vendredi, février 3, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLe fier peuple d'Iran reste enchaîné par un régime tyrannique – Struan...

Le fier peuple d’Iran reste enchaîné par un régime tyrannique – Struan Stevenson

CNRI – « Nul ne doute que le régime des mollahs craint la plus grande opposition légitime, l’Ompi parce qu’elle incarne tout ce que les mollahs haïssent : la liberté, la démocratie, les droits des minorités, les droits des femmes, la fin de la tyrannie et la fin à l’oppression », a déclaré l’eurodéputé écossais Struan Stevenson, le 22 juin au rassemblement iranien de Villepinte.

Le président de la délégation du Parlement européen pour les relations avec l’Irak s’exprimait devant des dizaines de milliers d’Iraniens et d’amis de la Résistance au meeting annuel du Conseil national de la Résistance iranienne. Sa présidente élue, Maryam Radjavi, y recevait également 600 personnalités politiques et parlementaires de 50 pays du monde.

Voici les points forts de l’intervention de Struan Stevenson :

Nous venons d’assister à une autre élection frauduleuse en Iran. Un président fasciste a été remplacé par un autre. La démocratie a encore une fois été méprisée. Pour l’Occident, dépeindre l’un des six candidats choisis par Khamenei comme un modéré est tout simplement ridicule. La vérité c’est que le fier peuple d’Iran reste enchaîné, emprisonné par une fausse idéologie et opprimés par un régime tyrannique.

Thomas Jefferson l’a très bien dit : « Quand le peuple craint le gouvernement, il y a tyrannie. Quand le gouvernement craint le peuple, il y a liberté. »

Nul ne doute que le régime des mollahs craint le peuple et qu’il craint avant tout la plus grande opposition légitime, l’OMPI. Parce que l’OMPI incarne tout ce que les mollahs haïssent : la liberté, la démocratie, les droits des minorités, les droits des femmes, la fin de la tyrannie et la fin à l’oppression. C’est pourquoi je suis fier d’appeler l’OMPI mes amis, ma famille, mes frères et mes sœurs.

Ensemble, nous avons affronté ceux qui cherchaient à mettre l’OMPI sur la liste noire et nous avons gagné. Ensemble, nous avons dénoncé les mensonges et la duplicité des hauts fonctionnaires de l’ONU et nous avons obtenu leur révocation. Ensemble, nous avons affronté et démasqué les architectes de la torture et des assassinats au camp d’Achraf et au camp Liberty et nous allons leur demander des comptes.

Ensemble, nous réaliserons la réinstallation des réfugiés courageux du camp Liberty. Leur sécurité est notre priorité numéro un. Samedi dernier, ils ont subi une autre attaque à la roquette, la troisième cette année. Deux personnes ont été tuées et plus de 70 blessées. 

Vous savez que les 40 roquettes visaient le réfectoire [de Liberty] et si elles avaient été tirées 20 minutes plus tôt, elles auraient fait des centaines de morts. Cela montre qui était derrière cette attaque. Ils savaient ce qu’ils visaient.

Nous avons averti après les deux dernières attaques qu’il était impossible de revenir à la normalité au camp Liberty. Il était impossible après ces atrocités épouvantables de tout simplement redémarrer les entretiens du HCR comme si rien ne s’était passé. Nous avons insisté sur la restauration des murs en T de béton pour donner une protection à ces réfugiés sans défense. Nous avons insisté sur le retour de leurs gilets blindés et leurs casques de sécurité du camp d’Achraf. Toutes nos demandes ont été rejetées. Ils n’ont même pas été autorisés à avoir des pelles pour creuser des tranchées dans lesquelles ils pourraient se mettre à couvert en cas de nouvelle agression.

Une semaine après la dernière attaque sauvage, samedi dernier, deux roquettes non explosées sont toujours dans le camp Liberty. Pas un seul officiel du gouvernement irakien n’a été au camp désamorcer ces roquettes non explosées ou examiner comment l’attaque a eu lieu. Et mystérieusement les responsables de la MANUI ont disparu. Ils n’ont pas visité le camp Liberty depuis l’attaque de samedi dernier. À mon avis, c’est de la lâcheté flagrante et un manquement au devoir.

Les 3.200 réfugiés ont été abandonnés, exposés sans protection dans un champ de mort d’un demi-kilomètre carré. Aujourd’hui, nous devons dire au 3200 du camp Liberty qu’ils ne sont pas oubliés. Nous devons les remercier pour leur bravoure et leur dire que leurs souffrances, leurs sacrifices nous ont servi de phare. Leur lutte contre l’oppression a inspiré les masses opprimées en Iran.

Nous devons dire aux États-Unis et à l’ONU que l’attaque à la roquette de samedi dernier aurait pu être prévue et évitée et nous les tenons pour responsables des morts et des blessés. Nous devons exiger aujourd’hui que les 3.200 réfugiés du camp Liberty soient immédiatement ramenés au camp d’Achraf qui bénéficie d’une sécurité relative, avant d’être réinstallés dans des pays sûrs.

Souvenons-nous des paroles de Thomas Jefferson et faisons face à nos ennemis. C’est le seul moyen de rétablir la liberté et la démocratie en Iran. Bientôt ce régime néfaste sera de l’histoire ancienne, mais l’histoire rendra toujours hommage aux braves, hommes et femmes, du camp d’Achraf et du camp Liberty.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe