mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeL'Iran derrière l'"alerte terroriste" dans l'Est ?

L’Iran derrière l' »alerte terroriste » dans l’Est ?

L’alerte à la bombe du 8 août en France pourrait avoir été lancée par les mollahs iraniens au pouvoir, pour discréditer des opposants au régime.

Le Conseil national de la Résistance iranienne demande au gouvernement français l’ouverture d’une enquête.

LCI, 10 août – Mercredi soir, la France renforçait ses contrôles dans l’Est du pays et notamment dans les trains Luxembourg-Bâle, après avoir été prévenue par "un pays ami" d’une attaque terroriste imminente. L’identité de quatre suspects iraniens et d’un Afghan était même diffusée, sans résultat. Deux jours plus tard, les contrôles étaient levés sans qu’aucune menace précise n’ait pu être identifiée.

Depuis, les services secrets français tentent remonter à la source de ce qui peut désormais être considéré comme une fausse alerte. D’après Le Monde daté du 11 août, l’alerte diffusée auprès de la DST et des services secrets allemands provenait des services de renseignements luxembourgeois, se basant sur les déclarations d’un informateur de la police locale. Seul problème, le régime iranien serait "d’une manière ou d’une autre" mêlé à la diffusion de cette information, avance le quotidien. Mais pour quelle finalité ? Les mollahs auraient tout simplement voulu, selon Le Monde, faire coup double en "faisant renaître le spectre d’une menace terroriste en Europe", tout en tentant de discréditer des opposants au régime présents au Luxembourg.
 
La Résistance iranienne exige une enquête
 
En effet, les quatre suspects iraniens auraient été présentés comme des membres l’Organisation des moudjahiddins du peuple iranien, opposante au régime des mollahs, et figure sur la liste des organisations terroristes établies par l’UE depuis le 11-Septembre. Celle-ci n’est cependant pas directement liée au terrorisme islamiste anti-occidentel et a obtenu en ce sens un avis favorable de la Cour européenne de justice en décembre 2006. L’Organisation tente toujours de faire respecter cette décision sur le territoire Luxembourgeois.
 
De son côté, le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) demande au gouvernement français l’ouverture d’une enquête, et met en garde "contre les objectifs terroristes du régime des mollahs à travers la propagation d’informations mensongères."