dimanche, novembre 27, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeLes vêtements féminins hors la loi en Iran

Les vêtements féminins hors la loi en Iran

Les vêtements féminins hors la loi en IranDe Parisa Hafezi

Reuters – La police iranienne a annoncé mardi qu’elle mettrait en place des mesures de répression contre la « corruption sociale » telle que la dérogation aux  codes vestimentaires islamiques des femmes, a rapporté l’agence de presse semi-officielle Fars.

« En vertu de la loi, la police va arrêter les personnes qui paraissent en public de manière indécente et inappropriée », aurait dit le chef de la police de Téhéran Morteza Talaei selon Fars. « La police va arrêter les femmes portant des manteaux serrés et des pantalons courts. »

L’application de codes moraux stricts concernant la tenue vestimentaire des femmes, la musique occidentale et les relations entre les sexes se sont assouplis suite à l’élection du président Mohammad Khatami en 1997 qui avait adopté une plateforme de réformes sociales et politiques.
 
Mais les radicaux veulent récupérer depuis l’année dernière ces concessions avec l’arrivée au pouvoir du président Mahmoud Ahmadinejad et le retour des religieux conservateurs et des forces religieuses Bassidj qui condamnent de telles pratiques « non islamiques ».

Le code vestimentaire islamique décidé après la révolution islamique d’Iran en 1979 impose aux femmes de couvrir toute leur chevelure et de porter des vêtements longs et amples afin de dissimuler les formes de leurs corps. Les contrevenants s’exposent à des coups de fouet, des amendes et à des peines d’emprisonnement.

Les experts estiment qu’adopter une attitude sévère face à des offenses sociales pourrait se retourner contre le gouvernement juste au moment où il a besoin de soutien dans le conflit avec l’Occident concernant son programme nucléaire.
« L’Iran subit déjà une pression internationale. Des mesures énergiques contre des comportements sociaux tels que le code vestimentaire pourraient provoquer une réaction brutale de la population », selon l’analyste politique Saïd Leylaz.
Mina, jeune fille de 17 ans portant un maquillage épais, une veste serrée et un foulard de couleur vive qui cache à peine ses cheveux, déclare n’avoir aucunement l’intention de changer son style.

« Ils sont tellement préoccupés par les affaires internationales qu’ils n’ont pas le temps de prêter attention à ma tenue indécente », selon Mina, qui a demandé que son nom de famille ne soit pas divulgué.

BEAUCOUP IGNORENT LE TCHADOR

Un grand nombre de filles, en particulier dans les quartiers urbains favorisés, ignorent le tchador noir traditionnel couvrant la femme de la tête au pied, et portent des pantalons Capri dénudant les mollets, des manteaux longs jusqu’aux cuisses et des foulards de couleurs vives poussés vers l’arrière pour montrer une grande partie de leur chevelure.

Certaines femmes, testant les limites de la loi, ont été vues récemment sans leurs foulards en train de garer leurs voitures dans la rue, de skier ou en vacances sur la côte caspienne du nord.

Le code vestimentaire islamique est plus respecté dans les banlieues pauvres et dans les régions rurales.

Les autorités, dont la campagne débute le 21 avril, désirent lancer ces mesures énergiques avant la chaleur des mois d’été où les femmes aiment porter des vêtements plus légers.

Certains parlementaires, inquiets du nombre croissant de femmes portant des foulards colorés et des vestes serrées, reprochent au corps clérical de ne pas avoir réagi plus tôt.

Près de 100 membres de groupes d’autodéfense se sont rassemblés devant le parlement mardi réclamant des mesures répressives officielles contre la « prostitution », c’est-à-dire contre les femmes portant des foulards colorés et des vestes moulantes, a rapporté l’agence Fars.

Tala’i a déclaré que la police ciblerait les taxis transportant des femmes portant une « tenue indécente » et ferait des descentes dans les centres commerciaux populaires où de tels articles sont vendus. « Les femmes ne portant pas de foulards en public seront elles aussi arrêtées », a-t-il dit.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe