vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLes Etats-Unis doivent tenir leur promesses aux Achrafiens - Newt Gingrich

Les Etats-Unis doivent tenir leur promesses aux Achrafiens – Newt Gingrich

CNRI – « Ce dont vous êtes témoin aujourd’hui est historique. C’est un hommage au respect et au prestige dont Mme Radjavi et l’ensemble du mouvement bénéficient », a déclaré Newt Gingrich au rassemblement iranien du 22 juin à Villepinte.

Cet ancien président de la Chambre des Représentants des Etats-Unis et candidat à la présidentielle de 2012 s’exprimait devant des dizaines de milliers d’Iraniens et d’amis de la Résistance au meeting annuel du Conseil national de la résistance iranienne. Sa présidente élue, Maryam Radjavi, y recevait également 600 personnalités politiques et parlementaires de 50 pays du monde.

Voici l’intervention de Newt Gingrich :

Merci beaucoup pour votre accueil, mais plus important encore, merci d’être engagés dans la lutte pour un futur Iran libre. Je peux vous dire qu’avec vous tous qui êtes ici jusqu’au fond de la salle, cette foule toute entière, vous faites de l’effet. Je ne crois pas que la radiation [de la liste terroriste] aurait pu se faire sans votre engagement. Et je tiens à féliciter votre présidente élue pour son leadership qui a rassemblé des personnes du monde entier qui se sont engagées à avancer pour la liberté en Iran. Donc, je vous remercie à tous d’être ici.

Rappelez-vous que ce dont vous êtes témoin aujourd’hui est historique. C’est un hommage au respect et au prestige dont Mme Radjavi et l’ensemble du mouvement bénéficient. Aujourd’hui, en une journée, vous allez entendre le général Jones, le général Shelton, le général Casey, le général Conway, le général Wall, le colonel Martin, le colonel McClosky, le colonel Cantwell, le colonel Johnson. Cinq généraux et quatre colonels viennent dire que votre cause est juste. Et ils diront que le États-Unis ont fait une promesse, que l’honneur des Etats-Unis est en jeu, que les Etats-Unis ont signé un accord avec les habitants du camp d’Achraf.

C’est pourquoi les Etats-Unis doivent diriger l’effort pour les emmener tous d’Irak en avion vers un lieu sûr, et les puis les réinstaller à partir d’un endroit sûr, et de ne pas chercher au fil d’un certain nombre d’années à vider progressivement le camp Liberty qui est très, très dangereux. Je pense que c’est trahir la parole que l’Amérique a donnée aux personnes qui lui ont fait confiance. Et vous avez un énorme commandement militaire qui soutient votre droit de l’exiger.

Au-delà de l’enjeu immédiat du camp Liberty, je tiens à vous dire que l’élection de Hassan Rohani est le piège parfait pour la dictature. Ils l’ont vendu comme un modéré. Maintenant, il va prouver une fois pour toutes qu’il est impossible d’être modéré au sein de la dictature. Tout d’abord, 680 personnes se sont présentées à l’élection présidentielle, 672 ont été disqualifiées. Seules huit acceptables par la dictature ont été autorisées à se présenter.

Cet homme, Rohani, a fait sa carrière en mentant aux Européens et aux Américains et s’en est vanté en public.

Immédiatement après l’élection, alors que tous les grands médias parlaient de modéré, la dictature iranienne a annoncé qu’elle envoyait 4.000 soldats en Syrie. Un acte modéré en effet. Le fait est qu’il est impossible qu’une dictature comme ça aille volontairement vers la modération. Ils le prouveront dans les mois à venir. Ils ne feront rien pour offrir une réelle ouverture. Ils ne feront rien pour donner la liberté. Ils ne feront rien pour négocier ouvertement. Ils feront simplement un sourire. La différence entre Ahmadinejad et Rohani est simple. Avec Ahmadinejad vous aviez une dictature qui grondait. Avec Rohani vous avez une dictature qui sourit mais c’est toujours une dictature. 

Le slogan de ce rassemblement est le bon, « vers la liberté ». La seule façon d’aller vers la liberté est d’avoir une élection véritablement ouverte dans laquelle tout le monde pourrait se présenter, y compris Mme Radjavi, et puis nous verrons qui le peuple iranien choisira quand il y aura une élection véritablement ouverte. En attendant d’avoir une élection véritablement ouverte, nous devons rappeler au monde encore et toujours que c’est une dictature, qu’elle est dangereuse, qu’elle n’est pas fiable, et que la seule bonne stratégie est de la remplacer par un nouveau gouvernement dévoué à la liberté.

Je vous félicite, je vous remercie, je vous exhorte à tenir bon, à ne pas ralentir, à ne pas perdre la foi. Nous verrons un Iran libre.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe