mardi, décembre 6, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran & Mondeles législateurs européens condamnent la répression en Iran

les législateurs européens condamnent la répression en Iran

les législateurs européens condamnent la répression en Iran

Les membres du Parlement européen ont condamné vendredi l’augmentation de la répression en Iran. Une déclaration faite par l’un intergroupe des amis d’un Iran libre au Parlement européen a exhorté les dirigeants européens à condamner publiquement les violations des droits de l’homme en Iran. 

Ce qui suit est le texte de la déclaration :

COMMUNIQUE DE PRESSE du 29 avril 2016

L’UE DOIT CONDAMNER LA RÉPRESSION CROISSANTE EN IRAN

L’intergroupe les Amis d’un Iran libre, qui a bénéficié de l’appui de plus de 200 membres du Parlement européen de différents groupes politiques, condamne fermement la tendance croissante des exécutions, le traitement inhumain des prisonniers politiques et l’emprisonnement des journalistes en Iran.

Le régime iranien a pendu au moins 10 personnes dans les prisons depuis ce week-end, dans ce qui a été décrit comme une nouvelle vague d’exécutions. Parmi les derniers cas, il y a l’exécution de huit Baloutches iraniens dans la prison de Zahedan, samedi et mardi. Selon les rapports, au moins six autres condamnés à mort dans la prison de Ghezelhesar à Karaj, au nord-ouest de Téhéran, ont été transférés mercredi 27 avril en isolement en vue de leur exécution imminente.

Mercredi 27 avril, un groupe d’experts des droits de l’homme des Nations Unies a averti que « plus d’une douzaine de prisonniers politiques en Iran, y compris certains éminents défenseurs des droits de l’homme, des avocats et des militants politiques, sont en danger de mort en détention en raison de l’aggravation de leur état de santé et le refus persistant des autorités iraniennes de leur fournir un traitement médical ».

Le Dr Omid Kokabee, 34 ans, physicien iranien et étudiant postdoctoral en physique atomique a été arrêtés en Iran après son retour des États-Unis pour rendre visite à sa famille en janvier 2011. Il a été condamné à cinq ans de prison. Amnesty International a déclaré que Kokabee est un prisonnier d’opinion et détenu uniquement pour son refus de travailler sur des projets militaires en Iran.

Il avait été diagnostiqué avec un cancer du rein et son rein droit a été enlevé il y a quelques jours. La photo d’Omid Kokabee, enchaîné à un lit à l’hôpital après la chirurgie, a beaucoup choqué l’opinion en Iran et dans le monde scientifique.

Les autorités iraniennes ont reconnu que 12000 Kurdes iraniens ont été emprisonnés en Iran pendant l’année civile iranienne qui s’est terminée le 19 mars 2016.

Une femme a été fouettée en public à Golpayegan, dans le centre de l’Iran le 27 avril. Les médias officiels ont rapporté que la femme, qui a été identifiée uniquement par ses initiales S.T., a reçu cent coups de fouet.

Nous avons été choqués d’apprendre que quatre journalistes ont été condamnés à un total de 27 ans de prison combiné mardi 26 avril. Mme Afarin Chitsaz a été condamnée à 10 ans ; M. Ehsan Mazandarani a été condamné à sept ans ; M. Davood Assadi et M. Ehsan (Saman) Safarzaie ont chacun eu une peine de cinq ans. Les quatre journalistes détenus ont écrit pour les médias d’État en Iran. Ils ont été arrêtés le 2 novembre 2015 lors d’un raid dans leurs maisons par des agents des Gardiens de la Révolution qui les accusait d’espionnage pour les gouvernements occidentaux.

La tendance croissante des exécutions et des violations des droits de l’homme indique que les récentes visites de hauts fonctionnaires européens en Iran, qui n’ont pas déclaré de condamnations publiques concernant les violations des droits de l’homme, sont utilisées par le régime des mollahs comme moyen de légitimer ses actions brutales et inacceptables aussi bien externes qu’internes.

Telle est la raison pour laquelle nous demandons une nouvelle fois aux dirigeants européens de condamner publiquement les violations des droits de l’homme en Iran, c’est ce que le peuple iranien attend de l’Europe. Toute expansion des relations avec l’Iran doit être conditionnée par l’arrêt des exécutions et un net progrès concernant les droits de l’homme.

Gérard Deprez, membre du parlement européen
Président des Amis d’un Iran libre
Parlement européen
Bruxelles

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe