lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeLes Etats-Unis doutent de l'Iran après une absence à l'Onu

Les Etats-Unis doutent de l’Iran après une absence à l’Onu

ONUpar Carol Giacomo

WASHINGTON (Reuters) – Le négociateur iranien Ali Larijani ne s’est pas rendu à New York comme prévu et cette absence à l’Assemblée générale des Nations unies nourrit les doutes sur la tenue de pourparlers sur les ambitions nucléaires de l’Iran, a déclaré le représentant permanent des Etats-Unis à l’Onu, John Bolton.

"Les discussions avec l’Iran semblent être au point mort, dans le sens où M. Larijani, que nous attendions à New York, n’est pas là", a déclaré Bolton.

Les Etats-Unis, qui ont délivré un visa à Ali Larijani, se sont abstenus de réclamer formellement des sanctions contre l’Iran pendant la durée des contacts avec le représentant de la diplomatie de l’Union européenne, Javier Solana.

Malgré les propos de Bolton, Solana a déclaré qu’il rencontrerait Larijani à New York.

"Je ne sais ni quand ni à quel moment. Les emplois du temps sont compliqués à New York durant la semaine de l’Assemblée générale. Mais nous allons nous rencontrer. Nous aurons l’occasion de nous voir", a dit Solana à un petit groupe de journalistes hispanophones, selon l’agence de presse mexicaine Notimex.

John Bolton a cependant prévenu que le temps était compté depuis que l’Iran avait ignoré un ultimatum du Conseil de sécurité expirant le 31 août sur une suspension de ses activités sensibles.

Solana a déclaré vendredi qu’une rencontre prévue la semaine dernière avec Larijani avait été reportée en raison du temps nécessaire à son interlocuteur pour forger un consensus en Iran sur une réponse positive à l’offre de négociations des six grandes puissances.

RAPPORT DE FORCES EN IRAN

Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France, la Chine et la Russie, tous les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’Onu, et l’Allemagne ont proposé en juin à l’Iran une offre de coopération économique et politique en échange de l’arrêt de son programe nucléaire.

Les Etats-Unis réclament une suspension vérifiable des activités iraniennes avant d’engager des négociations.

L’Iran a dit n’avoir encore pris aucune décision au sujet de cette suspension. Il a ajouté que les Occidentaux avaient mal compris les intentions de Téhéran en interprétant des propos de responsables iraniens comme le signe annonciateur d’une prochaine suspension.

Le président américain George Bush, qui accuse l’Iran de chercher à se doter d’un arsenal nucléaire sous le couvert d’un programme civil, devrait évoquer la crise iranienne dans son discours devant l’Assemblée générale de l’Onu mardi matin. Son homologue iranien Mahmoud Ahmadinejad s’exprimera devant l’assemblée mardi soir.

Les ministres des Affaires étrangères des Six devraient se retrouver mardi soir pour évoquer l’attitude à adopter face à l’Iran.

Le président français Jacques Chirac a prôné lundi la voie du dialogue et il a précisé qu’il n’était pas favorable à des sanctions de l’Onu.

D’après des diplomates occidentaux, Ahmadinejad et Larijani s’opposent sur la ligne à suivre dans la crise nucléaire, ce dernier étant considéré comme un pragmatique. Un diplomate a émis l’hypothèse que Larijani attendait le départ d’Ahmadinejad pour se rendre à New York.

"Notre appréciation, c’est que Larijani souhaite sincèrement mettre en place une forme de suspension des activités d’enrichissement d’uranium et lancer les négociations", a dit un diplomate européen, selon lequel l’issue de la crise peut dépendre du rapport de forces entre les différents courants concurrents au sein du pouvoir iranien.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe