jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeLes USA disent renforcer leurs sanctions contre plus de 50 entités en...

Les USA disent renforcer leurs sanctions contre plus de 50 entités en Iran

WASHINGTON, 12 juil 2012 (AFP) – Le Trésor américain a annoncé jeudi renforcer ses sanctions financières contre plus de 50 entités en Iran qu’il accuse de participer au programme nucléaire, notamment les entreprises d’Etat liées aux Forces armées iraniennes et aux Gardiens de la Révolution.

 

« L’Iran est sous une pression intense, la pression de sanctions multilatérales, et nous continuerons à accroître la pression tant que l’Iran refusera de répondre aux inquiétudes fondées de la communauté internationale au sujet de son programme nucléaire », a indiqué le sous-secrétaire au Trésor chargé du renseignement financier et de la lutte antiterroriste, David Cohen, en annonçant ces mesures largement symboliques dans un communiqué.

La plupart des entités concernées sont déjà sous le coup de sanctions du Trésor américain annoncées depuis 2005, notamment l’administration iranienne chargée de la logistique des forces armées, l’organisation publique de l’Industrie aérospatiale, la compagnie maritime publique (IRISL) et le corps des Gardiens de la Révolution.

Mais depuis l’annonce de ces sanctions, certaines d’entre elles ont changé de nom ou ont été attachées à d’autres ministères, ce qui a conduit le Trésor à répertorier à nouveau une cinquantaine d’entités.

Par exemple, le Trésor indique avoir « actualisé les informations permettant d’identifier 57 bateaux affiliés à l’IRISL, qui avaient été renommés ou avaient changé de pavillon depuis qu’ils avaient été frappés de sanctions, et avoir identifié sept nouveaux bateaux » affiliés à la compagnie maritime publique iranienne.

Les Etats-Unis accusent l’Iran d’utiliser sa compagnie maritime publique pour transporter du matériel lié à son programme nucléaire, en violation des sanctions internationales qui frappent le pays.

Le Trésor répertorie également de nouveaux responsables des ministères concernés, ou de nouveaux responsables militaires comme le commandant des forces navales des Gardiens de la révolution, Ali Fadavi.

La nouvelle société d’un Autrichien accusé de fournir depuis plusieurs années du matériel « sensible » au programme de missiles iranien, Daniel Frosch, est elle aussi mise à l’index.

Sa société Daniel Frosch Exports ayant été désignée lors de précédentes sanctions, cet individu a déménagé en 2006 pour s’installer aux Emirats arabes unis, d’où il a « continué à soutenir le programme d’armement iranien » par le biais d’une autre société, General Resourcing FZE, indique le Trésor.

La compagnie maritime émiratie Good Luck Shipping est elle aussi montrée du doigt dans cette nouvelle liste du Trésor, car elle remplace comme transporteur pour le compte de Téhéran deux autres compagnies liquidées après avoir été visées par des sanctions.

En vertu de la loi américaine, les avoirs que toutes ces entités détiendraient aux Etats-Unis sont gelés, et tout ressortissant américain commerçant avec elles sera désormais passible de poursuite pénales.

L’Iran s’est engagé dans des manoeuvres tous azimuts pour tenter de contrer l’embargo pétrolier européen, qui touche notamment les navires transportant du brut iranien.

Pour contourner les sanctions, la National Iranian Tanker Company (NITC) aurait tenté ces dernières semaines de camoufler certains de ses navires en changeant leur nom, celui de la compagnie propriétaire et leur pays d’immatriculation, selon les milieux spécialisés.

Un parlementaire américain a accusé la semaine dernière la Tanzanie d’avoir réimmatriculé six pétroliers iraniens, provoquant une enquête du gouvernement tanzanien qui s’est déclaré prêt à annuler l’opération.

Les grandes puissances soupçonnent le programme nucléaire iranien d’avoir des visées militaires –ce que Téhéran dément– et réclament l’arrêt de ses activités d’enrichissement d’uranium.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe