mardi, janvier 31, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLes USA récusent les allégations iraniennes liant l’inculpé de l’attentat à un...

Les USA récusent les allégations iraniennes liant l’inculpé de l’attentat à un groupe en exil

Par Scott Shane

The New York Times, 20 octobre  – Des responsables de l’administration Obama ont démenti mercredi des informations iraniennes disant qu’un homme accusé dans un complot visant à assassiner l’ambassadeur saoudien aux États-Unis serait en réalité un agent d’un groupe d’opposition iranien en exil. 

 « Nous notons que ces informations proviennent uniquement de sources des médias officiels iraniens, qui ont un long précédent en matière de fabrication de nouvelles », a déclaré Rhonda H. Shore, une porte-parole du Département d’Etat.

Les responsables américains ont dit être sûrs que l’homme, Gholam Shakuri, est un officier de la Force Qods, le bras des opérations à l’étranger du Corps des gardiens de la révolution de l’Iran, comme l’affirme une plainte en justice dévoilée la semaine dernière par le ministère de la Justice.

M. Shakuri est accusé, avec un ancien concessionnaire de voitures d’occasion, Mansour J. Arbabsiar, d’avoir comploté dans le but d’embaucher un cartel de la drogue mexicain afin de tuer l’ambassadeur saoudien pour 1,5 million de dollars. Des responsables américains disent que 100 000 $ pour le complot ont été transférés depuis un compte bancaire associé à la Force Qods. M. Arbabsiar est en détention aux Etats-Unis, mais on ne sait ce qu’il en est de M. Shakuri.

Les informations iraniennes déclarent qu’Interpol, l’organe d’application du droit international, avait découvert que M. Shakuri était « un membre clé» de l’opposition iranienne du groupe des Moudjahidine du peuple. Aussi connu comme le Conseil national de la Résistance iranienne, le groupe est considéré par l’Iran comme une organisation terroriste et a une histoire de sabotage et d’assassinats visant à renverser le gouvernement islamique d’Iran.

Le groupe affirme avoir renoncé à la violence. Il est classé par les Etats-Unis comme une organisation terroriste étrangère, mais fait pression pour être retiré de cette liste, comme il a été retiré en Grande-Bretagne et dans l’Union européenne de listes similaires.

Une porte-parole d’Interpol a refusé de commenter. Mais un responsable américain, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat, a déclaré qu’Interpol n’avait découvert aucun lien avec le groupe d’opposition, qualifiant les informations iraniennes de « pure fiction ».

La première information sur la supposée connexion de M. Shakuri avec les Moudjahidine du peuple, lancée par l’agence de presse iranienne Mehr mardi, incluait ce qui était censé être son numéro de passeport, en disant que le passeport avait été délivré à Washington. Les responsables américains ont déclaré que M. Shakuri n’était pas un citoyen des Etats-Unis et n’avait pas de passeport américain. Ils ont dit que ce numéro pouvait être celui d’un passeport iranien publié par la Section des intérêts iraniens à l’ambassade du Pakistan à Washington.

Une faction dissidente des Moudjahidine du peuple a été incorporé au corps des gardiens de la révolution iranien à sa création en 1980, il est donc concevable que certains membres actuels des gardiens aient été affiliés au groupe d’opposition il y a plus de trente ans.

Des experts sur l’Iran ont déclaré que le complot d’assassinat présumé semblait inhabituellement bâclé par la Force Qods, et les responsables américains ont suggéré que l’Iran diffusait à présent de la désinformation pour cultiver le doute sur cette intrigue. Mais ils disent que des appels téléphoniques interceptés, des transferts bancaires et d’autres preuves relient le complot directement aux autorités de la Force Qods.

Dans ce qui semblait être une nouvelle ligne de contre-attaque mercredi, un haut responsable de l’appareil judiciaire de l’Iran, l’ayatollah Sadeq Larijani, a autorisé une enquête sur ce qu’il appelle «les crimes perpétrés par l’administration américaine contre les nations iranienne et musulmanes », selon la très officielle Agence de presse de la République. Elle le cite également disant que les accusations sur le complot d’assassinat « sont basées sur la tentative de la vieille hostilité américano-sioniste de semer la discorde parmi les musulmans ».

Rick Gladstone a contribué à cet article depuis New York.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe