mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLes oubliés d’Ashraf - lettre ouverte d'un député belge

Les oubliés d’Ashraf – lettre ouverte d’un député belge

Patrick Moriau, député et bourgmestre belgeBelgique – Lettre ouverte du 10 août 2009 de Patrick Moriau, Député-Bourgmestre, à M. Yves Leterme, ministre belge des Affaires étrangères :

Le 28 juillet à 15h, des forces de l’ordre irakiennes, aidées en partie de membres du «Qods» (gardiens de la révolution iraniens), de membres de la 9ème Badr Brigade (soldats irakiens restés en Iran après la guerre Iran-Irak), ainsi que les membres d’une division spéciale sous contrôle direct du Premier Ministre irakien, ont attaqué le Camp d’Ashraf.

Le Camp d’Ashraf est un territoire de 36 km2 dans le désert aride de la Province de Diyala (nord-est de Bagdad) donné avec garantie de protection aux exilés iraniens fuyant le régime de Téhéran.

Cette agression particulièrement violente (j’ai en ma possession images et vidéo prises par des résidents du camp) a donné lieu à des scènes sanglantes (véhicules écrasant la population, jets de pierres, utilisation de bâtons avec clous à l’extrémité, tirs à balles réelles… de la part des forces de l’ordre).

Le bilan est d’au moins 9 morts et de 500 blessés et de 36 personnes qui actuellement, sont retenues sans autres formes de procès  (certaines dans un état grave) et risquent d’être transférées en Iran.
 
Il est clair que cette attaque participe à plusieurs objectifs notamment annihiler une partie de l’opposition au régime de Téhéran, à donner des gages à Ali Khamenei, guide suprême des mollahs, dont les récents événements, suite à l’élection présidentielle, ont terni l’image et sans doute montrer aux Américains dont le mandat se terminait en juin, la capacité « des forces irakiennes » de maintenir l’ordre.

Depuis février 2009, lors de la rencontre du Président irakien avec le guide Khamenei, bon nombre d’observateurs s’attendaient à cette attaque dans la mesure où le Président irakien s’était donné 2 mois pour donner quelques gages au régime de Téhéran et expulser les 3500 personnes résidant au Camp d’Ashraf.

Dans ce contexte, il est absolument indispensable que la communauté internationale fasse pression pour que :

–         les 36 personnes arrêtées arbitrairement soient libérées et que les blessés soient rapidement soignés. La situation est urgente dans la mesure où ces 36 personnes sont désormais en grève de la faim (ainsi que les résidents d’ Ashraf et les exilés à l’étranger qui entament, eux aussi, ces jours-ci, une grève de la faim) ;
–         que les forces U.S. reprennent le contrôle de l’ordre ; la responsabilité américaine lors de l’attaque peut-être d’ailleurs mise en cause puisqu’il leur a fallu 36 heures avant de porter aide aux blessés … ;
–         la mise en place d’une force multinationale afin d’assurer la protection des résidents d’Ashraf vu l’inefficience désormais démontrée des forces irakiennes ;
–         permettre aux organisations internationales-humanitaires d’entrer et de travailler dans les camps ;
–         mettre fin au blocus alimentaire décrété par les autorités irakiennes ;
–         instaurer une commission d’enquête parlementaire internationale sur les exactions qui ont eu lieu fin juillet au Camp d’Ashraf et dénoncées par des organisations internationales des droits de l’homme (Amnesty International, OMCT, FIDH, …).
 
Les 36 personnes arrêtées de manière tout à fait arbitraire, ne doivent pas rester « les oubliés d’Ashraf » !

Patrick MORIAU, Député-Bourgmestre

P.S. Je dispose d’un DVD montrant les agressions particulièrement atroces dont ont été victimes les résidents, sans défense, du Camp d’Ashraf.
 
Part 1 : http://www.youtube.com/watch?v=5CJxMaN4C4A (8min)
Part 2 : http://www.youtube.com/watch?v=qwGyyYVzlAw  (7min)
 
 

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe