vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésActualités: NucléaireLes révélations sur un nouveau site nucléaire secret un coup dur contre...

Les révélations sur un nouveau site nucléaire secret un coup dur contre le régime iranien (Interview)

Mohammad Mohadessine, le président de la Commission des affaires étrangères du CNRI vient d’accorder un interview à la chaine télévisée en langue persane Simayé Azadi à propos de la portée des récentes révélations du CNRI concernant un nouveau site nucléarie secret du régime iranien. Voici un extrait de cet interview

CNRI – Mohammad Mohadessine, le président de la Commission des affaires étrangères du CNRI vient d’accorder un interview à la chaine télévisée en langue persane Simayé Azadi à propos de la portée des récentes révélations du CNRI concernant un nouveau site nucléarie secret du régime iranien. Voici un extrait de cet interview.

Q : La Résistance iranienne a déjà fait de nombreuses révélations sur les activités nucléaires du régime iranien. Quelle est la signification de la révélation récente à propos du site ultraconfidentiel  Lavizan-3 ?

Mohammad Mohadessine : La révélation du site de Lavizan-3, comme le montrent les réactions du régime iranien, a porté un coup dur contre ce régime qui cherche à se doter de  la bombe atomique. Ce site a été gardé secret pendant plus d’une décennie et le régime iranien y effectue des expériences d’enrichissement de l’uranium à des niveaux élevé, avec des centrifugeuses avancées.

L’existence de ce site secret a montré encore une fois le niveau de tromperies employés par ce  régime et la révélation de ce site consiste une étape très importante dans la dénonciation de ces tricheries. Ce projet qui consistait à enrichir l’uranium de façon secrète constitue une violation des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU et du Traité de non-prolifération. Ce projet constitue également une violation complète et continue de l’Accord provisoire signé en 2013 à Genève et du « Plan d’action commun » que le régime iranien a signé avec les pays du groupe P5+1.

La Résistance iranienne a informé l’AIEA à Vienne concernant le projet Lavizan-3, en lui fournissant des informations détaillées, et nous avons demandé une inspection immédiate de ce site nucléaire par des inspecteurs internationaux.

Lors de la conférence de presse organisée à Washington par le Bureau de représentation du CNRI, la Résistance iranienne a souligné que l’AIEA et les pays du groupe P5+1, en particulier le gouvernement américain, doivent agir immédiatement pour inspecter ce site.

Une fois de plus, je mets en garde qu’aucune occasion ne devrait être donnée à ce régime pour qu’il efface les traces de ses activités nucléaires illicites à Lavizan-3, comme il l’avait déjà fait dans le passé sur le site de Lavizan-Shian.

Le site de Lavizan Shian a été révélé en mars 2003 par la Résistance iranienne et l’AIEA est allé inspecter ce site en juin 2004, soit de 14 à 15 mois plus tard. Pendant ce délai, le régime iranien avait déplacé toutes ses installations qui existaient sur ce site et avait même déplacé plusieurs tonnes de terres pour éliminer les traces des matières radioactives. Malgré cela, des traces y ont été trouvées.

Cette nouvelle révélation est très importante pour la raison suivante : les pays occidentaux – qui sont en train de négocier avec le régime iranien et qui cherchant une sorte de compromis et d’entente avec ce régime – sont réticents à prendre en compte ces nouvelles informations.

C’est pourquoi la Résistance iranienne a considéré que révéler ce site dans les plus brefs délais était une nécessité patriotique pour la nation iranienne et une nécessité pour la paix et la sécurité régionale et mondiale.

Dix jours avant la révélation du site de Lavizan-3, Rohani, le président du régime des mollahs, a officiellement déclaré dans un discours : « Personne ne devrait penser que notre participation à des négociations signifie que nous avons abandonné nos projets ou que nous ne voulons pas poursuivre nos progrès scientifiques dans le domaine nucléaire. »

Mais à ce moment là, Rohani n’imaginait pas que la Résistance iranienne et l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI), grâce à leur vaste réseau populaire en Iran et grâce à leur travail constant d’investigation, vont dévoiler les tricheries de son régime.

Q : À votre avis, quelle est la cause de cette avalanche de réactions du régime ?

Mohammad Mohadessine : Dès qu’Hassan Rohani a su que l’OMPI avait l’intention de faire une nouvelle révélation sur ce projet secret, il a paniqué et lors d’un discours public, il a déclaré : « Ceux qui disent que dans les questions nucléaires nous avons des secrets, ce sont de gros menteurs. » A ce moment là, Rohani avait probablement oublié que 10 jours plus tôt, il avait dit lui-même que le régime poursuit tous ses projets nucléaires.

Lorsque le bureau de représentation CNRI aux États-Unis a révélé le site de Lavizan-3, plutôt que de répondre précisément à cette question rationnelle et logique, le régime a eu recours à des insultes, des mensonges et à des tromperies.

Le représentant du régime iranien auprès de l’ONU, ainsi que le vice-président de la Commission de sécurité et de politique étrangère au Parlement du régime et les Gardiens de la Révolution (pasdaran) ont pris la parole pour essayer d’esquiver cette question et de minimiser la portée de cette révélation. Ces déclarations faites par les officiels et médias du régime iranien ont démontre que ses révélations, touchent droit dans le but. Par chacune de ses précédentes révélations sur les différents sites nucléaires en Iran (Natanz, Arak, Lavizan-Shian, Lavizan-2, Mojdeh, Kala électrique, Fordow,…), la Résistance iranienne avait réussi à marqué le coup et chaque fois, elle avait créé une crise majeure au sein du régime iranien.

Lorsque le régime a vu que ses injures n’étaient plus efficaces, il a eu recours à des mensonges. Notamment, il a prétendu que des informations présentées lors de la conférence du CNRI à Washington ont été obtenues sur le site Internet d’une entreprise privée basée en Iran. Le bureau de représentation du CNRI aux États-Unis a publié des informations supplémentaires et détaillées pour répondre à ces allégations mensongères du régime iranien.

Sur la base des informations fournies par les Commissions de sécurité et d’études stratégiques du CNRI et par l’OMPI, le bureau du CNRI à Washington a notamment révélé que l’entreprise en question, connue sous le nom GMP, était en fait une société travaillant pour l’Etat et impliquée dans tous ces projets nucléaires du régime au cours de ces dernières années.

Q : La réaction du régime iranien n’est-t-elle pas du au fait que la dupicité de ce régime dans les négociations en cours ont ainsi été révélées ?

Mohammad Mohadessine : Vous avez mentionné un point très important. Permettez-moi de revenir sur les déclarations de Rohani dans son livre intitulé « La sécurité nationale et la diplomatie nucléaire». Dans ce livre, concernant les activités nucléaires du régime, grosso modo il dit que tout allait bien pour le régime, mais qu’en août 2002, à cause des révélations de l’OMPI, le régime a du faire fasse à de nombreuses difficultés. Cela montre que si en 2002, l’OMPI n’avait pas révélé l’existence des sites nucléaires à Natanz et à Arak, le régime iranien aurait probablement acquis, il y a plusieurs années, la capacité de fabriquer des bombes atomiques. Et ce sont les révélations de l’OMPI qui ont créé cette crise nucléaire pour le régime. Maintenant, le pouvoir en place est confronté à une nouvelle crise. Les récentes révélations de la Résistance iranienne concernant ce site secret d’enrichissement de l’uranium a mis le régime dans une situation difficile. Par ailleurs, sur le plan politique et international, ces révélations sont aussi très embarrassantes pour ceux qui voulaient faire des concessions injustifiées à l’Iran des mollahs.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe