vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeLes Pasdaran sont l’instrument du régime iranien pour exporter le terrorisme

Les Pasdaran sont l’instrument du régime iranien pour exporter le terrorisme

Les Pasdaran sont l’instrument du régime iranien pour exporter le terrorisme

CNRI – Un panel d’expert s’est réuni au Sénat américain pour débattre des « élections » à venir en Iran et le rôle des Gardiens de la révolution (Pasdaran) au Moyen-Orient. Les personnalités américaines ont discuté de la pertinence de désigner les Pasdaran comme une organisation terroriste étrangère. Une législation récente au Congrès propose d’imposer des sanctions plus fortes contre les Pasdaran, mais ne va pas jusqu’à les désigner en tant qu’organisation terroriste.

Alireza Jafarzadeh, un commentateur spécialiste du Moyen-Orient et adjoint du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) à Washington a déclaré : « Ils [les Pasdaran et les forces Qods] sont une partie réelle de la stratégie du régime iranien et du Guide suprême pour exporter le terrorisme et pour interférer dans les affaires irakiennes, syriennes, yéménites et dans beaucoup d’autres pays. Ils ont la bénédiction du Guide suprême, Ali Khamenei. »

Il a noté que les Pasdaran possèdent des dizaines de centres d’entraînement en Iran. Les deux types d’entraînement sont terroristes et militaires. Ils entraînent des forces pour le combat en Syrie et dans d’autres zones.

Jafarzadeh a déclaré : « Depuis 2012, l’entraînement des mercenaires étrangers dans les camps contrôlés par les Pasdaran a augmenté, notamment sous Rohani. » Il a également noté que ceux qui viennent pour un entrainement militaire ont été recrutés pour un entraînement supplémentaire dans le domaine des missiles, de la marine et l’artillerie lourde.

Jafarzadeh explique: « Gardez à l’esprit que les Pasdaran contrôlent l’exportation et l’importation du pays grâce à ses docks, c’est-à-dire environ 40 % des docks du pays. Ils récoltent ainsi les fonds nécessaires pour leurs opérations guerrières à l’étranger.

Dans le budget officiel, ils n’ont droit qu’à 3 à 4 %, mais même ce chiffre officiel est plus élevé. Jafarzadeh a fait savoir : « Cela représente environ 30 % du budget qui est caché sous différents noms et sous différentes couvertures, mais c’est en fait le budget pour l’exportation du terrorisme et la formation de ces terroristes et également pour les opérations de répression à l’intérieur du pays… Il y a aussi des profits qui proviennent de 14 endroits majeurs qui sont en réalité contrôlés par Khamenei et les Pasdaran. »

Selon le CNRI, la privatisation en Iran a causé la création de sociétés qui sont en fait contrôlées par les Pasdaran, ce qui implique qu’une large proportion de l’économie civile est en fait aux mains des Pasdaran. « La moitié du PIB du pays est en fait contrôlé par les institutions qui sont soit l’emprise du Guide suprême ou celle des Pasdaran. Le Guide suprême a donné le pouvoir et les ressources aux Pasdaran pour qu’ils s’assurent que la pérennité du pouvoir. Toute personne qui fait affaire avec le soi-disant secteur privé en Iran, fait en fait affaire avec Khamenei et les Pasdaran… Aucune société étrangère ne peut faire affaire sans passer par eux. »

Il a noté que les Pasdaran remplissent tous les critères du Département d’État américain pour être désigné comme terroristes.

En conclusion à ses commentaires, il a affirmé que les Pasdaran devaient être évincés de la région pour qu’elle puisse atteindre la paix et la stabilité.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe