dimanche, novembre 27, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireL’Iran a sans doute reçu des centrifuges avancé : selon des diplomates

L’Iran a sans doute reçu des centrifuges avancé : selon des diplomates

L’Iran a sans doute reçu des centrifuges avancé : selon des diplomatesAgence France Presse, le 20 janvier – L’Iran a peut être reçu trois livraisons de centrifuges sophistiqués de type P-2, capable d’enrichir de l’uranium, ont dit les diplomates vendredi, ce qui pourrait soutenir les accusations de l’Occident selon lesquelles Téhéran dissimule ses travaux sensibles sur le nucléaire.

Il y aurait eu trois livraisons d’une centrifugeuse chacune obtenues en 1997 sur réseau du marché noir du scientifique pakistanais en disgrâce, Abdul  Qader Khan, a dit un diplomate.

Les centrifuges sont utilisées pour enrichir de l’uranium pour être utilisé soit dans les réacteurs au combustible nucléaire, soit dans les matériaux des bombes atomiques. L’Iran, qui a possède déjà des centrifugeuses moins sophistiqués, P-1, dément avoir reçu ces machines plus avancées, qui rendent l’enrichissement de l’uranium plus facile.

Téhéran dit que son programme nucléaire est pacifique et a pour but de produire de l’électricité, mais les Etats-Unis avancent que ce pays dissimule ses travaux nucléaires pour produire des bombes atomiques qui nécessitent de l’uranium hautement enrichi.

Un deuxième diplomate a dit que le gendarme de l’ONU, l’Agence internationale de l’énergie atomique, l’AIEA, qui a mené une enquête sur le programme nucléaire de l’Iran pendant trois ans, était en train d’enquêter sur le dossier des P-2.

A la question si ça pourrait être la « preuve définitive » qui confirme les craintes de l’occident, le diplomate a répondu : « oui. Si c’est confirmé le jeu sera terminé ».
Le diplomate n’a pas écarté le fait que les livraisons auraient pu impliquées plus d’une centrifugeuse.

Iran prétend n’avoir reçu que des croquis pour les machines P-2 dans les années 1990s et « qu’il n’a pas poursuivi ses travaux sur les croquis des machines P-2 de 1995 à 2002 », note un rapport de l’AIEA en septembre 2005.

Le premier diplomate, qui comme les autres diplomates interviewés a demandé à garder l’anonymat à cause de la sensibilité des sujets, a dit un ancien membre du réseau de Khan. Il a dit aux interrogateurs occidentaux qu’il y avait eu «  trois cargaisons pour l’Iran, d’une centrifugeuse chacune en 1997. »

L’analyste en non prolifération David Albright a dit à l’AFP depuis Washington que le réseau de Khan « envoie toujours des échantillons des machines avec les croquis. »

« Ça paraîtrait normal que l’Iran l’ait obtenu. C’est ainsi que fonctionne le réseau de Khan. Ils avaient des stocks à Dubaï, » a dit Albright, un ancien inspecteur nucléaire de l’ONU.

Si l’Iran « avait importé des P-2 complètes, ce serait très différent de ce qu’ils ont dit à l’AIEA », a-t-il déclaré.

Les responsables Iraniens à Vienne n’ont pas pu être contactés pour faire un commentaire à ce sujet.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe