sécurité irakiennes considérés comme étant non sensibles à l’influence de l’Iran. »
 
Un haut responsable américain, basé dans le camp britannique et qui s’est exprimé sous couvert de l’anonymat, a déclaré que l’inquiétude était profonde concernant « l’effet déstabilisateur » de l’Iran dans la zone. « Les informations que nous recevons indiquent que les milices qui lancent des roquettes contre ce site reçoivent l’aide de factions iraniennes », a-t-il affirmé. « Tout ceci est extrêmement inquiétant, en particulier lorsque l’on essaie d’apporter la paix et la stabilité. »
 
Les plus hauts dirigeants politiques d’Irak n’ont aucun doute concernant les ambitions de leur voisin à l’est. Prenant la parole lors d’une visite officielle à Londres, Tariq al-Hashemi, vice-président irakien, a accusé l’Iran de « jouer un rôle désastreux dans nos affaires internes ». « Nous détenons un grand nombre de preuves indiquant que l’Iran devient, malheureusement, l’acteur principal en Irak. Ils ont une influence bien ancrée dans tous les domaines en Irak. Partout où l’on va en Irak, on peut voir leurs empreintes. »
 
Ces trois derniers mois, le nombre de meurtres  à Bassora a chuté de 45 à 5 par semaine, en partie grâce au démantèlement mené par les Britanniques des escadrons de la mort d’une unité de police corrompue.
 
Le lieutenant colonel Maciejewski a admis que les gens du coin « avaient hâte de nous voir partir » mais seulement une fois que le travail sera fini et que les forces de sécurité irakiennes seront bien en place.
 
Tandis que les Iraniens viennent en aide aux chiites en Irak, des preuves indiquent que la population sunnite minoritaire, estimée à 200 000, bénéficie du soutien des sunnites d’Arabie Saoudite. L’inquiétude grandit quant à l’imminence d’une guerre sectaire dévastatrice qui pourrait prendre dans les deux branches de l’Islam dans tout le Moyen Orient.
 
Lorsqu’elle quittera la ville, l’armée ne pourra qu’observer et espérer, mais il semble que de plus grandes puissances soient en marche. L’Iran a toujours su que la présence britannique était éphémère et se tient prêt pour son départ, et pour le prochain épisode d’un conflit quasi inévitable.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe