vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLes responsables du régime iranien redoutent la campagne de boycott des partisans...

Les responsables du régime iranien redoutent la campagne de boycott des partisans de la Résistance et préparent des mesures répressives

Les responsables du régime iranien redoutent la campagne de boycott des partisans de la Résistance et préparent des mesures répressives

Alors que le simulacre d’élection du régime iranien s’approche et qu’il fait face à des crises accablantes, ses responsables expriment leur crainte concernant l’appel au changement de régime et la campagne de boycott des élections lancée par les jeunes épris de liberté et les partisans de la Résistance iranienne.

« Non au bourreau, non au démagogue, mon vote est le changement de régime, vive l’Armée de libération nationale » et « Notre vote est le changement de régime ; notre choix c’est Maryam Rajavi » sont des slogans largement diffusé dans le pays, avec une volonté grandissant de la population de boycotter le scrutin. Une réalité qui a forcé les dirigeants et médias officiels à réagir.

Le 10 mai, le Guide Suprême des mollahs, Ali Khamenei, a déclaré : « L’élection peut être un signe de fierté pour le pays et elle peut aussi se transformer en un signe de sa faiblesse et créer des problèmes. Toute personne qui agit contre la sécurité nationale au cours de l’élection sera sans aucun doute sévèrement giflé (réprimé)… L’ennemi cherche un changement d’attitude de notre part … un changement d’attitude équivaut à la destruction de notre système islamique ».

Le 14 mai, Ali-Asghar Ahmadi, le chef de la Commission électorale, a affirmé : « Les complots sont toujours en cours ». Affirmant que tout le personnel militaire et de sécurité du régime sera actif pendant le simulacre d’élection, il a déclaré : « La police est chargée de faire respecter la sécurité. … Ils peuvent compenser les déficiences de leurs forces grâce à l’armée, aux pasdaran, au ministère du Renseignement et aux Basij (milice). Nous avons vraiment une foi et une confiance totales en eux. » (Agence de presse Tasnim, le 16 mai 2017)

Hassan Karami, chef des commandos spéciaux de la police, a affirmé que la taille de la force sous son commandement avait été doublée. Il a ajouté : « Les forces spéciales de la police sont préparées physiquement et opérationnellement pour contrer toute action possible des ennemis nationaux et étrangers. » (Agence de presse officielle Mizan, le 15 mai 2017)

Hossein Zolfaqari, responsable de la sécurité au sein de la Commission électorale du régime, a déclaré : « Les mesures de sécurité, la sensibilisation au renseignement et la planification des unités d’intervention rapide ont été prévues de telle sorte que toute action visant à perturber la sécurité et l’ordre pendant l’élection soit traitée fermement dans le délai le plus rapide possible, et nous éviterons de manière décisive toute forme d’insécurité. » (Agence de presse officielle ISNA, le 12 mai 2017)

Le 3 mai, l’agence de presse Fars, affiliée aux pasdaran, a écrit : « Récemment, l’OMPI (MEK) a tenté d’influencer l’élection par ses agissements. … Nous ne devrions pas être influencés par la propagande de l’ennemi. L’ennemi cherche à briser l’espoir de la population et veut frapper le système. … Les agences de renseignement agiront fermement contre les agissements de l’OMPI. »

Le 8 mai, l’agence de presse Tasnim a écrit : « Ceux qui sont obstinément opposés à la population et au système, répandent des rumeurs dans une tentative d’influencer le résultat de l’élection. … La question des exécutions de 1988 et les récits diffusés par l’OMPI via Telegram et d’autres médias sociaux font partie de ces types d’agissements. »

Le chef de la direction du renseignement de la province d’Hormozgan a déclaré : « L’identification des agents, des réseaux et des objectifs de l’OMPI figure parmi les mesures que cette direction a prises pour contrer les activités visant à perturber la sécurité de l’élection dans la province. » (la chaine publique, le 9 mai 2017)

Le 14 mai, des membres de la faction de Khamenei ont écrit dans leur médias: « Une grande sédition est en préparation. Les rapports indiquent que la photographie de Maryam Rajavi a été vue à divers endroits à Téhéran. L’image (de Maryam Radjavi) que vous voyez a été accroché sous le pont Sattarkhan. »

Le 16 mai, un autre site affilié à la faction de Khamenei a écrit : « Les photos de Maryam Rajavi sur certaines voies et les graffitis montrent que l’OMPI essaie de remporter sa part de l’élection de 2017. Les actions de l’OMPI sur internet ont également atteint leur paroxysme ces derniers jours. Les comptes affiliés à l’OMPI ont lancé une campagne pour boycotter l’élection et inviter la population à participer à des émeutes. »

Secrétariat du Conseil National de la Résistance iranienne
Le 17 mai 2017

 

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe