vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLes proches des dissidents exécutés en Iran expulsés du cimetière

Les proches des dissidents exécutés en Iran expulsés du cimetière

Les proches des dissidents exécutés en Iran expulsés du cimetière

CNRI – Les proches des victimes du massacre de prisonniers politiques de 1988 en Iran, ont envoyé un rapport expliquant ce qui est arrivé lorsqu’ils ont tenté d’aller se recueillir au cimetière de Khavaran, au sud-est de Téhéran, où se trouvent leurs proches décédés.

La sœur d’un des martyrs de l’organisation des Moudjahidines du peuple iranien (OMPI) écrit : « le dernier vendredi de l’année [du calendrier iranien], le 18 mars, je suis allé à Khavaran. J’ai juste eu assez de temps pour étendre la pétales de fleurs dans le vase que j’avais pris sur le canal. Les autorités nous ont rapidement expulsés ».

Le régime fondamentaliste iranien interdit régulièrement aux familles de prisonniers politiques exécutés de commémorer la mort de leurs proches.

Quelque 30 000 prisonniers politiques, principalement affiliés à la principale opposition démocratique, l’OMPI, ont été exécutés en été 1988.

Un mois après que Ruhollah Khomeini ait été contraint d’accepter un cessez-le-feu dans sa guerre de huit ans avec l’Irak, le dirigeant fondamentaliste du régime des mollahs a ordonné une exécution de masse de tous les prisonniers politiques affiliés au principal groupe d’opposition OMPI.

Le massacre brutal de la prison a été décrit par certains avocats internationaux des droits de l’homme comme le plus grand crime contre l’humanité impuni depuis la Seconde Guerre mondiale.

A l’approche de la fin de la guerre Iran-Irak, Khomeini qui a estimé que la défaite était imminente, a décidé de prendre sa revanche sur les prisonniers politiques. Il a ordonné une fatwa (ou décret religieux) exigeant le massacre de tous ceux qui n’avaient pas été repentis et qui n’étaient pas disposés à collaborer pleinement avec le régime.

Khomeini a décrété : « celui qui, à tout moment, continue d’appartenir à la Monafeqin (OMPI) doit être exécuté. Il faut anéantir immédiatement les ennemis de l’Islam ». Il a ajouté : « ceux qui sont dans les prisons à travers le pays et qui restent fermes dans leur soutien à l’OMPI sont en guerre contre Dieu et sont condamnés à l’exécution… C’est naïf de faire preuve de clémence envers ceux qui font la guerre à Dieu ».

Le régime iranien n’a jamais reconnu ces exécutions, et n’a jamais fourni d’informations sur le nombre de prisonniers qui ont été sommairement tués. Des jeunes filles, des parents âgés, des étudiants, des travailleurs, et beaucoup de ceux qui avaient déjà terminé leur peine avant 1988, font partie des personnes qui ont disparu en l’espace de quelques mois. Leurs corps ont été jetés dans des fosses communes, notamment dans le cimetière de Khavaran.

Khomeini avait assigné une « Commission d’amnistie » pour les prisonniers. En réalité, c’était une «  »Commission de mort composée de trois personnes : un représentant du ministère du Renseignement, un juge religieux et un procureur. La plupart des essais ont duré seulement quelques minutes et ressemblaient plus à une séance d’interrogatoire. Les questions étaient orientées et cherchaient à savoir si le prisonnier avait encore des allégeances à l’OMPI, dont les partisans représentaient de plus de 90 % des prisonniers.

Si les prisonniers n’étaient pas prêts à collaborer pleinement avec le régime contre l’OMPI, cela était considéré comme un signe de sympathie à l’organisation et la sentence était l’exécution immédiate. La tâche de la Commission de mort était de déterminer si un prisonnier était un ennemi de Dieu ou non. Dans le cas des prisonniers moudjahidines, cette décision a été souvent faite après une seule question au sujet de leur appartenance à un parti. Ceux qui parlaient de « moudjahidine » plutôt que d’emp loyer le terme péjoratif de « Monafeghine » (soit « hypocrites ») ont été envoyés à la potence.

Aucun des auteurs du massacre des prisonniers politiques de 1988 en Iran et aucun haut fonctionnaire du régime, y compris le chef suprême Ali Khamenei, n’ont été traduits en justice à ce jour.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe