vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeLes Iraniens en exil réunis en banlieue parisienne contre le régime des...

Les Iraniens en exil réunis en banlieue parisienne contre le régime des mollahs

Associated Press – Les révoltes cette semaine à Téhéran sur le prix et le rationnement de l’essence montrent que la société iranienne est "au bord de l’explosion", a déclaré samedi lors d’un rassemblement en région parisienne Maryam Radjavi, la présidente du Conseil national de la résistance iranienne, devant des milliers de ses partisans qui scandaient "Mort au dictateur", reprenant ainsi un slogan hostile au président Mahmoud Ahmadinejad entendu dans les manifestations estudiantines en Iran.

Cinquante mille exilés résidant dans toute l’Europe étaient venus à Villepinte (Seine-Saint-Denis), selon les organisateurs. Un chiffre confirmé par un garde de sécurité du Parc des Expositions qui avait compté un millier de cars en stationnement, tandis qu’un autre garde évoquait la venue de 2.000 personnes en RER.

Dans le hall 5B, environ 10.000 personnes s’étaient réunies samedi après-midi. En attendant le discours de Maryam Radjavi, elles chantaient "La liberté est notre droit inaliénable", un refrain renversant les propos du président Ahmadinejad sur le "droit inaliénable" de Téhéran à disposer de l’énergie nucléaire. Une clameur s’est élevée de la foule lorsqu’est apparue, vêtue et voilée de bleu, l’épouse de Massoud Radjavi, le chef de l’OMPI (Organisation des moudjahidine du peuple d’Iran), la principale composante du CNRI.

Elle a dénoncé la récente décision de l’Union européenne de maintenir l’OMPI sur la liste des organisations terroristes. "EU, EU, Shame on You!" (UE, UE, Honte à toi!) ont scandé les spectateurs réunis sous une grande banderole "Free Iran with Maryam Radjavi" (Un Iran libre avec Maryam Radjavi).

L’OMPI étant inscrite sur une "liste noire", "la principale force d’opposition est marginalisée", a déploré Shahin Gobadi, le porte-parole du CNRI. "Ca bloque le processus politique" en Iran.

Or, les Iraniens "veulent renverser le régime des mollahs", a affirmé Maryam Radjavi, dans son discours très applaudi. Evoquant les manifestations sur le carburant, elle a estimé que "cela dépassait de loin une crise économique. Il s’agit d’une crise qui marque la phase terminale du régime et sa destruction". Et de prévenir les mollahs: "Vous ne pourrez pas empêcher le renversement de votre théocratie".

"Maryam Radjavi est un symbole de liberté et d’égalité entre hommes et femmes", déclarait un partisan, Mahmoud Nobari, qui vit en Belgique depuis 18 ans. "Pour moi, l’alternative CNRI est la meilleure façon de parvenir à la démocratie en Iran", ajoutait-il en soulignant que cette coalition, qui va de la gauche à la droite, repose sur les valeurs de droits de l’Homme et de laïcité.

"Je sais ce qui se passe en Iran", confiait Mehri Emrani, qui y a été emprisonnée pendant huit ans. "Nous voulons montrer au monde qu’il existe une large opposition aux fondamentalistes", expliquait cette dissidente qui vit en Suède depuis sept ans. "Nous sommes la voix du peuple iranien".

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe