lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireLes raisons du ralentissement du programme nucléaire du régime iranien

Les raisons du ralentissement du programme nucléaire du régime iranien

CNRI – Les experts disent que le ralentissement du programme nucléaire du régime iranien, évoqué dans le dernier rapport de Yukiya Amano, le directeur général de l’AIEA, a des raisons techniques et non politiques.

Selon le rapport de M. Amano, daté du 14 novembre, sous les 3 derniers mois du gouvernement d’Ahmadinéjad, 1500 centrifugeuse de type P1 ont été utilisées à Fordo pour enrichir l’uranium à 20%, mais l’Iran s’est gardé d’augmenter son stock au-delà de la limite de 200 kg.

Durant les trois premiers mois du gouvernement Rohani, cette situation a perduré. Dans son dernier rapport, M. Amano a employé un ton plus modéré, mais a clairement souligné que l’Iran n’avait pas donné répondu à l’ensemble des demandes du Conseil des gouverneurs de l’AIEA.

Dans ce rapport, M. Amano évoque des accords sur quelques détails, sans dire clairement que sa dernière visite en Iran a été globalement infructueuse.

L’AIEA attendait que lors de cette visite, l’Iran donne son accord pour une visite des installations de Parchine. A la place, le régime iranien a seulement donné son accord pour une visite de la mine de Gachine. Or, cette mine n’a pas beaucoup d’importance et l’agence ne l’avait pas demandé.

En ce qui concerne les installations nucléaires à Arak, les deux parties n’ont pu se mettre d’accord sur la visite de la partie la plus sensible des installations.

Les experts précisent que l’absence d’avancée du programme nucléaire durant les trois derniers mois est due à des difficultés techniques.

Durant ses derniers mois, le gouvernement d’Ahmadinejad avait fait tout son possible pour étaler l’ensemble des capacités potentielles du pays en matière nucléaire. Avec cet objectif, près de 7000 centrifugeuses ont été installées à Natanz. Avant leur mise en cascade, la plupart de ces centrifugeuses n’ont pas été testées séparément. Ces improvisations ont provoqué le ralentissement des activités nucléaires pendant les mois qui ont suivi.

Le régime iranien est confronté à d’autres difficultés dans le domaine du stockage de yellow cakes, mais aussi pour disposer de l’uranium brut. Si le régime utilise l’ensemble des 19.000 centrifugeuses installées à Natanz et à Fordo, son stock de yellowcake sera vite épuisé.

Selon le dernier rapport du directeur général de l’AIEA, à l’heure actuelle, l’Iran dispose de 7154 kg d’uranium enrichi à 5% et de 196 kg d’uranium enrichi à 20%.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe